États-Unis : Il tire sur les membres d’un rectorat de Floride (Vidéo)

Calmement, Clay Duke a dessiné un grand cercle à la bombe de peinture rouge sur le mur de l’auditorium du rectorat du comté de Bay, en Floride. Les membres du Conseil, en séance ce mardi, ne l’ont pas immédiatement remarqué.

Le bedonnant quinquagénaire, moustache et cheveux légèrement grisonnants, a ensuite annoncé tranquillement: «tout le monde dans cette pièce, excepté les trous du cul derrière ce comptoir, peuvent se casser». Un ordre intimé arme au poing. Après avoir fait sortir les femmes de le salle (l’une d’elle essaiera même « d’intervenir »), l’homme, face à ceux qui reste leur reprochera le licenciement de sa femme.

L’assistance, venue pour la séance de questions publiques, a ainsi rapidement laissé le conseil du Bay District Schools, face au forcené. Un face à face, entièrement filmé et diffusé sur le web comme beaucoup de réunions administratives publiques, et qui s’est terminé dans le sang. «Quelqu’un va mourir», avait prévenu Clay Duke qui aurait été, selon la police, touché par un agent de sécurité, puis se serait suicidé….

Paris Match

États-Unis : Le serial killer confesse l’ampleur de ses crimes

Alfred Gaynor, le serial killer afro-americain, dont les grands média US type CNN refusent de parler, confesse soudainement l’ampleur de ses crimes : 8 meurtres et viols de jeunes femmes, plus un infanticide…

Gaynor, attaqué par l’oncle d’une de ses victimes dans la salle de tribunal en 2007:

Daily mail

(Merci à LasciatemiCantare)

États-Unis : Réunions secrètes pour assurer la suprématie des banques

Les grandes banques qui dominent le marché très opaque et lucratif des produits dérivés tiennent des réunions secrètes une fois par mois pour maintenir leur suprématie, affirme dimanche le New York Times.

Ces hommes partagent un objectif: protéger les intérêts des grandes banques dans le marché des dérivés, l’un des domaines les plus lucratifs et controversés de la finance. Ils viennent notamment de JPMorgan Chase, Goldman Sachs et Morgan Stanley et partagent aussi un secret: les détails de leurs réunions, et même leurs identités, qui sont totalement confidentielles.

Ces banquiers forment une commission puissante qui permet de superviser les dérivés, des instruments qui, notamment dans les secteurs de l’assurance ou du pétrole, aident à se prémunir de risques, explique le quotidien. En théorie, ce groupe existe pour préserver l’intégrité de ce marché de milliers de milliards de dollars, mais en pratique il défend également la domination des grandes banques. »

Suite et commentaires sur Fortune

États-Unis : Le FBI analyse les « crimes haineux »

Quel est le véritable portrait de la criminalité haineuse aux États-Unis? Sur ce terrain, les préjugés abondent parce que les médias gonflent les cas les plus spectaculaires, mais pas nécessairement les plus représentatifs. Et parce que les minorités elles-mêmes, ou plutôt les groupes de pression qui les représentent, travaillent très fort pour obtenir un statut officiel de «victimes» (ce qui a notamment pour effet, justement, de leur garantir une bonne couverture médiatique).

Le FBI vient de publier ses statistiques concernant les crimes haineux en raison de la race, de la religion, de l’ethnicité, de l’orientation sexuelle, pour l’année 2009. Elles révèlent ceci: la nature et l’ampleur de ce phénomène change peu au fil des ans. Et, comme toujours, ce sont les Noirs qui sont de loin les plus visés, sans que cela ne fasse souvent les manchettes. En 2009, ils ont été les victimes dans le tiers des incidents (2284 sur 6604)!

L’échelle du malheur fait place ensuite aux Juifs (931 incidents). Aux homosexuels des deux sexes (867 incidents). Aux Blancs (545 incidents). Et aux Hispaniques (483 incidents). Au bas de la liste, on retrouve notamment les musulmans (107 incidents) alors qu’une terrible vague d’islamophobie est censée secouer les États-Unis!

Cyberpresse

La guerre contre la marijuana en Californie (Vidéo)

Il y a un mois, les électeurs californiens ont refusé la légalisation complète de la consommation, de la culture et du commerce de la marijuana. Mais l’usage du cannabis à des fins thérapeutiques reste autorisé… Une porte ouverte à toutes les activités illégales. La chasse aux trafics reprend de plus belle en Californie.

Ekoué, «l’intello» américanophile du hip-hop français

Membre du groupe La Rumeur, fils d’immigrés togolais, ce natif de Villiers-le-bel ayant fait Sciences-Po et titulaire d’un DEA, apparaît comme l’intellectuel du hip-hop français. Portait en cinq points d’un homme engagé courtisé par les Etats-Unis.

Les Etats-Unis lui font les yeux doux. En avril dernier, Ekoué a été invité par le département d’Etat américain (l’équivalent du ministère des Affaires étrangères) à séjourner à New-York dans le cadre de l’ »International Visitor Leadership Program ». Il y a travaillé sur les rapports bilatéraux entre les deux pays, d’un point de vue social, politique, culturel. «Cette expérience a renforcé mon américanophilie.» (…)

Suite sur L’Express

Wikileaks : Oumma.com, un « remarquable site » selon les Etats-Unis

Addendum du 7/12/10 : Réponse d’Oumma à la chronique de France Culture.

La croisade s’amuse. Lundi, sur France Culture, l’essayiste Caroline Fourest a fustigé Oumma.com et l’ambassade des Etats-Unis, coupables d’entretenir des « affinités » en vue de saper le « modèle laïc français ». Esquisse du nouveau fantasme propagé par l’adversaire autoproclamée du « totalitarisme islamique ».

Oumma.com

Addendum du 6/12/10 : Caroline Fourest sur France Culture

Image de prévisualisation YouTube

3/12/10 :

Surprise, surprise. Parmi les documents diplomatiques en cours de divulgation par Wikileaks, un télégramme américain fait référence à Oumma.com, un « remarquable site » avec lequel les Etats-Unis partagent les mêmes « valeurs ». Décryptage.

Lire la suite

WikiLeaks : La volonté affichée de Sarkozy de rompre avec la « Françafrique » a réjoui les Etats-Unis

En affichant sa volonté de « rupture » avec la vieille « Françafrique », Nicolas Sarkozy a aiguisé l’intérêt de Washington à l’égard de la politique de la France en Afrique.

Cette orientation nouvelle réjouit les Américains pour une raison simple que révèlent les télégrammes diplomatiques obtenus par Wikileaks et analysés par Le Monde : la France, en allégeant sa présence et en normalisant ses relations avec le continent, va « donner aux États-unis des occasions d’étendre leur influence en Afrique sans rencontrer de résistance » de la part des Français.

Le Monde