Le livre « anti-Islam » de Fabien Engelmann, maire FN de Hayange (màj)(vidéo)

mise à jour du 15 avril 2014 à 22H45 :

Les mêmes mots de l’AFP en vidéo chez BFMTV :

source : extrait de Politicozap - BFMTV – 15 04 2014


Fabien Engelmann

Fabien Engelmann, ex-syndicaliste CGT devenu maire FN d’Hayange (Moselle), dénonce « l’idéologie mahométane », « sectaire » et « en totale contradiction avec notre Constitution » dans son autobiographie, « Du gauchisme au patriotisme ».

M. Engelmann, 34 ans, retrace dans ce livre son parcours, depuis l’extrême gauche (Lutte ouvrière, le NPA), en passant par le syndicalisme (la CGT) jusqu’à l’extrême droite, avec le FN. A plusieurs reprises, il critique « un dogme mahométan très offensif, dangereux pour la démocratie, pour les droits des femmes et pour nos libertés individuelles ».

Il rejette cette « idéologie » « sectaire, figée dans son passé ». [...] Il loue d’ailleurs dans son livre le Parti de la Liberté néerlandais de Geert Wilders, allié au FN pour les européennes, qui « n’hésite pas à comparer l’idéologie islamique au nazisme », rappelle-t-il.

Liant souvent islam et immigration, ce membre du bureau politique du FN depuis l’été 2011 prend parfois soin de distinguer l’immigration ancienne, y compris maghrébine, et « la nouvelle immigration » dont « trop viennent bien souvent pour profiter des aides sociales sans travailler et pour imposer une idéologie religieuse ‘moyenâgeuse’ ». [...]

article de l’AFP via le Berry

Livre : « En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite » (+maj n°3)

[extrait] Le journaliste Pierre-Yves Bulteau vient de publier « En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite ». Le livre réfute une à une 70 idées reçues.

• « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. » Je souligne que le Royaume-Uni accueille deux fois plus d’étrangers sur son sol que la France et l’Italie, 40 % de plus. Et qu’avec sa tradition d’hospitalité, la France a un rayonnement particulier dans le monde…

• [Criminalité / délinquance] « On est face à un sentiment d’insécurité qui n’est pas lié à l’expérience réelle de la violence.

• Les expulsions que préconise le [Front National] coûtent très cher : 15 300 € par personne. Des fonds qui seraient très utiles pour développer une véritable politique d’accueil.

Lire Ouest-France

Complément 1) Livre édité par Les Editions de l’Atelier en partenariat avec l’Institut de recherches de la FSU, La Ligue des Droits de l’Homme, Union syndicale Solidaires, VO Editions ; avec le soutien de la CGT, FIDL, FSU, JOC, MRAP, UNEF, UNL. source

Complément 2) Pierre-Yves Bulteau collabore à l’émission de Daniel Mermet sur France Inter « Là-bas, si j’y suis » et au journal Le Monde, et est l’auteur d’articles dans plusieurs revues dont Mouvements (La Découverte) et Causes Communes éditée par la Cimade. Source

• Complément 3 : Guide des métiers publié par Ouest-France

Un livre pour enfant pour lutter contre les ‘stéréotypes hétérosexuels’

[extraits] «La Princesse Nina» aborde les questions de genre et d’orientation sexuelle à travers une jeune fille qui éconduit tous ses prétendants, jusqu’à rencontrer sa princesse charmante.

La Princesse Nina est l’histoire d’une jeune fille qui est «intelligente, gentille et un peu sauvage». Problème, pour ses parents qui l’aiment de tout leur cœur, elle ne veut pas se marier. Les princes défilent et elles les refusent tous. [Orthographe d'origine][Corrigé : elle les refuse]

Même le prince Azim du Yémen, pourtant parfait en tous points, elle le refuse.

Mais lorsqu’elle rencontre la princesse Melowo du Ghana, elles deviennent inséparables.

Publié par l’éditeur belge Clavis, l’ouvrage de Marlise Achterbergh et Iris Compiet a été récompensé par le concours d’histoires pour enfants d’Inclusive Works, du FEBE Support, un organisme hollandais, et du British Council.

«Dès le plus jeune âge, les filles et les garçons sont confrontés à des stéréotypes, et ceux-ci sont également présents dans les livres pour enfants, explique le FEBE Support en page de garde. Le but de ce livre est de faire en sorte qu’ils puissent assumer leurs propres choix plus tard.»

(….) On a compris et on est d’accord : tout le monde peut s’aimer quelles que soient son origine ethnique et son orientation sexuelle. Le message est important, peut-être peut-il être dit avec un peu plus de finesse.

Libération

Histoire : « Le martyre du Kosovo », mensonges et mystifications de l’OTAN

Le livre de Nikola Mirkovic ne se contente pas de démonter mensonges et mystifications.

Par Jean-Baptiste Noé.

Le Kosovo nous rappelle les guerres balkaniques de ces dernières décennies : Yougoslavie (1992), Serbie (1999), puis indépendance du Kosovo (2010). Si nous en avons connu l’avers du décor, le livre de Nikola Mirkovic nous en présente l’envers.

Mirkovic Kosovo

D’origine serbe et vivant en France, Nikola Mirkovic travaille dans une association humanitaire qui œuvre pour les habitants du Kosovo. Il connaît donc très bien la région et le sujet, et s’exprime ici en expert. [...]

Ce qu’il nous montre dans ce livre, c’est l’ensemble des mensonges orchestrés par l’OTAN pour organiser une guerre qui n’avait pas lieu d’être. Comment de faux charniers ont été créés, des massacres inventés de toutes pièces, et comment les forces de l’OTAN, appuyées par des médias moutonniers, ont présenté les Serbes comme des agresseurs, alors qu’ils défendaient leur région contre les attaques albanaises. Les mensonges de l’OTAN ont été éventés avec la fameuse fiole d’armes de destruction massive, armes irakiennes qui n’ont jamais été trouvées. Puis en Libye, de fausses images de liesse tournées aux États-Unis. Le Kosovo fut le champ d’expérimentation de ces mensonges répétés, qui ont abouti à une guerre funeste pour les populations locales. [...]

Nikola Mirkovic, Le martyre du Kosovo, Édition Jean Picollec, 2013, 200 pages.

Lire l’analyse complète sur Contrepoints

Blog Histoire

«Les Français ruinés par l’immigration»

Gérard Pince est docteur en économie et spécialiste de l’économie du développement: il a publié en 2013 un petit livre intitulé Les Français ruinés par l’immigration (éditions Godefroy de Bouillon).

Dans cet ouvrage il a résumé ses analyses de la comptabilité nationale destinées à évaluer l’impact des populations immigrées sur notre économie.

En 1946, 88% des étrangers installés en France étaient d’origine européenne tandis qu’aujourd’hui, ces derniers n’en représentent plus qu’un gros tiers ; il y a bien une modification profonde de la nature de l’immigration.

Suite et commentaires sur Fortune

Dans les laboratoires du Bureau Sexuel de l’Etat Unique [littérature]

Nous Autres est un roman de Yevgueni Zamiatine, paru en 1920. Il a beaucoup influencé 1984 (George Orwell) et Le Meilleur des mondes (Aldous Huxley). PDF disponible ici

Extraits :

« Certains ont un grand succès en amour. D’autres non. N’est-il pas absurde que le gouvernement d’alors ait pu laisser la vie sexuelle sans contrôle ? C’était une vie absolument a-scientifique et bestiale. Les gens produisaient des enfants à l’aveuglette, comme des animaux. Ils n’ont jamais pensé à ce que nous appelons les Normes Maternelle et Paternelle.

(…) La « Lex Sexualis » (loi sexuelle) fut proclamée : « N’importe quel numéro a le droit d’utiliser n’importe quel autre numéro à des fins sexuelles. »

Et le reste n’est plus qu’une question de technique. Chacun est soigneusement examiné dans les laboratoires du Bureau Sexuel. On détermine avec précision le nombre des hormones de votre sang et on établit pour vous un tableau de jours sexuels.

Vous faites ensuite une demande, dans laquelle vous déclarez vouloir utiliser tel numéro, ou tels numéros. On vous délivre un petit carnet rosé à souches et c’est tout.

Il est évident que les raisons d’envier le prochain ont disparu. Ce qui, pour les anciens, était une source inépuisable de tragédies ineptes, a été transformé par nous en une fonction harmonieuse et agréablement utile à l’organisme.

Il faut que je vous parle du Jour de l’Unanimité. Je l’ai toujours aimé depuis mon enfance. C’est demain le jour de l’élection solennelle du Bienfaiteur.

Il va de soi que cela n’a rien de commun avec les élections désordonnées et inorganisées qui avaient lieu chez les anciens et dont — cela paraît ridicule —, le résultat lui-même était inconnu à l’avance. Que peut-il y avoir de plus insensé que d’organiser un État sur des contingences absolument imprévisibles, à l’aveuglette ?

Est-il besoin de dire que rien chez nous n’est laissé au hasard ? Rien d’inattendu ne peut survenir ; nous constituons un seul organisme aux millions de cellules et nous formons une seule Église.

L’histoire de l’État Unique ne connaît pas de cas où une seule voix se fût permis de détruire la grandiose unanimité de ce Jour. On dit que les anciens pratiquaient le vote secret, en se cachant comme des voleurs. Il est probable que les élections étaient accompagnées de cérémonies mystiques et, peut-être même, criminelles.

Nous n’avons rien à cacher, nous n’avons honte de rien, c’est pourquoi nous fêtons les élections loyalement et en plein jour. Je vois les autres voter pour le Bienfaiteur et ils me voient également. Pourrait-il en être autrement puisque « tous » et « moi » formons un seul « Nous » ?

En supposant l’impossible, si une dissonance se produisait dans l’homophonie habituelle, nous avons les Gardiens, invisibles parmi nous, qui peuvent arrêter les numéros tombés dans l’erreur, les préserver de faux pas futurs et sauver ainsi l’État Unique.

PDF disponible ici

DSK va publier un livre intitulé « La mondialisation, c’est la guerre »

Dominique Strauss-Kahn prépare son retour. L’ancien ministre et directeur du FMI, pas encore tout à fait débarassé des poursuites judiciaires (l’affaire dite du « Carlton de Lille » a été envoyée devant le tribunal correctionnel), va publier un livre prévu pour mi-octobre, nous informe RTL.

Pas de révèlations scabreuses sur le Sofitel ou sur les « carnages » (mot utilisé par les juges d’instruction) du Carlton prévues. En revanche, un retour sur l’expérience de l’ex-homme politique à la tête du FMI, le tout enrobé d’anecdotes politiques et de développement économiques théoriques.

Le Dauphiné

 

Le livre, qui devrait s’intituler « La mondialisation, c’est la guerre », paraîtra aux éditions Descartes.

Guantanamo : les détenus préfèrent un livre érotique au coran

« Cinquante Nuances de Gris », le best-seller d’érotisme « soft » d’E.L James, plutôt que le Coran est la lecture préférée des détenus les plus importants du camp de Guantanamo, à Cuba, où les Etats-Unis ont enfermé les suspects étrangers en matière de terrorisme.

Telle est la révélation d’un membre de la Chambre des représentants américaine, Jim Moran, qui s’est rendu à Guantanamo la semaine dernière dans le cadre d’une mission parlementaire. « Plutôt que le Coran, cet ouvrage est celui qui est le plus demandé par les pensionnaires du camp n°7 (qui abrite notamment cinq hommes inculpés de complot en rapport avec les attentats du 11 septembre 2001, ndlr) », a déclaré au Huffington Post, puis à Reuters cet élu de Virginie. [...]

Le Figaro

« Pourquoi les Français éprouvent-ils un irrationnel sentiment d’insécurité ? »

Un mensonge d’État. L’imposture sécuritaire

Pourquoi les Français éprouvent-ils un irrationnel sentiment d’insécurité, alors qu’on compte 670 000 délits de moins depuis 2002 et un taux d’élucidation des infractions en hausse de 12 points ? Irrationnel ? Et si les chiffres affichés étaient faux ? Et si l’appareil statistique avait été dévoyé au service d’un message politique illusoire ?

Avec une précision chirurgicale, un ancien Colonel de gendarmerie, Jean-François Impini, révèle comment les statistiques ont été impunément dévoyées. Il dévoile la dictature des chiffres et les tricheries utilisées pour produire de « bons » résultats, et détaille les pratiques qui ont permis d’éluder des délits par centaines de milliers tout en élucidant des infractions imaginaires.

À l’heure où « nul n’est censé ignorer la réalité », Jean-François Impini, chiffres à l’appui, jette une lumière crue sur la réalité d’une police détournée de sa mission, et d’une politique de sécurité devenue simple entreprise de communication au profit d’un discours politique vide d’action.

Publié sur le site de Laurent MUCCHIELLI le 12 mai 2013

 

100 livres pour enfants pour « vivre ensemble riches de nos différences » (màj)

« La nature est bien faite. Plutôt que de laisser un œuf à l’abandon, deux manchots mâles l’ont couvé et en ont ensuite élevé le bébé femelle, Tango, comme n’importe quels autres parents. »

« Prunelle a deux mamans, mais ce jour-là, au centre aéré, l’animatrice Leïla n’y pense pas et Prunelle n’ose pas réclamer »

Exemples :

qqsqsqs.png
qqsqsqs.png
rrrr.png

Merci Joyeux Luron

« Le rêve britannique » de David Goodhart

L’un des plus influents penseur du centre-gauche de  Grande-Bretagne examine la politique d’immigration au Royaume-Uni et fait valoir qu’elle a eu des conséquences imprévues qui nécessitent d’être expliquées. 

« Le rêve britannique » de David Goodhart raconte l’histoire de l’immigration d’après-guerre et envisage ses conséquences pour l’avenir. S’appuyant sur des centaines de témoignages collectés partout dans le pays ainsi que sur une foule de données statistiques, il dépeint un tableau saisissant de la façon dont la Grande-Bretagne a été transformée par l’immigration et examine la progression de ses minorités ethniques qui devraient atteindre environ 25 % de la population au début des années 2020.

La Grande-Bretagne est certes toujours aujourd’hui une société plus ouverte que jamais pour les minorités ethniques mais elle est devenue également une société fragmentée. David Goodhart fait valoir que l’excès de propagande multiculturaliste a exacerbé ce problème en renforçant les différences au lieu de consolider le vivre-ensemble. Le succès multi-ethnique de l’équipe britannique aux Jeux olympiques de 2012 avec ses goûts affirmés  pour le poulet « tikka masala » ne sont pas selon lui suffisants pour tisser des liens communs.

La Grande-Bretagne a besoin d’une culture politique d’intégration. Goodhart conclut que si la Grande-Bretagne veut éviter un rétrécissement de la sphère publique dans les villes ethniquement divisées, comme dans de nombreuses régions des États-Unis, ses politiciens et donneurs de leçons de morale doivent faire deux choses. Tout d’abord, tel que préconisé par la droite-centriste :  il faut ramener le taux d’immigration à des niveaux plus bas. Deuxièmement tel que préconisé par la gauche-centriste : il faut si possible façonner et construire progressivement une histoire nationale commune qui feraient cohabiter les personnes issues  de différentes traditions afin de réaliser ce rêve britannique.

Amazon