Lycées menacés en Alsace (màj). Arrestation de Dimitri, 17 ans, converti à l’islam

——– mise à jour 11 juillet 2013 ————-

Il y a près de deux mois, un internaute avait posté un message dans lequel il annonçait son intention de suicider et de tuer «beaucoup de gens» dans un lycée du Bas-Rhin.

Les enquêteurs ont interpellé un certain Dimitri, 17 ans, originaire de Strasbourg. Il aurait, lors de sa garde vue, confié s’être converti à l’islam.

Il est passé aux aveux en fin de matinée, affirmant avoir agi par simple «jeu».

Figaro – merciTruc14

——– ci-dessous : article du 22 mai 2013 ————-

La menace de fusillade dans un lycée diffusée la semaine dernière sur internet, qui a conduit à un vaste déploiement policier préventif dans les lycées du Bas-Rhin, pourrait n’être qu’un canular.

Le Parisien

Les jeunes musulmans sept fois plus antisémites que les non-musulmans en Belgique, selon une étude

L’antisémitisme est sept fois plus présent chez les jeunes musulmans que dans la moyenne de la population adolescente en Belgique, selon, une étude réalisée par le gouvernement flamand.

Les réponses figurant dans 4000 questionnaires distribués dans des lycées d’Anvers et de Gand, les deux villes les plus importantes de Flandre, montrent que parmi les jeunes musulmans interrogés 51% des répondants affirment être d’accord avec l’affirmation selon laquelle  » les juifs fomentent les guerres et accusent les autres d’en être responsables » contre 7% dans la population générale de l’enquête.

L’affirmation selon laquelle « les juifs contrôlent tout » remporte 45% d’adhésion chez les jeunes musulmans cotre 10,8% chez les non musulmans alors que 35% des jeunes musulmans estiment que « les juifs ont trop de poids en Belgique » contre 12% chez les non musulmans.

(…) EjPress.org

Devise et drapeau sur toutes les écoles ?

La commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale veut que la devise de la République et le drapeau tricolore soient apposés sur la façade de tous les établissements scolaires, selon un amendement au projet de loi sur l’Ecole voté hier soir.

Faire figurer sur la façade la devise Liberté, Egalité, Fraternité est « une mesure symbolique qui assure et réaffirme le principe de l’école laïque et républicaine », plaident les députés PS signataires de cet amendement au rapport annexé au projet de loi et présentant la vision d’ensemble du texte. A la proposition initiale des députés PS d’apposer la devise de la République sur la façade de tous les établissements, le député UDI Rudy Salles a demandé d’y ajouter le drapeau français, ce qui a été accepté lors de la réunion de la commission.

Quant au radical de gauche Thierry Braillard, il a proposé que la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 soit aussi apposée dans tous les établissements scolaires publics et privés sous contrat, dans le cadre de cet amendement. Une suggestion également acceptée par la commission. [...]

Le Figaro

Les personnels des collèges et lycées ZEP deux fois plus exposés à la violence

Hebergeur d'image

Près d’un personnel sur trois exerçant en collège et lycée songe souvent, ou très souvent, à quitter le métier. Autant estiment la violence présente dans leur établissement. Et plus d’un tiers encore ont une perception négative de leurs relations avec leur direction. [...]

Une enquête choc ? « N’exagérons rien, elle ne dévoile pas des horreurs », nuance M. Debarbieux. « Certaines données sont plutôt rassurantes au vu de ce qu’a pu laisser penser, ces derniers mois, la surmédiatisation de faits divers en milieu scolaire« , ajoute ce professeur d’université. Il est vrai que l’année scolaire 2012-2013 avait plutôt mal commencé, avec une série d’agressions d’enseignants – à Bordeaux, Poitiers et Amiens. Mais rien, dans l’enquête Debarbieux, ne vient corroborer cette impression d’une « série noire ». Au contraire, on y apprend que 70 % des personnels du secondaire ont une perception positive du climat scolaire. Plus de 8 sur 10 se sentent respectés par leurs élèves, et 9 sur 10 s’estiment en sécurité dans leur établissement.

« Les violences physiques sont rares, ce qui n’enlève rien à leur gravité », explique M. Debarbieux : un peu plus de 5 % des répondants disent avoir été bousculés violemment depuis septembre, 0,9 % avoir été frappés, 0,3 % agressés avec une arme. « Les actes graves ne sont pas aussi répandus que l’on pourrait le croire. »

Reste qu’une typologie des établissements se dessine clairement : la violence scolaire est présente pour 14,4 % des personnels des lycées d’enseignement général et technologique, contre 37,1 % dans les collèges, mais 37,9 % dans les lycées professionnels. Un même phénomène de concentration se retrouve dans les établissements implantés en zones urbaines sensibles (ZUS) ou appartenant à des dispositifs de l’éducation prioritaire. [...]

Le Monde

Merci à Lilib

Istres/bouteille d’acide : six mois de prison pour Ichem Si Abdallah (màj)

Addendum 08/02/13

La peine d’Ichem Si Abdallah, 19 ans, est assortie de 18 mois de sursis avec mise à l’épreuve et trois obligations : suivre des soins, poursuivre sa formation et indemniser la partie civile. Un deuxième lycéen de 16 ans, également mis en examen en décembre et placé en détention provisoire, sera convoqué ultérieurement devant la justice des mineurs. [...]

Le Monde

Merci à D’Artagnan et Viriathe

________________________________

 RTL matin 12/12/2012

Selon le proviseur du lycée, l’enseignante n’a pas fait remonter de rapport concernant des insultes et de menaces antisémites :

Chantal, l’enseignante victime du jet de bouteille : « Si j’avais pris la bouteille, je serais devenue aveugle et j’aurais été défigurée » :

 

____________________________________

Un jeune homme de 19 ans a été placé en garde à vue, soupçonné d’avoir jeté mardi une bouteille remplie d’acide chlorhydrique et d’aluminium qui a explosé dans une classe d’un lycée professionnel d’Istres, faisant un blessé léger, a-t-on appris auprès du parquet d’Aix-en-Provence. Selon la procureur de la République d’Aix-en-Provence Dominique Moyal, la déflagration a incommodé un élève, qui souffre de troubles auditifs causés par le bruit. L’explosion a également fait quelques dégâts matériels.

Le Point

Le geste aurait pu avoir des conséquences beaucoup plus graves. Un individu s’est introduit ce matin dans l’enceinte du lycée Latécoère à Istres. Il est entré vers 8h30 dans la classe de Chantal Viroulaud et y a jeté une bouteille en plastique contenant un mélange d’acide chlorhydrique et d’aluminium. La bouteille a explosé.

Un des 14 élèves dans la classe, âgé de 33 ans, a été très légèrement blessé, il souffrirait de problèmes auditifs et a été transporté à l’Hôpital. Une enquête est en cours.

Maritima

SOS Homophobie indésirable dans les collèges et les lycées

La justice vient d’annuler l’agrément accordé pour cinq ans à SOS Homophobie par le ministre de l’Education nationale, en juillet 2009. Cet agrément permettait à l’association d’intervenir dans les collèges et les lycées au titre des «associations éducatives complémentaires de l’enseignement public ».

Le tribunal considère que le ministère de l’Education nationale, qui devait contrôler le contenu des ces interventions, a commis une «erreur d’appréciation».

Le tribunal administratif de Paris, qui a décidé cette annulation le 23 novembre dernier, avait été saisi en octobre 2009 par la Confédération nationale des associations familiales catholiques (CNAFC). Cette dernière considérait notamment que les interventions en milieu scolaire de SOS Homophobie «méconnaissent les principes de neutralité politique et philosophique, de liberté de conscience, de laïcité et du droit des parents sur l’éducation de leurs enfants».

Dans le cadre de ce litige, le tribunal administratif a examiné les contenus du «module de sensibilisation» porté à la connaissance des élèves par SOS Homophobie. Le tribunal constate que la «formulation de certaines des réflexions de ce document est susceptible de porter atteinte aux convictions religieuses et philosophiques tant des élèves que de leurs parents ou des enseignants».

Il estime aussi que certaines analyses de témoignages de SOS Homophobie sont «insuffisamment nuancées pour ne pas porter atteinte au principe de neutralité».

Le Parisien (Merci à Zatch)

Hausse des violences physiques en collèges et lycées l’an passé

Les actes de violences recensés en collèges et lycées ont légèrement progressé en 2011-12 par rapport à l’année précédente, avec une « hausse significative » de la part des violences physiques, d’après une enquête du ministère de l’Education nationale mise en ligne mardi.

Les établissements publics du second degré ont enregistré 13,6 incidents pour 1.000 élèves, contre 12,6 incidents un an auparavant.

Principalement le fait de garçons, les seules agressions physiques ont représenté 4,5 incidents pour 1.000 élèves (contre 4,2 en 2007-08).

« Si la part des violences physiques est tendanciellement décroissante depuis 2007-2008, elle enregistre une hausse statistiquement significative par rapport à l’an dernier (+2 points) », précise l’enquête.

Les disparités entre établissements sont par ailleurs très fortes: 41% des collèges et lycées ne signalent aucun incident au cours d’un trimestre donné, tandis que 25% des établissements en déclarent 73%. Et les 10% d’établissements les plus violents concentrent 44% des incidents. (…)

France 24

Rentrée scolaire 2011 : L’orientation sexuelle au programme (+vidéo micro-trottoir)

À la rentrée scolaire, les lycéens de 1ère L et ES seront sensibilisés à l’homosexualité, comme l’avait déjà annoncé le Bulletin officiel daté du 30 septembre 2010. Imposés par la Direction générale de l’enseignement scolaire, ces cours choquent de nombreuses associations familiales.

Les familles ont parfaitement compris les objectifs des concepteurs : orienter les jeunes vers des expériences sexuelles diverses, considérant que le sexe social est plus important que le sexe biologique» explique « Familles de France ».

Ce ne sont que quelques paragraphes mais ils suscitent encore un débat qui commence à agacer, surtout, au ministère de l’Education nationale. À la rentrée scolaire de 2011, la Direction générale de l’enseignement scolaire a souhaité mettre en place des passages, dans les livres de SVT des lycéens de première ES et L, concernant l’orientation sexuelle. Cette initiative date de près d’un an, quand elle avait été annoncée au Bulletion officiel du 30 septembre 2010, soit quelques mois après la polémique déjà soulevée par le film d’animation Le Baiser de la Lune. En février 2010, la présidente du Parti chrétien-démocrate et ancienne ministre Christine Boutin avait en effet demandé, dans une lettre ouverte au ministre de l’Éducation Luc Chatel, « l’interdiction de la diffusion du film », pour les écoliers de CM1 et de CM2 « au nom du respect de la neutralité de l’Éducation nationale ». Ce projet d’expliquer le relations homosexuelles aux enfants à travers l’histoire de deux poissons avait donc finalement été abandonné.

Ici, la polémique repart de plus belle. Si certaines associations se réjouissent que l’on ose enfin briser un tabou à l’école, l’enseignement catholique, des associations familiales ou encore des politiques multiplient les indignations et les menaces de boycott des livres pour que cette partie du programme soit retirée.[...]

L »identité sexuelle est le fait de se sentir totalement homme ou femme.[...] Cette identité dépend d’une part du genre conféré à la naissance, d’autre part du «conditionnement social» selon les Editions Bordas.

[...] Mais au ministère de l’Education nationale, cette fois, on tape du poing sur la table. Celle-ci n’a «pas lieu d’être», a-t-on assuré à Libération mardi, et l’on renvoie à une déclaration de Luc Chatel de juillet dernier : «Les programmes se contentent d’affirmer la distinction entre identité sexuelle qui relève de la sphère publique et orientation sexuelle qui relève de la sphère privée, avec l’objectif de lutter contre les préjugés, ce qui correspond aux valeurs de la République que l’École transmet».[...]

France Soir – 10/08/2011 / Revoir aussi : Manuels scolaires : On ne naît pas homme ou femme, on le devient.

Prof, ce job qui ne fait plus rêver

Le nombre de candidats au Capes ne cesse de diminuer. Le métier n’a plus la cote et le concours est devenu plus difficile.

Plus que trois semaines pour s’inscrire au concours de l’enseignement cette année, et cette fois, le ministère bat le rappel des troupes, campagne de recrutement inédite à l’appui : «L’Education nationale reste aujourd’hui le premier recruteur de France. Nous embaucherons 17 000 personnes en 2011», expliquait Luc Chatel en mai dernier. Entre la session 2010 et celle de 2011, ce sont 9 500 candidats de moins qui se sont présentés aux épreuves du Capes externe, toutes disciplines confondues. Or le nombre de postes proposés, lui, n’a été amputé que de 125 places. […]

«Le concours apparaît plus difficile, vu le sous-recrutement dans la fonction publique. Et pour la 1ere fois, il faut avoir un master 2, donc le niveau requis a été augmenté. Enfin, le vivier de candidats n’est plus maintenu par les difficultés économiques du privé. Ce n’est même plus un argument, c’est dire à quel point la situation est dramatique dans l’enseignement.» […]

Métro

Un pass contraception pour les lycéens d’Ile-de-France

Permettre aux élèves de seconde, mais aussi aux autres, d’accéder plus facilement à la conception, c’est le but du pass santé contraception dévoilé aujourd’hui en Ile-de-France. Voici en exclusivité le dispositif.Le lycée… C’est là qu’ils remplissent leur jeune cervelle de formules mathématiques et de littérature. C’est là, bien souvent, qu’ils rencontrent leur premier amour. A partir d’aujourd’hui, c’est au « bahut » aussi que les élèves franciliens, en priorité de seconde, mais également les autres, se verront offrir la possibilité d’obtenir la pilule, l’implant, le stérilet, le patch ou tout autre dispositif de contraception.

Histoire de ne pas vivre l’expérience traumatisante d’un avortement à 15 ou 16 ans, un phénomène qui ne faiblit pas, puisque le nombre d’IVG (interruption volontaire de grossesse) de mineures dépasse désormais les 13000 par an.[...]

Presque un an après le lancement, non sans polémique, d’un pass contraception similaire en Poitou-Charentes (d’ailleurs retoqué par Luc Chatel à l’époque…), l’Ile-de-France suit, considérant que la région, chargée du quotidien scolaire des lycéens, peut aussi s’immiscer dans leur vie privée. Une « intrusion » qui se matérialisera sous forme de cinq coupons donnant droit à des visites gratuites chez le médecin ou le pharmacien, le tout limité dans le temps et à usage unique, mais avec garantie de l’anonymat. 15 000 pass devraient être imprimés dans un premier temps. […)

Le Parisien

Toulouse : Collèges, lycées « l’aide sociale, c’est fini » … sauf pour les zones d’éducation prioritaires

En divisant par deux le montant des fonds sociaux attribués aux collèges et lycées le ministère de l’éducation nationale sonne le glas des aides aux élèves en difficulté. À la rentrée 2011, seuls les élèves scolarisés dans les réseaux réussite scolaire (ex zones d’éducation prioritaires) pourront encore bénéficier des fonds sociaux d’aide à la scolarité. Pour les autres, ce sera terminé ou presque. Début février, le recteur Olivier Dugrip a officiellement annoncé aux chefs d’établissements la réduction de 50 % du fonds d’aide sociale qui passera de près d’un million d’euros aujourd’hui à plus ou moins 500 000€ pour l’ensemble de l’académie de Toulouse. La ponction va être sévère.[...]

Dans le détail, ces 500 000 € seront d’abord répartis entre les établissements du réseau réussite scolaire de l’académie. Le solde, s’il existe, sera versé sur un fonds départemental directement géré par l’inspection académique, et qui sera censé répondre au coup par coup aux besoins des élèves les plus en difficulté. Exit la gestion directe du fonds d’aide sociale par les établissements qui a cours aujourd’hui. A la rentrée 2011, un élève qui aura besoin d’un soutien ponctuel pour déjeuner à la cantine attendre le versement de ses bourses, ou participer à un voyage de classe devra déposer un dossier auprès de l’inspection académique pour espérer toucher sa part des miettes de ce qui n’aura pas été consommé en amont par les réseaux réussite scolaire.

L’idée, c’est de mettre en place des entraves administratives pour que ces financements croupions ne soient pas utilisés. Car de toute façon, les délais supplémentaires d’instruction des dossiers rendent totalement inopérante l’attribution des aides d’urgence »[...]

La Dépêche

Violentes échauffourées entre les lycéens et CRS

Addendum du 17/10/10 :

Paris 15e : Les sapeurs-pompiers contraints de se protéger des « lycéens »

(Lycée Louis Armand)


Image de prévisualisation YouTube

(Merci à Corsinu)

Montreuil, après le tir de Fash Ball


Jeudi dernier, Rue 89 s’émouvait du sort d’un lycéen, blessé au visage par un tir de flashball.

Ses camarades s’expliquent…

http://www.dailymotion.com/video/xf88xg

Lire la suite