Éric Raoult accusé de harcèlement moral et sexuel

Le maire UMP de la ville de Raincy aurait envoyé plusieurs milliers de messages suggestifs et insistants à une de ses collaboratrices avant de menacer de la révoquer si elle ne répondait pas à ses avances. L’élu jure à l’entreprise politique de déstabilisation.

Hebergeur d'imageHarcèlement, chantage, menaces. Le portrait qu’Agnès Desmaret, ancienne directrice du Centre communal d’action sociale (CCAS) du Raincy dresse d’Eric Raoult est édifiant. La jeune femme de 33 ans a porté plainte contre lui pour harcèlement moral et sexuel. Le maire UMP de la ville aurait tout fait pour saboter sa carrière à partir du moment où elle a refusé ses avances. Une enquête préliminaire est en cours, menée par le parquet de Bobigny. Comme toujours dans les histoires de harcèlement sexuel, les faits sont extrêmement délicats car la parole de l’un s’oppose à la parole de l’autre. Mais dans ce cas précis, la jeune femme a conservé tous les SMS que lui envoyait Eric Raoult. [...]

Certains laissent croire à un coup de coeur sincère: «Je veux vivre pour vous. Vous êtes trop belle et intelligente (…)», ecrit-il le 1er mars 2012. «Vous m’autorisez à vous tutoyer ? Peut-être un jour, je serais l’homme le plus heureux du monde», le 14 janvier 2012. D’autres sont plus grivois : «Tes seins sont notés triple A (…)», le 11 novembre 2011. Quelques minutes plus tard, le même jour : «Vous êtes très désirable et vous le savez.» [...]

Le Figaro

Sexisme, relations sexuelles étudiantes/professeurs et harcèlement dans les écoles d’art : le rapport choc du Sénat

Des comportements sexistes dans les écoles d’art, des relations sexuelles entre profs et étudiantes banalisées : c’est ce qu’a révélé un rapport choc du Sénat. Critique sur la représentativité de ce document, l’ANdEA (Association nationale des écoles supérieures d’art) souhaite néanmoins créer une commission pour évaluer la réalité de ces pratiques.

« L’éventail des comportements sexistes est large, allant de l’insulte sexiste ou homophobe jusqu’au harcèlement sexuel », a affirmé Giovanna Zapperi, professeure d’histoire et de théorie de l’art à l’École nationale supérieure d’art de Bourges, auditionnée par la délégation du Sénat qui s’est penchée sur la question. « Quant aux relations sexuelles entre professeurs et étudiantes, elles sont banalisées et tolérées par l’institution quelle que soit la nature de cette relation, a également précisé l’enseignante : recours au sexe comme monnaie d’échange, relation occasionnelle consentie ou relations d’ordre sentimental », a-t-elle ajouté….

L’étudiant, merci à oxoxo

                                                                

Extraits du rapport :

Reine Prat, entendue par la délégation dès le début des travaux du présent rapport, nous avait alertés en ces termes : « dans les écoles d’art, pour le dire schématiquement, des générations de « Lolitas » travaillent sous l’égide de mentors qui sont le plus souvent des hommes, le plus souvent d’un certain âge ». Elle avait donc estimé légitime de se demander quel rapport cela engendre et quelles dérives portent ce genre de déséquilibres.

Les auditions ultérieures ont confirmé l’existence d’un véritable fléau, commun à l’ensemble des écoles d’art, et révélé un phénomène d’une ampleur apparemment généralisée et, ce qui apparaît plus grave aux yeux de la délégation, relativement banalisé dans le milieu.

Giovanna Zapperi précisait que l’éventail des comportements sexistes est large, allant de l’insulte sexiste ou homophobe jusqu’au harcèlement sexuel, véritable fléau qui sévit dans l’enseignement artistique.

Si, à l’heure actuelle, 60 % des étudiants en écoles d’art sont des femmes, la grande majorité des directeurs et des professeurs sont des hommes.

Ainsi, sur les 74 directeurs d’écoles supérieures d’art, de design, d’art dramatique, de cinéma et du patrimoine signataires de la tribune publiée dans Libération, intitulée « Les écoles d’art doivent garder leur singularité », on compte moins de 10 femmes…

Or, la proximité entre l’enseignant et l’étudiant peut déboucher sur une relation asymétrique dans laquelle l’étudiant est confronté à l’arbitraire de la part de l’enseignant.

Les étudiantes témoignent ainsi devoir constamment se battre contre des propos déplacés, des sous-entendus sexuels ou des comportements ambigus, tel celui d’un enseignant qui ferme la porte à clef pendant un entretien.

Quant aux relations sexuelles entre professeurs et étudiantes, elles sont banalisées et tolérées par l’institution quelle que soit la nature de cette relation, a précisé Giovanna Zapperi : recours au sexe comme monnaie d’échange, relation occasionnelle consentie ou relations d’ordre sentimental, celles-ci existant aussi…

Sénat.fr

Harcèlement sexuel : à Bordeaux, plus d’1 femme sur 4 se dit victime

Un rapport sur la situation des femmes au travail accable la communauté urbaine de Bordeaux (CUB). Cette étude, révélée par « 20 Minutes », montre que plus d’une femme sur quatre, au moins une fois dans sa carrière, a été victime d’actes sexistes, et que 18% des femmes qui y sont salariées ont été « harcelées ». [...]

Yves Raibaud, géographe à l’université Bordeaux 3, qui dirige ce rapport commandé par la CUB et qui traite des inégalités femmes-hommes, explique dans le quotidien que « ce phénomène ignoré et invisible » est comparable à d’autres enquêtes, menées ailleurs en France : « En Seine-Saint-Denis, 45% des salariées ont entendu des blagues sexistes et 13% subi des attitudes insistantes ou gênantes », confie-t-il. [...]

Elle

Merci à chris3818919

Mohamed Diab, l’homme du Bus 678

Lors du premier procès en Egypte pour harcèlement sexuel, en 2008, Mohamed Diab a découvert ce fléau national. Il en a fait le sujet de son premier film en tant que réalisateur, « les Femmes du bus 678 » (en salles demain). Édifiant.

http://img21.imageshack.us/img21/9110/tophomeimage.jpg

Comme d’habitude, le bus est bondé. Et, une fois encore, Fayza va préférer dépenser quelques livres pour rejoindre en taxi son bureau de fonctionnaire. Une question de confort ? Si on peut dire…

Fayza, comme Seba ou Nelly, toutes trois de milieux différents, ne peut simplement plus supporter que, profitant de la foule, les hommes se frottent à elle, la touchent.

C’est avec ce sujet tabou, et véritable fléau national en Egypte, qu’un homme, Mohamed Diab, a choisi de se lancer dans la réalisation. (…)

Le nouvel Observateur

Guyane : Le haut fonctionnaire lui aurait imposé des relations sexuelles contre l’obtention d’un titre de séjour

Un haut fonctionnaire en Guyane a été mis en examen pour viols, agressions sexuelles et corruption passive. Il encourt jusqu’à vingt ans de réclusion.

http://img69.imageshack.us/img69/3830/capturedecran20120314a1.png

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe en Guyane. Le numéro 2 de la sous-préfecture de Saint-Laurent du Maroni a été incarcéré il y a quelques jours. Christian Dorival, 53 ans, secrétaire général de la sous-préfecture, a été mis en examen pour viols, agressions sexuelles, harcèlement sexuel, et corruption passive. Des faits qu’il nie en bloc selon son avocat, Me José Lobeau. Il est en détention provisoire depuis le 8 mars dernier, et sa remise en liberté lui a été refusée ce mardi. Celle-ci sera réexaminée le 20 mars prochain par la chambre de l’instruction.

Tout a commencé en janvier dernier, lorsqu’une jeune femme de nationalité étrangère dépose plainte contre lui.

Elle affirme que le haut fonctionnaire lui aurait imposé des relations sexuelles contre l’obtention d’un titre de séjour.

« L’enquête a permis de recueillir par la suite le témoignage de plusieurs jeunes femmes de nationalité étrangère qui relatent avoir dû céder aux avances du mis en examen pour obtenir la régularisation de leur situation administrative », explique le procureur de Cayenne. « Des dénonciations » confortées par « l’audition des personnels féminins subordonnés de Christian Dorival », qui elles sont six à avoir porté plainte pour harcèlement sexuel.

Au total, ce sont dix plaignantes aujourd’hui qui se sont manifestées contre Christian Dorival. De source proche du dossier, l’une des plaignantes était âgée de 17 ans au moment des faits présumés, qui se seraient déroulés entre 2009 et 2012. (…)

France Soir

Des iraniennes topless dans un clip contre ”l’islam politique” – Vidéo

Le 8 mars, profitant de la journée de la femme, un calendrier de « Photos de révolutionnaires nues » est mis en vente et dans le but de le promouvoir, des iraniennes se montrent seins nus dans la vidéo « Dites non à l’islam politique ».

Les femmes qui n’ont pas peur de se montrer dans ce clip vidéo, soulignent que leur nudité est une manière pacifique de s’opposer à l’islam en politique

Par ce moyen, elles entendent dénoncer une ”société de violence, de racisme, de sexisme, de harcèlement sexuel et d’hypocrisie ”.

Elles souhaitent vendre ce calendrier pour financer le soutien aux droits et à la liberté d’expression des femmes à travers le monde.

Des hommes en robes contraignent, contrôlent et intimident des femmes à travers le monde au nom de Dieu… il faut que cela cesse ”,

insiste l’une des instigatrices de ce programme.

Image de prévisualisation YouTube

Terrafemina

Evry : un haut fonctionnaire poursuivi pour agressions sexuelles

Le parquet d’Evry a requis mercredi 2 ans d’emprisonnement ferme à l’encontre d’un haut fonctionnaire à la retraite, poursuivi pour agressions sexuelles et harcèlement, en 2005 et 2007 dans l’Essonne, alors qu’il était délégué du Procureur de la République d’Evry.

Cinq ans d’emprisonnement, dont trois avec sursis, et cinq ans d’interdiction des droits civiques ont été requis à l’encontre de Jean-Claude Raynaud, 75 ans, ancien sous-préfet qui a également été, entre autres, administrateur civil auprès des Premiers ministres Laurent Fabius, Jacques Chirac et Michel Rocard.

Il comparaissait mercredi pour tentative et agressions sexuelles par personne abusant de l’autorité que lui confère sa fonction, pour harcèlement en vue de l’obtention de faveurs sexuelles, et usage public d’un insigne ou d’un document pouvant créer une confusion avec ceux utilisés par la police, à l’encontre de trois femmes, à Juvisy-sur-Orge, Athis-Mons et Draveil (Essonne). [...]

Le Midi Libre

(merci à Mandrin)

L’affaire Georges Tron en direct

Addendum du 29/05/2011

- Georges Tron démissionne du gouvernement Le Parisien

- Le Journal du dimanche annonce qu’une troisième plaignante devrait être entendue cette semaine dans le cadre de cette affaire. Il s’agit d’une commissaire de sa commune, déplacée « à sa demande » en début d’année. Si on ignore encore les détails de cette histoire, un syndicaliste policier a confié au JDD que le secrétaire d’Etat « s’est acharné sur elle (cette femme) pendant des mois. (…) Je ne sais pas exactement ce qui s’est passé entre eux, mais je sais qu’elle a très mal vécu tout ca », a-t-il confié.

– Georges Tron devrait présenter sa démission à Nicolas Sarkozy dès ce soir. Le sort du maire de Draveil aurait été réglé hier. François Fillon s’est chargé de fixer les modalités de cette démission. Le Figaro

Lire la suite