Les Égyptiennes sortent les couteaux contre les agressions sexuelles

Tahrir, c’est le symbole de la révolution égyptienne. Mais, depuis ces derniers mois, cette place du centre du Caire est aussi devenue le triste théâtre d’un nombre impressionnant d’agressions sexuelles. Et c’est en manifestant armées que des Égyptiennes ont décidé de dénoncer cette violence endémique.

Selon les groupes anti-harcèlement locaux, 19 agressions sexuelles ont eu lieu au cours de la seule journée du 25 janvier au niveau de la place Tahrir où des manifestants célébraient les deux ans de la révolution. Ce jour-là, une des victimes a été agressée par une foule et violée avec un objet tranchant. Une violence extrême qui a indigné nombre de personnes en Égypte, un pays où le harcèlement sexuel est courant, notamment dans les grandes villes. Plus de 80 % des femmes en ont été victimes selon le Centre égyptien pour le droit des femmes.

(…) France 24

Egypte : les femmes victimes d’agressions sexuelles

Aucune femme ni jeune fille ou presque, qui arpente les rues du Caire ou prend les transports en commun, quels que soient son âge, son statut social ou sa tenue vestimentaire, n’échappe au harcèlement sexuel, qu’il soit verbal ou physique.

Les témoignages au sujet de l’harcèlement sexuel subi par les femmes autour de la commémoration du deuxième anniversaire de la « Révolution du 25 janvier » rendent compte d’une culture du déni, de l’inaction voire de la complicité de la part des responsables de l’application des lois et du besoin d’un changement profond au niveau des attitudes institutionnalisées qui portent discrimination à l’égard des femmes. Tandis que les responsables restent impunis, les agressions violentes se poursuivront. (…)

Amnesty international

Egypte : les frères musulmans tentent d’islamiser l’armée

Devant la grogne populaire contre le régime islamiste, les Frères musulmans veulent que l’armée réprime l’opposition, comme du temps de l’ancien régime. Une tâche que la Grande Muette ne semble pas prête à assumer. [...]

Ils ne veulent pas que l’armée soit au service du pays mais veulent en faire leur propre bras armé afin de frapper ceux qui s’opposent à leur politique et les révolutionnaires en colère. [...]

Or le plus dangereux est l’islamisation de l’armée. Comment Zia ul-Haq s’y est pris en son temps pour transformer une armée apolitique en armée islamiste ? Il a commencé par introduire l’enseignement religieux dans les académies militaires. L’école de guerre a commencé à enseigner les idées [des théoriciens du fondamentalisme islamique] d’Ibn Taymiya et de Mawdoudi. Pour avancer dans sa carrière, un officier devait non seulement être un bon professionnel, il devait aussi lire les préceptes coraniques concernant la guerre. [...]

Courrier International

Merci à Joyeux luron

Egypte : Place Tahrir ou Place du harcèlement sexuel ?

Deux ans après la révolution en Egypte, le pays reste encore très secoué par des crises profondes d’ordre économique et social. Au lendemain du départ de Moubarak, la situation des femmes reste encore très précaire. Aujourd’hui victimes de harcèlements sexuels, d’attouchement et parfois même de viols à la Place Tahrir, elles lèvent la voix et font savoir leur calvaire. [...]

Hebergeur d'image

La journaliste Caroline Sinz, violée place Tahrir

En effet, l’emblématique Place Tahrir, symbole d’unité pour des milliers d’Egyptiens qui s’y réunissent pour réclamer de meilleures conditions de vie est en passe de devenir un véritable calvaire pour les femmes. De plus en plus exposées à des harcèlements sexuels et même des viols, elles décident de rompre le silence afin d’éviter que la fameuse Place Tahrir ne devienne « la Place du viol ».

Mardi, le groupe égyptien anti-harcèlement sexuel, OpAntiSH (Operation Anti-Sexual Harassment Group) a tiré la sonnette d’alarme et a dénoncé l’incapacité des partis révolutionnaires et politiques égyptiens à mener un combat digne pour protéger les femmes qui manifestent au niveau de la place. Il délivre un constat assez alarmant.

Selon le groupe, de nombreuses scènes de harcèlements sexuels ont été enregistrées à Tahrir le vendredi dernier et d’horribles crimes sexuels ont été commis sur des femmes au niveau de la place et aux alentours. Le groupe parle d’attaques sexuelles organisées et se dit prêt à se battre contre tout type de violence faite aux femmes. [...]

Afrik

Merci à Zatch

Egypte. Emeute meurtrière après la condamnation à mort de 21 personnes, 26 morts (Vidéo)

En Egypte, la condamnation à mort de 21 personnes impliquées dans le drame d’un match de football en février, a viré à l’émeute meurtrière. Des violences ont éclaté ce samedi matin à Port-Saïd (nord-est) entre les forces de sécurité et des proches des condamnés qui avaient tenté d’envahir la prison après l’annonce du jugement.

Image de prévisualisation YouTube

l y a un an, 74 personnes sont mortes à Port-Saïd après un match entre le grand club cairote d’Al-Ahly et une équipe locale, Al-Masry. Des centaines de supporteurs d’Al-Masry avaient envahi le terrain et lancé des pierres et des bouteilles en direction de ceux d’Al-Ahly. […]

En début d’après-midi, le bilan des violences s’élevait à 26 morts, dont deux policiers, et plus de 277 blessés, selon le ministère de la Santé égyptien. Deux postes de police ont notamment été pris d’assaut.

Des assaillants inconnus ont ouvert le feu en direction de la police qui a riposté avec du gaz lacrymogène, selon des témoins. L’armée a décidé de se déployer dans cette ville pour «rétablir le calme et la stabilité», a indiqué Ahmed Wasfi, un général de l’armée cité par l’agence Mena. Les commerces ont fermé.

Le Parisien

Une cour égyptienne condamne une famille à 15 ans de prison pour conversion au christianisme

La peine de prison de 15 ans à une femme et ses sept enfants par un tribunal égyptien pour s’être convertis au christianisme est un signe de mauvais augure, selon les militants des droits de l’homme qui se s’inquiètent et disent que le gouvernement islamiste est une mauvaise nouvelle pour les chrétiens d’Afrique du nord.

Un tribunal pénal de la ville centrale égyptienne de Beni Souef a infligé cette peine choquante la semaine dernière, selon le journal égyptien en langue arabe Al-Masry Al-Youm.

Nadia Mohamed Ali, élevée comme chrétienne, s’est converti à l’islam quand elle a épousé Mohamed Abdel-Wahhab Mustafa, un musulman, il ya 23 ans. Plus tard, il est mort, et sa veuve a envisagé de retourner au christianisme en convertissant ses enfants afin d’obtenir un héritage de sa famille.

La religion étant spécifiée sur la carte d’identité égyptienne. Elle a demandé de nouvelles cartes d’identité entre 2004 et 2006. Lorsque la conversion a été découverte sous le nouveau régime, Nadia, ses enfants ainsi que les employés de bureau qui ont préparé les cartes d’identité ont tous été condamnés à des peines de prison.

Samuel Tadros, un chargé de recherche au Centre Pour la liberté religieuse de l’Institut de Hudson (Hudson Institute’s Center for Religious Freedom), a dit :

« ces conversions comme Nadia ont été fréquentes dans le passé, mais la nouvelle constitution égyptienne basée sur la charia est une véritable catastrophe en termes de liberté de religion. »

« Maintenant que la charia est devenue partie intégrale de la nouvelle Constitution de l’Égypte, les chrétiens de ce pays courent un grand risque » a dit Jordan Sekulow, directeur exécutif du centre américain pour la loi et la justice (American Center for Law and Justice)

« Les cas augmenteront à l’avenir, » Tadros a dit. « Il sera beaucoup plus difficile pour les personnes de revenir au christianisme. »

Le président Mohamed Morsi, a été élu en juin dernier et a succédé au règne séculaire de Hosni Mubarak, lequel est maintenant en prison et a imposé la nouvelle constitution l’année dernière.

Tadros a déclaré que la constitution limite la pratique du christianisme, parce que « la liberté religieuse doit être comprise dans les limites de la charia. » Il a ajouté que la constitution stipule que la plus haute autorité sunnite devrait être considérée un interprète de la clause de la religion contenue dans la Constitution.

Kabyles.com

Egypte : bâtiments officiels attaqués et échauffourées dans tout le pays. 7 morts (MàJ/vidéos)

L’Egypte est secouée vendredi par de nouvelles manifestation contre le pouvoir en place, à l’occasion du deuxième anniversaire de la chute d’Hosni Moubarak.

Addendum 26 01 : Sept personnes ont trouvé la mort vendredi dans des heurts entre des manifestants hostiles au pouvoir islamiste et des forces de l’ordre en Égypte. Ces affrontements ont eu lieu alors que le pays fête le deuxième anniversaire du début du soulèvement – le « jour de la Révolution »- qui a renversé Hosni Moubarak. Six personnes sont mortes à Suez et une à Ismaïliya (nord-est). Plus de 450 personnes ont été blessées dans douze gouvernorats, selon le ministère de la Santé, qui n’a pas donné de décompte entre manifestants et policiers.

Le Point

17h36 – Des manifestants attaquent plusieurs bâtiments officiels

17h00 – Au moins 110 manifestants blessées. Cent-dix personnes au moins ont été blessées dans les manifestations contre le pouvoir du président islamiste Mohamed Morsi, au deuxième anniversaire du soulèvement qui fit chuter son prédécesseur, Hosni Moubarak.

15h00 – Gaz lacrymogènes à Alexandrie et Suez. La police a fait usage de gaz lacrymogènes contre des manifestants à Alexandrie (nord) et Suez (nord-est), selon des témoins. [...]

14h30 – Des milliers de manifestants place Tahrir. Au deuxième anniversaire du soulèvement populaire qui a renversé Hosni Moubarak, des milliers de personnes ont commencé à se rassembler dès le matin sur l’emblématique place Tahrir du Caire, où d’autres avaient passé la nuit.

Objectif : réclamer une « nouvelle révolution » contre le président Mohamed Morsi et une « vraie démocratie ». C’est l’opposition, composée de mouvements en majorité de gauche et libéraux, qui avait appelé à défiler à travers tout le pays contre le président et les Frères musulmans, avec les mêmes mots d’ordre qu’il y a deux ans : « Pain, liberté, justice ».

BFM

Mohammed Al Zawahiri appelle à se venger de « l’agression » française au Mali (vidéo)

L’Egyptien Mohammed Al Zawahiri dénonce l’intervention de la France au Mali et rend l’armée algérienne responsable du dénouement sanglant de la prise d’otages à In Amenas. Al Zawahiri est le leader du Jihad salafiste en Egypte, un mouvement « non violent » assure-t-il. (Euronews, 22/01/13)


(merci à Zatch)

Henri Guaino (UMP) / printemps arabes : « Nous avons peut-être tous fait une erreur de jugement »

Le député Henri Guaino (UMP), ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a évoqué une possible « erreur de jugement » sur les printemps arabes.

« Tout cela a ouvert grand la porte aux mouvements islamistes »

« Nous avons peut-être tous fait une erreur de jugement, en jugeant trop vite les printemps arabes qui ont déstabilisé » les pays, a concédé l’ancienne plume de Nicolas Sarkozy sur Radio Classique. « La suite de l’histoire n’est pas aussi belle qu’on pouvait le penser à l’époque ».

« Ce qui se passe en Tunisie, en Egypte, en Syrie contribue évidemment à alimenter les mouvements jihadistes, à alimenter le désordre, déstructurer la lutte contre le terrorisme dans toute cette région. Tout cela a ouvert grand la porte aux mouvements islamistes », selon le député UMP des Yvelines.

A propos de la Libye, M. Guaino a jugé que le pays était déjà « désagrégé bien avant que la France n’intervienne parce que c’est un Etat qui reposait sur des bases tribales et qu’une partie du pays, notamment du côté de Benghazi » faisait sécession, influencé par l’ »onde de choc » des révolutions tunisienne et égyptienne.

Le Figaro

NB : L’historien Bernard Lugan :
« Ceux qui ont lancé la guerre contre le colonel Kadhafi étaient des irresponsables et je n’ai cessé de le dire depuis le premier jour. Outre qu’ils ont provoqué une réaction déstabilisatrice en chaîne, ils ont armé les jihadistes. Il faut en effet savoir que certaines des armes aujourd’hui utilisées contre nos soldats proviennent de nos propres arsenaux et qu’elles furent généreusement parachutées aux « démocrates » libyens chers à BHL. »

Egypte : 15 ans de prison pour une mère et ses 7 enfants convertis au christianisme

La cour criminelle de Beni Souef (115 km au sud du Caire) a condamné une famille entière à la prison pour s’être convertie au christianisme.

Nadia Mohamed Ali et ses enfants Mohab, Maged, Sherif, Amira, Amir, et Nancy Ahmed Mohamed Abdel-Wahab passeront 15 ans en prison. Sept autres personnes impliquées dans l’affaire ont été condamnées à cinq ans de prison.

L’histoire de la famille de Nadia Ali Mohamed a commencé en 2004 quand elle-même et ses enfants ont décidé, après leur conversion, de remplacer leurs noms musulmans sur leurs cartes d’identité par leurs noms chrétiens et d’indiquer le lieu de leur nouvelle résidence. Pour ce faire, ils ont obtenu l’aide de sept employés du bureau de l’état civil. [...]

AsiaNews via Poste de veille

Les 50 pays où la foi coûte le plus

Publié tous les ans par l’association Portes Ouvertes, l’index mondial de persécution liste les 50 pays où les chrétiens subissent le plus de pression en raison de leur foi. La situation se dégrade du fait de la montée de l’intégrisme islamique.

Dossier complet de l’index mondial de persécution  

Pour la 11 e année consécutive, la Corée du Nord occupe la première place des pays les plus intolérants à l’égard des chrétiens. « La simple possession d’une bible peut conduire toute une famille en camp de travaux forcés », a dénoncé Claire Lacroix, coordinatrice pour la France de l’index mondial de persécution en présentant le triste classement hier à Strasbourg (le siège français de l’association est à Ost- wald).

Parmi les dix premiers pays, « huit sont à majorité islamique » et cinq nouveaux font leur entrée dans l’index, « tous en Afrique subsaharienne, où une étape a été franchie avec l’aide de l’Arabie saoudite et la chute du régime libyen » : le Mali, directement à la 7 e place, la Tanzanie, le Kenya, l’Ouganda et le Niger. « C’est le reflet d’un islamisme de plus en plus radical et violent » qui est la tendance marquante des dernières évolutions. Parallèlement,

l’hiver chrétien, déjà observé l’année dernière, se confirme dans les pays qui ont connu des révolutions arabes


(Syrie où les chrétiens sont considérés par les rebelles comme des partisans du régime, Libye, Égypte, Tunisie).

Globalement, la persécution des chrétiens dans le monde augmente.

Et si certains pays descendent dans la liste (Égypte, Iran, Ouzbékistan), « c’est parce que la situation s’est aggravée dans d’autres pays ».

La Chine en net progrès, la Turquie* sortie de l’index.

Seul élément positif, l’amélioration dans les anciens pays communistes d’Asie du sud-est avec une Chine en net progrès. La Tchétchénie, la Turquie, Cuba, la Biélorussie et le Bangladesh sont sortis de l’index.

(…)

Source  DNA

Egypte. Les arbres du Caire, victimes collatérales de la révolution

Autrefois luxuriantes, les rues d’Héliopolis, une banlieue du Caire, sont bien moins vertes deux ans après la révolution égyptienne. Le phénomène, particulièrement visible dans la banlieue chic d’Héliopolis, s’étend aussi à d’autres quartiers de la capitale.

Les coupables sont à la fois les autorités locales et les habitants. Les premières ont coupé beaucoup trop d’arbres sur les trottoirs et dans les jardins publics. Ils disent qu’ils « taillent » mais faire passer une arbre de 10 à 2 mètres de hauteur, ce n’est pas tailler, c’est raser !

Les habitants coupent aussi, et ce pour des raisons absurdes : certains ne veulent pas balayer les feuilles mortes sur le pas de leur porte, ou s’inquiètent que des excréments d’oiseaux n’atterrissent sur leur voiture [un éditorialiste du journal "Egypt Independent" a raconté que tous les arbres de sa rue avaient été rasés par les commerçants après qu’une branche a abîmé la voiture d’un client, ndlr]. Personne ne les sanctionne. Avant la révolution, on n’aurait jamais osé faire cela de peur d’être réprimandé. Mais aujourd’hui, plus personne ne craint les autorités.

(…) France 24