Un rapport s’alarme de l’augmentation du coût du droit d’asile

La situation en matière de droit d’asile en France est alarmante selon les conclusions du comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques (CEC) publiées mardi 15 avril par Le Figaro. Le rapport, rédigé par les députés Jeanine Dubié (groupe Radical) et Arnaud Richard (UMP) et daté du 10 avril, fait suite aux travaux de la mission sénatoriale Létard-Touraine, remis au ministère de l’intérieur en novembre 2013.

D’après le document, révélé par Le Figaro, tous les coûts prévisionnels ont été dépassés, notamment en ce qui concerne l’« hébergement d’urgence » dont la facture atteint 90 millions d’euros. L’ensemble des dépenses liées à l’asile s’élèverait à 666 millions d’euros, « sans anticiper » sur d’autres dépenses. L’aide temporaire d’attente accordée aux demandeurs a connu en 2013 « une consommation sans précédent de près de 180 millions d’euros », ajoute le document.

Par ailleurs, d’après les rapporteurs, « la population de déboutés (mineurs inclus) était de l’ordre de 45 000 personnes en 2013 et 43 500 personnes en 2012 ». Or, selon les deux députés, ils « tentent souvent de régulariser leur séjour soit en faisant valoir qu’ils remplissent les critères de régularisation fixés par les circulaires en vigueur, soit en entamant d’autres procédures ».

Pour 45 000 déboutés en 2013, les obligations de quitter le territoire français (OQTF) prononcées n’ont été que de 19 000, ajoutent-ils. Sur l’ensemble des 89 000 OQTF prononcées, 15 200 éloignements ont été effectivement réalisés, soit un taux d’exécution très faible, « de l’ordre de 17 % ».

Le Monde

80 à 95% des chambres d’hôtels réquisitionnées pour les SDF sont destinées aux immigrés clandestins (MàJ vidéo)

Addendum 23/01 : Hébergement d’urgence à Metz :

« Lundi soir, sur 1 430 personnes hébergées, nous n’avions que 65 personnes de nationalité française, soit 4,5 % du public. »
Le Républicain lorrain

Addendum 21/01 : Maraude à Belfort : Hugo, Romuald, Alexandre… Le Pays

Autre maraude : Marcel, Jacques, Romuald…

Dunkerque : Vanessa et Marcel…

Lire la suite

Des mal-logés en colère contre le SAMU social occupent l’ACSE (vidéo)

Suite aux menaces d’expulsions au 31 décembre dans certains hôtels où sont hébergés les demandeurs de logement pris en charge par le SAMU SOCIAL, les mal-logés se mobilisent et occupent l’ACSE (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances).

Mal-logés en colère

Thierry, SDF : « On est pas racistes, mais on est le même peuple, faut faire passer les Français en premier. Il y a des profiteurs »

[...] Nacer est rentré de son entretien, bredouille, comme attendu. Il est nerveux, presque agressif, s’emporte contre le système d’hébergement d’urgence qui privilégie « les fous » et les étrangers « qui ne parlent même pas français ». « Ça fait trois semaines que je dors dehors ! », enrage-t-il. [...]

Thierry le Réunionnais aussi avait une famille. Un divorce pour faute l’a mis à la rue. « C’est de ma faute, je l’avais trompée. » Une larme coule sur sa joue. Sa dernière nuit dehors l’a épuisé. Il a 42 ans : « J’ai les moyens de travailler, je veux m’en sortir seul. Mais sans un logement, c’est impossible. » « Faut nous aider, reprend-il. On est pas racistes, mais on est le même peuple, faut faire passer les Français en premier. Il y a des profiteurs. » [...]

Le Monde

(merci à Jérôme)

Les Mureaux (78) : la ville contrainte d’accueillir des clandestins de Seine-Saint-Denis

Dix-sept familles, demandant asile en France et arrivant tout droit de Seine-Saint-Denis ont posé dernièrement leurs valises aux Mureaux. François Garay, le maire (DVG) de la ville, reste interloqué devant cet afflux.

« Nous ne sommes mis au courant de rien. C’est bien souvent les associations qui nous apprennent quand des familles arrivent. »

[...] Du côté du 115, on explique que les personnes sont envoyées « là où il y a de la place lorsque les capacités d’accueil du 93 sont atteintes. » Trop facile pour l’élu des Mureaux : « Certes nous avons de la place, mais pourquoi on ne réquisitionne pas des hôtels au Vésinet ou ailleurs ? » [...]

Le Parisien

(Merci à kaos)

Hébergement d’urgence en Limousin : une demande qui explose

Ils viennent de l’Est, d’Europe centrale et, dans une moindre mesure, d’Afrique subsaharienne. Ils arrivent en Limousin en famille, chassés par la faim et les conflits. Une demande qui explose et qu’il faut gérer.

(…) « Avant, on était confronté à une situation d’urgence de type précarité locale ou nationale. Depuis 2008, on est massivement passé à une problématique sur une population étrangère », constate Henri Jean, le secrétaire général de la Préfecture de Région. « Un public a chassé l’autre » confirme-t-on à l’ARSL.

(…) Comme le turnover est faible, on travaille avec la Corrèze et la Creuse pour fluidifier », reconnaît Myriam Calderon la directrice de l’ARSL.

« Limoges avait la réputation d’être accueillante, sans tension avec le budget, ni pression policière. Ça s’est su. Mais maintenant, ça change », prévient-on à la Préfecture.

Chaque année en Haute-Vienne, environ 2.000 personnes en immigration régulière ont une autorisation de séjour. Elles sont 200.000 en France. Le département enregistre également 400 naturalisations par an.

Le Populaire

Saint-Brieuc : Manif de soutien aux demandeurs d’asile (vidéos)

19/05/2011

Remise d’un courrier au procureur de la république par le collectif contre le racisme et pour la solidarité au sujet de la situation des demandeurs d’asile à Saint-Brieuc.

Image de prévisualisation YouTube

14/05/2011

Image de prévisualisation YouTube

Le sort des demandeurs d’asile inquiète toujours à Saint-Brieuc. Hier matin, environ 150 personnes ont manifesté en leur faveur. Depuis l’arrivée de familles expulsées d’un squat à Rennes, la situation s’est tendue dans les structures d’accueil costarmoricaines. Selon le collectif d’associations qui soutient les réfugiés, plusieurs d’entre eux seraient logés chez des particuliers alors que l’État a l’obligation de leur trouver une solution d’hébergement. La préfecture conteste ces affirmations et indique que ces personnes sont accueillies à l’hôtel. Après plusieurs jours de négociation en coulisses et une guerre des chiffres, le collectif a finalement obtenu un rendez-vous avec le préfet mardi, à 15h.

Le Télégramme

Hébergement d’urgence : Des SDF clandestins refusés

Les SDF sans-papiers sont-ils indésirables dans les centres d’hébergement d’urgence ? Les préfectures du Haut-Rhin, du Calvados et de l’Yonne ont demandé aux associations chargées de l’hébergement de refuser les étrangers en situation administrative irrégulière en cas de manque de places.

Dans un mail de la Direction départementale de la cohésion sociale du Calvados, il est ainsi demandé aux associations de ne plus prendre en charge les déboutés du droit d’asile pour faire face au manque de places. Dans le Haut-Rhin, le cahier des charges du 115 prévoit la prise en compte du «statut administratif» des sans-abri.

Le secrétaire d’Etat au Logement a assuré avoir «fait appeler les trois préfectures» pour stopper ces pratiques. Benoît Apparu a également annoncé qu’une circulaire «hiver» serait envoyée «en fin de semaine» à toutes les préfectures rappelant le principe de «l’accueil inconditionnel» dans tous les centres.

Il y a une mise à l’abri humanitaire quelle que soit la situation individuelle des personnes.»

Télégramme

(Merci à Marcel)

Polémique sur l’hébergement d’urgence des sans-papiers

Les centres d’hébergement en France ont reçu lundi un rappel de leur obligation d’accueillir tous les sans-abri, même s’ils n’ont pas de papiers en règle.

Selon le quotidien Libération, des consignes ont été passées pour refuser les étrangers en situation irrégulière dans les centres d’hébergement d’urgence dans plusieurs départements.

L’opposition se dit indignée et dénonce des « dérives » découlant, selon les sénateurs communistes, d’une logique de « xénophobie d’Etat », après la réforme restreignant l’accès à l’aide médicale d’Etat (AME) et avant l’examen d’un nouveau projet de loi sur l’immigration. [...]

La Tribune