Apologie du viol : un site de conseils en séduction signalé à la justice

Le site « Seduction by Kamal » vient de faire l’objet d’un signalement à la justice pour apologie du viol. Les conseils sexuels prodigués sont en effet extrêmement choquants.

Hebergeur d'image

 Un site de conseils en séduction suggérant des pratiques brutales sans l’accord de la partenaire a fait l’objet jeudi d’un signalement à la justice pour apologie du viol, par un collectif féministe, a annoncé leur avocate. Dans un signalement, adressé au parquet de Paris, ainsi qu’aux ministères de la Justice, de l’Intérieur et du Droit des femmes, le collectif Féministes et citoyens, composé d’une poignée de militantes très actives sur internet, s’indigne de conseils donnés par le site de coaching « Seduction by Kamal ».

« Ne lui demandez pas si vous pouvez la pénétrer comme un animal sauvage, faites-le », « Montrez-lui qu’elle n’a pas vraiment le choix », « Ne vous refusez rien », « Prenez le contrôle du rapport sexuel et pensez que votre masculinité passe par des coups de boutoirs infligés », suggère le site, basé en Pologne.

L’article reconnaît cependant que « ce n’est pas la meilleure solution pour débuter une relation qui se veut durable », mais que l’homme aura plutôt « l’image du tombeur qu’on pourra appeler un bon coup ». Il conclut : « Veuillez cependant à ne pas tomber dans l’excès et à ne pas réellement faire mal à votre partenaire (ne la frappez pas, ne l’insultez pas…vraiment !) ». [...]

Hebergeur d'image

Le fameux Kamal

 TF1 News

Paris : Les locaux des Femen endommagés par un incendie

Le feu a pris vers 4h50, au 35 rue Léon à Paris (18e), au 2e étage du théâtre du Lavoir Moderne Parisien. Dans ces locaux, occupés le mouvement féministe Femen depuis septembre 2012, se trouvaient deux personnes au moment des faits, rapporte Le Parisien ce dimanche. L’une d’entre elles, blessée au bras, n’aurait pas souhaité être transportée à l’hôpital, indique le quotidien sur son site Internet.

«Les Femen ont beaucoup d’ennemis qui essaient de nous arrêter depuis longtemps», a déclaré Inna Shevchenko, qui a obtenu récemment le statut de réfugiée en France.

Inna Shevchenko, chef de file des Femen en France a confimé à l’AFP que le feu avait pris «autour de 5h du matin», indiquant par ailleurs qu’elle n’était alors pas présente sur les lieux. Une pièce de 15m2 a été détruite et cinq personnes ont été évacuées, a précisé une source policière. […]

20 minutes

Au nom de l’égalité, se balader seins nus à New York, c’est possible

L’Etat de New York a rappelé aux policiers que les femmes sont autorisées à faire du topless. En effet, une loi de 1992 dispose que les femmes ont le droit d’être torse nu partout où les hommes ont ce même droit. En pratique, les policiers du NYPD ne la respectaient pas.

Selon Moira Johnston, le fait de pouvoir se balader en topless est «aussi important» que « si des noirs ne pouvaient pas enlever leur tee-shirt alors que les blancs le peuvent », a-t-elle déclaré à The Daily Best.

En accord avec les féministes, la Haute cour de l’Etat avait jugé, il y a déjà plus de 20 ans, qu’empêcher une femme de pratiquer le topless était discriminant par rapport aux hommes, qui eux, ne se font jamais arrêter pour ces raisons. Légalement, toute femme peut donc se promener partout dans l’Etat les seins à l’air.

Le problème, c’est que les policiers ont tendance à oublier cette règle. Et les quelques femmes qui se promenaient les seins dénudées se faisaient régulièrement arrêter. Pour empêcher cette situation, la ville a donc envoyé récemment un mémo aux 34.000 agents de New York. Le texte rappelle que se promener sein nu est parfaitement légal. Le texte précise également que le rôle de la police n’est donc pas d’arrêter les impudiques, mais de les aider et de disperser les curieux, au cas où un attroupement se formerait.

En France, il est interdit de se dénuder de manière trop importante dans la rue, sous peine d’être arrêté pour «attentat à la pudeur». Considéré comme une agression sexuelle, ce délit relève du Code pénal et est passible d’une peine de 3 à 5 ans de prison.

Europe 1

Israël : Dix féministes arrêtées au Mur des Lamentations

Un petit groupe de féministes a été emmené lundi par la police de Jérusalem. Elles ont passé plusieurs heures en garde à vue pour avoir prié du côté réservé aux hommes.

Ni effrayée ni en colère, la petite dizaine de manifestantes escortée par la police israélienne semble plutôt farouchement déterminée. Sur les photos de leur arrestation, elles prendraient presque la pause, châles de prière autour des épaules. Il faut dire que les membres de l’association féministe “les Femmes du Mur” ont l’habitude. Depuis près de 25 ans, elles n’ont qu’un seul mot d’ordre : sauver le Mur des Lamentations. Au risque de devoir braver les attaques et les insultes, elles se rendent donc régulièrement sur le site le plus sacré du judaïsme pour prier à la manière des hommes, en chantant et en portant les rouleaux de la Torah.

Emmenées par le rabbin réformiste Susan Silverman, ces religieuses engagées se battent sans relâche pour une plus grande reconnaissance des droits des femmes dans le monde juif religieux. “En tant que ‘Femmes du Mur’, notre mission principale est d’aider à la reconnaissance sociale et légale de nos droit de porter les châles de prière, de prier et de lire la Torah collectivement au Mur des Lamentations”, écrivent-elles sur le site de l’association. [...]

Les Inrocks

Toulouse : Une publicité représentant une femme dénudée fait polémique

Mise en place jeudi dernier, une campagne de pub vantant les mérites d’une salle de sport fait polémique dans la ville rose. Située dans trois stations de métro, cette affiche, qui représente une femme dénudée, est jugée dégradante par les associations féministes et le Front de Gauche. http://img23.imageshack.us/img23/7398/300keep20cool.jpg

Le groupe privé publicitaire CBS et la salle de sport Keep Cool font actuellement parler d’eux dans le métro toulousain. En effet, depuis l’apparition d’une publicité qui met en scène une femme dénudée, diverses associations demandent le retrait de cette affiche. C’est notamment le cas de  l’association féministe « Osez le féminisme » qui s’insurge contre cette forme de marketing. « L’affiche est dégradante pour les femmes, elle montre une banalisation de la nudité » peste Camille Carton, bénévole de l’association. Cette dernière regrette qu’« encore une fois, les individus utilisent des stéréotypes sur les femmes. Cette affiche peut influencer les personnes et ainsi accroître le sentiment d’inégalité entre les hommes et les femmes ». Le mouvement féministe demande donc aux toulousains de « prendre leurs responsabilités » sans pour autant encourager « le boycott du centre de fitness Keep Cool ».

De son coté, l’ex porte parole du NPA désormais membre du Front de Gauche Myriam Martin a envoyé une lettre à Pierre Cohen. Pour cette dernière, « cette publicité est sexiste et montre encore une fois la marginalisation de l’image de la femme ». Se « désolant de voir que la société n’a pas beaucoup évolué », elle « n’exclut pas de faire des actions en alliance avec les associations féministes » si la mairie n’intervient pas. (…)

Toulouse infos

Les féministes veulent bannir le terme «Mademoiselle»

Deux associations féministes protestent contre la différenciation imposée aux femmes sur les documents administratifs.

Les associations féministes ont le sens des priorités, elles l’ont prouvé depuis quelques années. S’il en fallait une nouvelle preuve, les Chiennes de garde et leurs cadettes d’Osez le féminisme lancent une grande campagne contre la case «Mademoiselle» sur les documents administratifs. Au nom de quoi, protestent-elles, une femme devrait-elle préciser si elle est mariée ou nom, alors qu’un homme n’est jamais interrogé sur cette dimension de son état civil? Au nom de quoi devrait-on accepter un qualificatif, «Mademoiselle», qui signifie «pucelle»?

Le Figaro

(Merci à Epsilon)

Paris : des féministes manifestent sous les fenêtres de DSK (vidéo)

http://www.dailymotion.com/video/xl1411
Source : AFP

Plusieurs dizaines de personnes, des féministes pour la plupart, ont manifesté bruyamment aujourd’hui sous les fenêtres de Dominique Strauss-Kahn, place des Vosges à Paris, exigeant qu’il ne revienne plus en politique.

« Nous demandons que Dominique Strauss-Kahn ne soit pas visible pendant les prochaines élections, puisqu’il n’est pas blanchi, puisqu’il va y avoir un procès et d’autres femmes portent petit à petit plainte contre lui », a déclaré Nelly Martin, porte-parole de la Marche mondiale des femmes, une organisation regroupant diverses associations féministes.

Le Figaro

«Le combat contre l’hétérosexisme, une priorité publique»

Pour Carine Favier, Présidente du Planning familial, et Louis-Georges Tin Président du comité Idaho, l’hétérosexisme doit être «déconstruit» car il serait à l’origine de l’homophobie, du sexisme et de «nombreux actes de violences».

Principe de vision et division du monde social, l’hétérosexisme repose sur l’illusion selon laquelle l’homme serait fait pour la femme et, surtout, la femme faite pour l’homme.

Mouvements féministes et mouvements homosexuels ne sont pas parallèles ou convergents, c’est une seule et même cause. Etre féministe, c’est nécessairement être contre l’homophobie ; militer contre l’homophobie, c’est nécessairement militer contre le sexisme. Cette nécessité n’a pourtant pas toujours été comprise. […]

L’idéologie de l’inégalité des sexes et des sexualités se voit ainsi justifiée par l’hétérosexualité, qui détiendrait le monopole de la sexualité légitime. Le coût et les effets sociaux de cette mécanique ne sauraient être sous-estimés. Cette double injonction à la conjugalité et à la parentalité constitue un système de pensée articulé, quadrillage de l’espace social qui laisse dans ses marges stigmatisées les homosexuels, hommes et femmes, fussent-ils en couple, même (surtout) avec enfants, mais aussi les célibataires, les «filles mères», les divorcés, les couples non mariés ou sans enfants, tous ceux qui semblent ne pas ratifier l’ordre du couple et de la filiation biologique, et qui apparaissent alors comme des ferments de désordre et de contestation sociale. L’hétérosexisme est donc une police des genres destinée à rappeler à l’ordre symbolique les individus, quels que soient leur sexe ou leur orientation sexuelle. […]

Libération

Esther Benbassa dénonce les «croisés laïcs»

Pour Esther Benbassa, directrice d’études à l’Ecole pratique des hautes études, la défense de la laïcité de la société française n’est qu’une facette de la xénophobie et de l’islamophobie. Elle en appelle à à la solidarité de tous «pour construire ensemble, pierre à pierre, le rempart qui nous protégera de l’extrême droite».

Hier les juifs, avant-hier – mais aussi cet été – les gens du voyage et les Roms, et depuis quelque temps plus que jamais les musulmans. Les campagnes xénophobes d’aujourd’hui n’ont rien à envier à celles qui, dans l’entre-deux-guerres, visaient les juifs.

[...] Mettons bas les masques. Nos laïcistes ne se sont pas seulement éloignés de la laïcité qui inspirait la loi de 1905. Mais ils font d’elle une essence immuable et intouchable, une idée sainte échappant aux contingences du temps. Le Conseil d’Etat a eu beau insister dans ses rapports sur le caractère évolutif de la laïcité, ils continuent à brandir leur dogme au nom d’un mysticisme républicain. […]

Tout le monde s’y met, pour ses propres raisons. Y compris certaines féministes qui se réclament ainsi pieusement de la laïcité et des valeurs des Lumières (qui ne furent pas non plus exemptes, sous certaines plumes, de proto-racisme et d’antisémitisme) pour développer un combat radical contre l’islam, présenté comme l’ennemi par excellence, voire par essence, de l’émancipation de la femme.

De même, au sein de la minorité juive – dont l’establishment, tout de même, s’est un peu ressaisi depuis le dernier dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) –, rares ont longtemps été ceux qui rejetaient avec détermination l’islamophobie de la droite et de l’extrême droite. […]

Suite sur Le Monde

Des féministes opposées à une loi sur la burqa

Un groupe de femmes, les TumulTueuses, se revendiquant «féministes», se déclarent dans un communiqué opposé à une loi interdisant le port du voile intégral. Leurs revendications sont multiformes : droit à l’IVG, publicités machistes, égalité salariale, violence conjugale, dénonciation de la discrimination des femmes musulmanes, antiracisme …

(…) nous sommes résolument hostiles à une loi qui interdirait le port du voile intégral en public sous peine d’une amende et/ou d’un stage dit de citoyenneté. Nous dénonçons la malhonnêteté de ses initiateurs. Le gouvernement ne cherche qu’à poursuivre par des moyens détournés le débat nauséabond sur l’identité nationale. (…)

Nous ne croyons pas un instant que le gouvernement cherche ainsi à faire avancer la cause des femmes. Et nous refusons qu’on nous brandisse, sans aucune évaluation sérieuse, la menace de l’ «islamisme» dans nos «quartiers» pour nous faire taire, et nous rallier à des manœuvres racistes et liberticides.

Lu sur leur blog :

« Parce que malheureusement, il vaut mieux être classé dans le groupe des hommes que dans celui des femmes, comme il vaut mieux être classé dans le groupe des blanches ou dans celui des hétérosexuelles. (…) nous effectuons l’immense majorité du travail gratuit appelé «travail domestique». (3h30 par jour contre 2h pour les hommes…) sauf quand les migrantes prennent en charge celui des blanches. »

Oumma.com