Apocalypse – La 1ère Guerre Mondiale : « Rage » (Vidéo 4/5)

Les soldats sont au bord du gouffre. Ils veulent que ça s’arrête. Ils veulent rentrer dans leurs foyers. Chez eux, à l’arrière, la colère gronde, la faim tiraille les populations. La guerre a répandu son malheur dans tous les foyers, elle est présente dans chaque instant de la vie quotidienne. Il faut trouver une solution. Il faut que la guerre se termine.

Alors les révoltes commencent : en Allemagne, l’agitation sociale fait craindre pour l’avenir du Reich. L’Empire austro-hongrois vacille : François-Joseph est mort, et son jeune successeur Charles Ier entame des tentatives de paix. Sur le front, la bataille du Chemin des Dames va déclencher des mutineries chez les poilus. Les soldats russes, fatigués d’être tiraillés par la faim et la peur, sr joignent à la Révolution. Le Tsar abdique
et se prépare à l’exil.

Mais l’Etat-major allemand commet une faute stratégique qui va changer le cours du conflit : dans une guerre sous-marine « à outrance », il a décidé d’attaquer tous les navires présents en Atlantique, y compris les bateaux américains. Les USA entrent dans la guerre aux côtés des Alliés, et en juin 1917, le général Pershing débarque en France avec les premiers effectifs.

Un mois après leur arrivée, alors que les renforts américains sont encore à l’entraînement, débute en Belgique la bataille de Passchendaele : sous une pluie torrentielle, des milliers de soldats de l’Empire britannique se noient dans une mer de boue. Un nouvel échec, une nouvelle hécatombe vide de sens.

Apocalypse – La 1ère Guerre Mondiale : « Enfer » (Vidéo 3/5)

Septembre 1915. Des millions d’hommes sont pris dans le piège d’une guerre immense. Des tranchées de France aux montagnes italiennes ou des Balkans, jusqu’aux portes de l’Orient, l’Europe entière s’est enflammée.

Nouvelles armes, nouvelles défenses, la guerre est désormais industrielle et chimique. Les combats atteignent une violence jusque-là inconnue. L’artillerie pilonne. Les attaques se font au gaz, aux lance-flammes, aux Schrapnels, mélange de poudre et de billes de plomb qui fracassent les visages et les corps. Les assauts sont terrifiants, suicidaires. Des orages d’acier brisent les tympans et rendent fous les soldats. Les blessures sont affreuses, les conditions de vie et d’hygiène dans les zones de combat sont catastrophiques, les épidémies font des ravages… C’est l’enfer.

En France, les Allemands lancent en février 1916 une grande offensive sur Verdun. Les Français tiendront coûte que coûte. Dans la Somme, la bataille la plus sanglante de la guerre commence le 1er juillet 1916. En quelques heures l’armée britannique perd 30.000 hommes. 5 millions d’hommes sont déjà morts en 16 mois. Mais, pour les grands chefs, le coût humain et matériel est tellement élevé qu’il faut que l’ennemi paie et que la guerre continue. Comment arrêter cette folie ? Comment mettre fin à cette rage ?

Gaëtan Gorce : « Le PS a été construit pour conquérir le pouvoir, pas pour l’exercer »

Contrairement à certains socialistes, le sénateur PS de la Nièvre n’appelle pas à la démission de Désir, mais à un changement bien plus radical. Interview.

Le Point.fr : à l’image d’Henri Emmanuelli, de plus en plus de voix demandent la démission d’Harlem Désir après la déconvenue du PS aux municipales. Y joignez-vous la vôtre, vous qui demandez depuis des années une révolution au sein du Parti socialiste ?

Gaëtan Gorce : C’est regarder par le petit bout de la lorgnette que de demander la démission du premier secrétaire. Le mal est plus profond, mais depuis des années on refuse tout débat sur les causes des difficultés du Parti socialiste. Or, je disais déjà au congrès du PS de Toulouse, en 2012, que notre parti est inadapté à l’époque, encore plus lorsque nous sommes un parti majoritaire, censé soutenir le gouvernement.

Être majoritaire, c’est un problème ?

Le Parti socialiste a été construit pour conquérir le pouvoir, pas pour l’exercer. Lorsque nous sommes au pouvoir, les débats internes sont étouffés.

Jospin, premier secrétaire, en avait souffert de 81 à 88, Hollande un peu moins de 97 à 2002, parce que nous étions en cohabitation. Dans la Ve République, le pouvoir exécutif est exercé par un petit groupe, qui prend la main. Il ne reste plus rien au parti majoritaire. À chaque fois, le PS devient un simple relais.

Si le problème est connu depuis 81, comment se fait-il qu’il perdure ?

Parce que nos structures sont héritées de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, sur la base des mouvements ouvriers. Dans la forme, ces structures sont alors assez « tayloristes », tout part du haut pour aller vers le bas, alors que le modèle postindustriel demande une participation forte de la base. De plus, notre électorat, au départ homogène, s’est diversifié. Mais notre parti fonctionne toujours sur le modèle antérieur. Nous n’avons rien compris. Il y a déjà eu des tentatives d’ouvrir le parti et de débattre, par exemple sous Hollande après la défaite de 2007 ou lorsque Ségolène Royal a relancé la démocratie participative avec Désirs d’avenir.

Malheureusement, le faire-semblant l’emporte trop souvent. On fait semblant d’organiser des débats, de proposer aux gens de choisir leur candidat, etc…

Comment le PS peut-il réagir ?

Un parti, je le rappelle, sert à faire le lien entre des citoyens et des institutions ; il transforme des aspirations individuelles en un point de vue d’intérêt général. Or, le PS, comme d’autres d’ailleurs, ne fonctionne plus en ce sens. Il faut imaginer quelque chose de différent. On garde la structure, et on se remet au clair avec nos valeurs. Le PS ne sait plus où il va, il faut donc en priorité redéfinir sa base intellectuelle, faire revivre sa culture politique. Jaurès, Blum avaient une culture politique hors norme. Aujourd’hui, nos dirigeants ne pensent qu’à faire des coups ou à défendre leur place. Ils agissent sans cohérence…

 Aujourd’hui, dans son mode de fonctionnement, le PS ne se distingue pas d’un parti libéral. C’est le règne du chacun pour soi, de la concurrence sauvage ! C’est pire qu’un paradoxe, puisque nous fonctionnons d’une manière inverse au modèle de société que nous prétendons défendre.

 

Le Point

Déficit public : «La France ne tient pas ses engagements européens, une fois de plus. Ce n’est pas sérieux» (Edito du Monde)

Extraits de l’éditorial du Monde du 4 avril 2014 intitulé «Des réformes d’abord, des délais ensuite».

M. Sapin obtiendra sans doute un nouveau délai en échange de promesses de réformes. C’est dans le sens inverse qu’il faut travailler : faire voter des réformes d’abord, consentir des délais ensuite.

La France ne sera pas au rendez-vous, une fois de plus. La France ne tient pas ses engagements européens, une fois de plus. La France voit sa crédibilité à Bruxelles, à Berlin et ailleurs un peu plus écornée.

Il n’a pas fallu longtemps à Michel Sapin, le nouveau ministre des finances, pour dire la vérité des comptes. Paris va demander un nouveau délai pour atteindre son objectif d’un déficit public de 3 % du produit intérieur brut (PIB) en 2015. Le «cap» n’est pas abandonné, a-t-il dit jeudi 3 avril, mais il faut «discuter du rythme».

En une dizaine d’années, c’est la cinquième fois que la France ne tient pas ses promesses en matière de discipline budgétaire : pas plus le «cap» que le « rythme », et encore moins les assurances données sur les «réformes de structure» que Paris allait mettre en chantier, promis, juré, en échange du régime de faveur qui lui était ainsi accordé.

Le Monde

Le développement du phénomène des quartiers fermés en France et notamment à Marseille (vidéo)

[pour Marseille] « quelques dizaines dans les années 90, plus de 1500 aujourd’hui »


lien direct sur : VK
source : compilation à partir du reportage En toute sécurité – France 5 – 30 03 2014

rediffusion :
« Quand t’es la seule petite Française » Guarance (Garance) 9 ans dans une cité de Marseille :

source : extrait de La fabrique de pauvres – Arte – 28 02 2014

Il y a trop d’immigrés en France pour 75% des Français

Ce graphique représente l’évolution du pourcentage de Français qui pensent qu’on ne se « sent plus chez soi comme avant en France » et celui des Français qui considèrent qu’il y a trop d’immigrés.

Ce graphique représente le pourcentage de Français qui considèrent que les personnes d’origine étrangère ne se donnent pas les moyens de s’intégrer. À l’inverse, on découvre le pourcentage de ceux qui pensent que c’est la société française qui n’en donne pas les moyens aux personnes d’origine étrangère.

source de l’article complet : rtl.fr

Rap : « L’état français j’lui fais sa fête, nique sa grand-mère le 14 Juillet »

Le dernier titre de Joke intitulé Majeur en l’air

Extrait :

L’état français j’lui fais sa fête, nique sa grand-mère le 14 Juillet
Negro pour enculer Marianne faut juste les papiers pour s’essuyer

Que R.Kelly pisse sur une Marseillaise, enfant de la patrie

Plus virulent que le SIDA, pilote de ligne d’Al-Qaida

Aidons Adela Mawazo à faire venir 5 de ses 9 enfants du Congo

Réfugiée politique originaire du Congo, Adela Mawazo attend depuis 2007 de faire venir en France cinq de ses neuf enfants. À la Bourgogne, un atelier artistique va être créé afin de lui venir en aide.

À Tourcoing depuis 2010, Adela a obtenu le statut de réfugiée politique, pour elle et sa famille. Reste à financer le voyage pour cinq de ses neuf enfants. « Ils ont le droit de venir en France, l’ambassade les attend,» explique Barnabé N’Kondo, chargé de la coordination de l’action sociale au centre social de la Bourgogne.

Mais pour obtenir les visas, il faut présenter les billets d’avion.

Un de ses enfants, qui vit avec elle à Tourcoing, est atteint de leucémie. Sa seule source de revenus est le RSA. Chaque mois, elle en envoie la moitié sur place, pour financer la scolarité de ses enfants, qui vivent à Kinshasa.

Touché par ses difficultés, le centre social de la Bourgogne se mobilise dans l’espoir de trouver une solution. Des vêtements ont été collectés afin que les enfants d’Adela Mawazo les revendent au Congo.

Deuxième initiative : des ateliers artistiques, financés par le conseil général, et proposés par le peintre tourquennois Blaise Okito, vont débuter le 22 avril.

L’idée est de « produire de vraies œuvres qui pourront être vendues », les bénéfices étant reversés à Adela Mawazo. Ces ateliers, destinés à permettre une « ouverture culturelle » concernent une quinzaine de femmes du quartier.

Nord-Eclair – merci Flanelle

 

Le chômage ? Pas pour tout le monde [...à compléter] (maj)

• La Région vient  de recruter Jérémie Martin comme chargé de mission. Ce trentenaire originaire du Gers n’est autre que le fils du ministre de l’écologie Philippe Martin. Voix du midi 10-02-14

• Le même Jérémie aura notamment pour collaborateur le frère du ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif, siégeant aux côtés de son père sur les bancs des ministres Voix du midi 10-02-14

• Salomé Peillon, fille du ministre de l’Education nationale, embauchée au poste de chargée de mission culturelle à l’ambassade de France en Israël Scoop it Février 2014

• Thomas, le fils de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a été embauché par la Société nationale immobilière (1,3 milliard d’euros de revenus, 275.000 logements sociaux en gestion) à un poste très élevé pour cet élève moyen d’une école de commerce moyenne Le Monde janvier 2014

• Clémentine, la fille de Martine Aubry est administratrice de l’auditorium du musée du Louvre Pure people

• Jean Sarkozy, né en 1986, fils de Nicolas Sarkozy, est vice-président du conseil général des Hauts-de-Seine depuis 2011. Il est également administrateur de l’Établissement public d’aménagement de la Défense Seine Arche. Wikipedia

• Marie-José Roig, maire UMP d’Avignon et ex-députée, a salarié son fils à l’Assemblée de 2007 à 2012, pour un salaire brut de 5 208 € / mois. Midi Libre Octobre 2013

• Philippe, fils de Bernard Derosier, président socialiste du conseil général du Nord s’est retrouvé directeur juridique de l’institution alors qu’il n’est même pas titulaire du concours de la fonction publique territoriale lui permettant d’être dans ce fauteuil. Archives Lepost 2012

• Michel Delebarre, sénateur maire (PS) de Dunkerque, a fait l’objet d’une enquête préliminaire à la suite d’un dépôt de plainte pour « prise illégale d’intérêt » concernant l’embauche de sa fille et de son gendre à la communauté urbaine de Dunkerque, qu’il préside. L’Express 2012

• Elvire, fille du  président (PS) du Nord-Pas-de-Calais, Daniel Percheron, postule au poste de n° 3 du Louvre Lens. Celle qui s’est imposée comme l’incontournable « Mme Culture » de la région, bien qu’elle ne soit que membre du cabinet de son père, recueille déjà les faveurs du jury. L’Express 2012

• A Puteaux, Joëlle Ceccaldi nomme son fils super adjoint. Le maire UMP a créé la surprise en confiant toutes les délégations les plus importantes à son fils. Le Parisien, mars 2014

• Pierre Bachelot, fils de la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, a été nommé à la direction générale de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé. Le Point 2010

• L’organisme financé par le conseil régional d’Ile-de-France est qualifié de «machine à piston» par Le Canard enchaîné, qui l’accuse de «recaser» les enfants, conjoints ou amis des élus franciliens. Figaro 2012

• Le mari de Najat Vallaud-Belkacem est un des conseillers de son collègue Ministre, Arnaud Montebourg. Le mari de Fleur Pellerin est membre du Cabinet de Marylise Lebranchu. Claude Bartolone, Président de l’Assemblée Nationale a directement embauché son épouse. Notrecourbevoie 2012

• Amin Khiari, fils de la vice-présidente PS du Sénat, nommé directeur général de l’EPADESA. Source 2013

Cet article a vocation a être remonté regulièrement si les lecteurs l’enrichissent

merci aux lecteurs

« Ce n’est pas notre faute si 75% des personnes responsables de déIits sont des immigrés de la première ou de la seconde génération » [document]

[Attention : ce document date de 1998]

Extrait de lmmigration et médias régionaux, la vision maghrébine.
Cahiers du Journalisme n°4 , janvier 1998

« C’est vrai que l’on parle des immigrés essentiellement dans les faits divers. Nous disposons d’une source régulière : la police. Mais ce n’est pas notre faute si environ 75% des personnes présumées responsables de déIits sont des immigrés de la première ou de la seconde génération ou des Français enfants d’immigrés. Nous sommes obligés de nous en tenir aux faits. »

PDF complet et Capture page ci-dessous (cliquer pour agrandir) – merci flanelle

L’immigration de plus en plus regardée comme un péril. La ‘parole raciste™’ vise les Roms et les musulmans (maj)


[mise à jour 2 avril][extraits]
35% des Français se disent «plutôt» ou «un peu» racistes, selon le rapport annuel sur la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie.

« Le racisme qui se développe aujourd’hui est plus sournois et n’est plus réservé aux franges extrêmes. Il pénètre toutes les couches de la société. Les boucs émissaires sont d’abord les Roms qui ont été stigmatisés, et ensuite les musulmans arabes» a commenté la présidente de la CNCDH.

Davantage de Français assument être racistes, selon un sondage BVA [chiffres à lire sur la source].  85% des sondés pensent que les Roms exploitent très souvent les enfants et 78 % qu’ils vivent essentiellement de vols et de trafics.

L’islam est la religion la moins positivement connotée et 80% des sondés estiment que le port du voile pose problème pour vivre en société.

Ces résultats révèlent un «refus croissant de l’autre différent» mais dévoilent aussi une «défiance vis-à-vis d’un antiracisme perçu comme censeur».

20minutes

——- ci-dessous article du 1er avril ——– Lire la suite

Air France : une nouvelle campagne de pub plus internationale

La compagnie lance à partir du 2 avril une nouvelle campagne «France is in the air». Objectif : montrer un nouveau visage d’une France plus ouverte et en mouvement. [...]

Hebergeur d'imageCe repositionnement vaut une petite révolution: Air France abandonne sa signature en français -«Faire du ciel le plus bel endroit de la Terre»- pour adopter l’anglais : «France is in the air». «Ce que l’on voulait éviter dans cette campagne, c’est l’arrogance, explique Bertille Toledano, présidente de BETC, l’agence de publicité d’Air France. Choisir l’anglais est un vrai signe d’ouverture. Air France doit renvoyer l’image d’une France en mouvement».

Hebergeur d'image

Le Figaro