FDS Musique – L’époque baroque (1), Lully

Nous entrons aujourd’hui dans l’époque baroque. Je vais consacrer trois épisodes à cette époque, car elle possède une densité artistique et une diversité importantes.

De 1600 (époque de l’apparition de la monodie accompagnée et de la disparition des modes anciens, voir les articles précédents), à 1750, année de la mort de Bach, généralement admise comme marquant le début de l’époque dite « classique », l’on peut constater une certaine unité de style.

L’utilisation des ensembles instrumentaux, qui deviendront peu à peu l’orchestre, du clavecin, le développement de la famille des « violes », qui deviendront plus tard ce que l’on appelle le « quintette à cordes », base de l’orchestre symphonique (violons 1, violons 2, alti, violoncelles et contrebasses), l’utilisation parfois poussée à l’extrême de l’ornementation, l’apparition de l’opéra (et de la « tragédie lyrique » en France), les prouesses vocales, surtout en Italie, puis l’apparition de la virtuosité instrumentale, la disparition des modes anciens au profit des deux modes majeur/mineur, la théorisation de l’harmonie sont autant de traits caractéristique de cette époque foisonnante.

Sans pouvoir aborder tous les compositeurs français baroques, je me propose, dans ce premier épisode, de vous faire découvrir Lully et l’ouverture du « Bourgeois Gentilhomme ».

« Le Bourgeois gentilhomme » est une comédie-ballet, créée le 14 octobre 1670, fruit d’une collaboration entre Lully et Molière. Si vous souhaitez plus de précisions sur cette œuvre, rendez-vous sur la page Wikipédia.
Lire la suite

Le voleur qui s’est attaqué à la tronçonneuse à l’éléphante de Louis XIV remis en liberté. (MàJ)

Addendum 05/04 : Le voleur a été remis en liberté vendredi, a déclaré à l’AFP son avocate, Me Corinne Dreyfus-Schmidt.

Le jeune homme, âgé de 20 ans, «a obtenu son Bac S l’an dernier mais a raté son inscription en fac. Cet acte insensé est une sortie de route dans le parcours de ce jeune homme bien inséré», a-t-elle ajouté.

«Le laisser en prison n’aurait pas eu de sens», a-t-elle poursuivi. Lui et ses deux complices présumés, qui n’ont pas été incarcérés, ont été mis en examen mardi pour «vol sur un bien culturel en réunion avec dégradation et effraction».

Libération

Addendum vidéo.

—————————————

Un jeune homme équipé d’une tronçonneuse s’est introduit dans la nuit de vendredi à samedi dans le Muséum d’Histoire naturelle de Paris où il a sectionné la défense gauche d’une éléphante ayant appartenu à Louis XIV. Il a été arrêté et la défense récupérée par la police.

L’animal, actuellement à l’état de squelette, avait été offert à Louis XIV par le roi du Portugal en 1668. Il a vécu jusqu’en 1681 à la ménagerie de Versailles, a-t-on précisé au Muséum, où l’on s’interrogeait samedi après-midi sur les motivations du vandale.

La valeur du bien convoité est celle de l’ivoire. « La valeur historique est un peu plus importante, mais pas mesurable », a déclaré à la presse Jacques Cuisin, en charge de la coordination des ateliers de préparation et restauration du Muséum.

Selon lui, les défenses de l’animal ne sont pas d’origine mais auraient été rapportées sur l’éléphante et dateraient du XIXe siècle.

« Le crâne est en excellent état, ce qui va permettre une restauration assez facile », a estimé M. Cuisin.

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, ministère de tutelle du Muséum, avait auparavant annoncé dans un communiqué que le jeune cambrioleur, âgé de 20 ans selon la police, avait « tenté de dérober les défenses de l’éléphant de Louis XIV ».

La police de son côté, confirmant une information révélée par le Parisien, précisait que le voleur avait sectionné une défense et pris la fuite avec l’objet du délit, avant d’être arrêté par la brigade anti-criminalité (BAC) dans une rue voisine du Muséum, situé dans le Ve arrondissement de Paris.

Selon la même source policière, c’est le bruit de la tronçonneuse qui aurait donné l’alerte. (…)

Le nouvel Observateur

Histoire : Le Jansénisme, de Jansen à la Révolution française (1640-1790)

Port-Royal
L’abbaye de Port-Royal-des-Champs, centre du jansénisme au XVIIe siècle (auteur inconnu, XVIIIe).

Au départ courant catholique rigoriste apparaissant en réaction au molinisme, le jansénisme (du nom de Cornelius Jansen) devint au XVIIIe siècle un courant politique qui occupa le devant la scène publique des années 1710 à 1760, s’érigeant en opposition aux autorités royale et pontificale. En déclin après l’expulsion de leurs ennemis jésuites, les Jansénistes préparèrent et participèrent aux débuts de la Révolution dont l’apport idéologique fut loin d’être négligeable.

La suite et les commentaires sur le blog Histoire.

Desouche Histoire : La « civilisation des moeurs » (XVIIe-XVIIIe) (rediff.)

Louis XIV et sa famille par Nicolas de Largillière
Louis XIV et sa famille par Nicolas de Largillière (1710).

A partir du règne de Louis XIII, une fois les troubles des guerres de religion passés, la monarchie reprend le processus de centralisation politique. Celui-ci se double d’une acculturation du peuple auquel est imposé de nouvelles valeurs (christianisation et civilité). Les mentalités se transforment dans un premier temps dans les villes puis le processus touche d’une façon moins forte les campagnes. Ce processus est dénommé par les historiens « civilisation* des mœurs » et nous en sommes encore largement héritiers.

(* note : à entendre au sens de processus : civiliser)

« La centralisation et l’absolutisme engendrent obligatoirement un effort d’unification culturelle. Au fil des générations, de la Flandre au Midi, de la Bretagne à l’Alsace, à Paris comme dans le plus petit hameau, les officiers et les prêtres, bientôt relayés par ceux qu’ils ont convaincu, imprègnent leur millions de contemporains de valeurs nouvelles véhiculées par la centralisation triomphante » – Robert Muchembled dans Culture populaire et culture des élites dans la France moderne.

● Les moyens de l’acculturation

Ce que Benoît Garnot nomme le « dressage culturel » (imposition de nouvelles valeurs) se fait par trois voies principalement : l’Église, l’école et le milieu social. Ce dernier point recouvre la pression sociale (faire comme ses semblables) et le mécanisme naturel d’imitation des élites (le grand bourgeois imitant le noble, le petit bourgeois imitant le grand bourgeois, ainsi de suite).

Lire la suite

La Révolution française, fille de l’emprunt

Réduire une dette abyssale est l’obsession de la monarchie pendant tout le XVIIIe siècle. Finalement, acculé à la banqueroute, Louis XVI convoque les États généraux. Qui décident de changer les règles du jeu…

L’accomplissement du voeu de la nation : vue de la procession de l’ouverture des Etats-généraux sortant de Notre-Dame pour aller à St Louis, prise de la place Dauphine, à Versailles, le 4 may 1789 (estampe, auteur non identifié)

Le roi « ne payait ni les financiers, ni les négocians, desquels Il avoit emprunté des sommes considérables ; Il leur accordoit des surséances, ou des sauf-conduits contre leurs créanciers autre désordre qui dérangeoit et troubloit encore extremement le commerce, dans lequel on ne voyait presque plus d’argent. Le crédit […] étoit entièrement évanoui. Le discrédit étoit universel, le commerce anéanti, la consommation affaiblie de moitié, la culture des terres négligées ; les ouvriers passoient chez l’étranger. Enfin, le peuple étoit désolé, le paysan mal nourri et mal habillé ».

Ce tableau saisissant, qui pourrait, à quelques modifications près, s’appliquer à la Grèce ou à l’Espagne contemporaines, est dû à l’économiste Nicolas Dutot et brosse l’état de la France à la fin du règne de Louis XIV.

Suite et commentaires sur Fortune

«L’histoire scolaire doit permettre à chacun de penser l’altérité»

Roland Hubert, cosecrétaire général du SNES-FSU, Alice Cardoso, responsable du groupe Histoire-Géographie au SNES-FSU, Laurence de Cock et Suzanne Citron, historiennes, estiment dangereuses les oppositions exprimées contre les nouveaux programmes d’histoire.

L’histoire scolaire n’aurait donc pas à prendre acte des transformations du monde dans lequel vivent les jeunes, à l’heure de la mondialisation, des migrations, des métissages culturels, des pays émergents.

[...] Selon les contempteurs des nouveaux programmes scolaires de collège, il y aurait grand danger donc, et urgence à rétablir un récit national avec ses héros, seuls en mesure de reconstruire une identité collective menacée par le communautarisme. Outre le fait qu’elle ignore que l’histoire nationale conserve une place prépondérante dans les programmes, cette offensive nous apparaît dangereuse.

Qu’importe, pour ces faiseurs d’opinion, que le récit linéaire et plus ou moins hagiographique de l’histoire nationale soit remis en cause par les historiens depuis plusieurs décennies, l’important n’est-il pas que les élites ou toute une ancienne génération y reconnaissent le récit de l’histoire scolaire – imagier de leur enfance – et que la portée supposée intégratrice de ses héros (Clovis, Louis XIV, Napoléon) les maintienne comme modèles à l’usage des jeunes générations sans repères ?

Que ces dernières ne vivent plus dans le même contexte politique, social, mondial que celui du XIXe siècle (lorsque s’est forgé ce récit national qui a irrigué l’histoire scolaire) ne semble guère perturber les défenseurs d’une histoire de France en péril. Il est vrai qu’en matière d’éducation, les vieilles recettes sont à l’honneur. On fantasme sur les vertus des leçons de morale et le retour des sanctions à l’ancienne pour rétablir l’autorité des maître […]

Il est urgent de rappeler que l’histoire de l’Afrique ne s’adresse pas «aux petits Africains» d’origine, mais bien à tous les jeunes car tous ont besoin de ces éclairages sur le passé […]

Libération

11 septembre 1611 : Naissance du maréchal de Turenne

Image de prévisualisation YouTube
Marche du régiment de Turenne – Jean-Baptiste Lully.

Il y a 400 ans naissait le maréchal de Turenne, l’un des six plus grands stratèges de l’Histoire pour Napoléon Ier (aux côtés d’Alexandre le Grand, Hannibal, Jules César, Gustave Adolphe et Frédéric II de Prusse).

Lire la suite

Desouche Histoire : L’armée et la tactique militaire sous Louis XIV

Auteur : Aetius

Louis XIV devant Tolhuis - van der Meulen
Le passage du Rhin par Louis XIV devant Tolhuis, le 12 juin 1672
(Adam François van der Meulen, 1690).

Le règne personnel de Louis XIV (1661-1715) est riche d’évolutions et d’innovations sur le plan militaire. Il voit l’abandon de l’armée de levée pour une armée permanente, composée essentiellement de sujets du royaume, une armée quasiment nationale : les mercenaires étrangers ne constituent plus qu’un faible pourcentage des troupes. Les armes évoluent : le fusil remplace le mousquet et la baïonnette fait disparaître la pique. Particulièrement bien disciplinée et entraînée, l’armée française, capable de tenir tête seule à l’Europe (guerre de la Ligue d’Augsbourg), sert de modèle pour les autres États européens.

I. Une armée d’une taille inédite

Lire la suite

Desouche Histoire : La bataille de Malplaquet (11 septembre 1709)

Marlborough et le prince Eugène
Le duc de Marlborough et le prince Eugène à la bataille de Taisnières.

La guerre de Succession d’Espagne, guerre que Louis XIV n’a pas voulue mais qu’il est contraint de mener, débute en 1702. Une grande alliance se forme en 1701 regroupant l’Angleterre, la Hollande, le Saint Empire, le Portugal, puis la Savoie-Piémont. De son côté la France a montré lors de la guerre de la ligue d’Augsbourg qu’elle pouvait tenir tête seule à l’Europe coalisée, néanmoins cette fois-ci elle est alliée à la Bavière et à l’Espagne où règne Philippe V, petit-fils de Louis XIV.

Par rapport à la guerre de la ligue d’Augsbourg, la situation a changé : l’Angleterre et la Hollande se sont rendus maîtres des mers, la famine de 1693-1694 a fait perdre à la France près d’un million et demi d’âmes, l’empereur du Saint-Empire peut désormais consacrer toutes ses forces à la lutte contre le Roi-Soleil puisque l’empire ottoman a reconnu sa défaite en 1699 (traité de Carlovitz).

I. 1709 : la France au bord de l’effondrement

Jusqu’en 1704, la France parvient à tenir tête aux Alliés : Boufflers empêche les Anglo-Hollandais de s’emparer de la Belgique, Vendôme tient le prince Eugène en respect en Italie, Villars inflige aux Autrichiens la défaite d’Hoechstaedt en 1703.

Lire la suite

Napoléon, l’exilé … des manuels (RMC)

RMC Carrément Brunet le 10/03/2011

[soundcloud url="http://api.soundcloud.com/tracks/11750465" params="show_comments=true&auto_play=false&color=904139" width="100%" height="81" ]

Signer la pétition : 9063 signatures

Dimitri Casaldi

Biographie
Après avoir été professeur d’histoire en ZEP pendant une dizaine d’années, Dimitri Casali a créé le département Histoire des éditions Vuibert et publié de nombreux ouvrages sur l’histoire. Il a par ailleurs travaillé sur le mythe napoléonien sous la direction de Jean Tulard et a collaboré avec la presse écrite et la télévision.

Les derniers livres de Dimitri Casali

Le moyen âge

Auteurs : Dimitri Casali,Antoine Auger
Gallimard Jeunesse – Octobre 2009
Avec la collection Tothème, Gallimard jeunesse a réfléchi à la notion de « parcours » de lecture, souvent mis à mal dans les documentaires jeunesse par la multiplicité des…
Voir l’avis de Ricochet
Documentaire à partir de 9 ans
Ce livre fait partie de la sélection de Ricochet

explorateurs

Auteurs : Dimitri Casali,Dimitri Casali
Illustrateur : Rémi Malingreÿ
Milan, le journal de l’histoire – Septembre 2009
Documentaire à partir de 8 ans

L’Histoire de France par la peinture

Auteurs : Christophe Beyeler,Dimitri Casali
Fleurus Editions – Septembre 2008
Documentaire

Affaire Céline : Faut-il célébrer Jules Ferry, Napoléon ou Louis XIV ?

Après la polémique qui a conduit le ministre de la culture, Frédéric Miterrand, à supprimer la célébration du cinquantenaire de la mort «du plus grand de nos écrivains au vingtième siècle», Paul Giacobbi, député (Parti radical de gauche), président du Conseil exécutif de Corse, défend Céline, «cet immense écrivain».

Si nous devions ne pas célébrer les grands personnages qui ont partagé des idées ou qui ont commis des actes que notre morale réprouve, nous ne célébrerions plus grand monde.

[…]Parce qu’il est un homme de culture et un homme courageux, Frédéric Mitterrand aurait du défendre cette célébration malgré la difficulté qu’il y aurait eu à expliquer les choses. Il a préféré la facilité, l’esquive, la lâcheté. On me dira que ce n’est pas grave, que rien n’empêche de lire les livres non censurés de Céline, de se contenter de « Voyage au bout de la nuit » et de « Mort à crédit », qu’il est plus tellement plus simple d’occulter, de faire le Tartuffe en voulant cacher ce que l’on ne saurait voir. C’est hélas par la multiplication de ces renoncements, de ces lâchetés qu’un peuple perd sa culture. La France de la censure, de la lâcheté a marqué un point, celle du courage, des batailles culturelles, de la liberté et de l’intelligence a reculé. […]

Suite sur Le Monde