Les nouveaux militants perdus de l’extrême droite radicale

Responsables du récent regain d’actes violents en France, ces ultra-radicaux se disent nationalistes mais servent un discours sur la race blanche à défendre contre les immigrés, les juifs et les promoteurs du métissage. Ça ne vous rappelle rien ?

Dans le bilan à l’Intérieur de Manuel Valls, saille un effort tout particulier de contrôle de l’extrême droite radicale. La mort du jeune militant antifa Clément Méric a entraîné une vague de dissolutions de groupuscules radicaux. Le combat personnel engagé par l’alors ministre de l’Intérieur contre Dieudonné a aussi dévoilé comment ce dernier avait pu développer son business politique en toute quiétude.

Néanmoins, il est moins que certain que Bernard Cazeneuve, le successeur de Manuel Valls à la place Beauveau, ne retrouve pas le dossier de l’extrême droite radicale. En effet, un certain nombre de violences impliquant des membres de cette mouvance est à relever. Ainsi, le dernier rapport de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH), remis le 1er avril dernier, montre une hausse de l’intolérance vis-à-vis des populations musulmanes et Roms, ainsi qu’une inquiétude globale face à l’immigration, atteignant les records de 2002.

L’analyse régulière de la Presse Quotidienne Régionale montre un regain récent d’actes violents en provenance de l’extrême droite radicale dans certaines villes, notamment à Paris, Lyon, Lille et Toulouse, et, depuis quelques années, en Picardie, Alsace, Nord-Pas de Calais, Rhône, Île-de-France et Rhône-Alpes. En janvier 2014, un jeune néonazi a tiré sur des militants d’extrême gauche lors d’un concert; le 14 février 2014, à Lyon, deux militants antifascistes ont été poignardés par un néonazi.

[...]

De fait, les actes antimusulmans se multiplient dans notre pays, associés à l’idée que l’intégration fonctionne mal, voire plus du tout. Ainsi, 68% des personnes interrogées par les auteurs du rapport estiment que les personnes étrangères ne font plus l’effort de s’intégrer.

Enfin, ce «lieu autre» qu’est internet participe au phénomène. Des sites sont apparus qui, outre leur contenu politique d’extrême droite, vendent des armes de combat de rue comme des poings américains, des gants lestés de sable, des matraques télescopiques, des triplex, des battes de baseball, des bombes lacrymogènes, etc. (dans la catégorie «sport et défense»), ainsi que des vêtements de marques radicalement d’extrême droite, comme Thor Steinar, Consdaple, Hoelzer Reich, Ansgar Aryan etc.

[...]

Ces militants sont surtout des jeunes très précarisés, souvent au chômage, cumulant les petits emplois et les aides de l’État. Ils ont un faible niveau de diplômes, le plus généralement un BEP ou un CAP, les tenant à l’écart de l’intégration à la mondialisation. Ils sont les victimes de la crise et de la désindustrialisation, les premiers à avoir été touchés par les pertes d’emplois. Ils ont grandi dans des familles où le plus souvent une seule personne travaille ou ont été élevés au sein de familles monoparentales avec une mère en grande précarité.

Ils souhaitent un régime à la fois beaucoup plus à gauche sur le plan économique, beaucoup plus sécurisant, défendant un État-Providence fort, mais qui exclurait tous les étrangers de cet État et de ses bienfaits. Il s’agit donc d’une manifestation d’une sorte de «chauvinisme de l’État-providence» raciste, xénophobe. C’est un «socialisme du ressentiment», qui est un discours gauchisant, socialisant au niveau économique mais réservé uniquement, par racisme, par rejet et peur de l’autre aux nationaux et aux nationaux de la même race, c’est-à-dire blanche.

S’opère une radicalisation croissante depuis 2010 environ, qui se concrétise par une augmentation du nombre de militants de cette frange la plus radicale. Il s’agit de groupes ou de personnes extérieures au FN, lequel condamne publiquement la violence, tout en donnant naissance paradoxalement, de par son inclusion dans le jeu électoral, à des mouvements qui ne refusent pas cette même violence, bien au contraire.

[...]

Un fait analogue provoqua le 1er mai 1995 une prise de distance définitive entre le DPS et les milieux skinheads: la mort par noyade du jeune Marocain Brahim Bouaram, poussé dans la Seine par un groupe de skinheads proches du néo-nazi Parti Nationaliste Français et Européen (disparu depuis) et de l’Œuvre française (dissoute par l’Etat en 2013), en marge du défilé annuel du FN. Le DPS communiqua alors à la police les enregistrements vidéo de la manifestation frontiste, aidant de manière décisive à l’identification des coupables…

La stratégie frontiste de dédiabolisation est à double tranchant: d’un côté, elle permet à ce parti de se débarrasser des éléments les plus radicaux, mais de l’autre, elle les laisse libres d’agir et de provoquer des violences. Sur le plan de l’ordre public, leur intégration au FN est une plus-value, car ils y sont contrôlés et encadrés. D’ailleurs, les provocations verbales d’un Jean-Marie Le Pen contentaient globalement les éléments les radicaux, qui ne cherchaient pas à passer à l’acte, ce qui n’est plus le cas.

[...]

Slate

Le président allemand : « La démocratie directe peut parfois constituer un grand danger »

Le président allemand Joachim Gauck a estimé mardi à Berne que la démocratie directe, base du système politique suisse, peut parfois constituer un « danger », au cours d’une conférence de presse à l’occasion de sa visite officielle à Berne.

Hebergeur d'image

Joachim Gauck et Didier Burkhalter

L’Allemagne respecte le « oui » au vote suisse du 9 février dernier contre « l’immigration de masse », mais la démocratie directe peut parfois constituer « un grand danger », a souligné M. Gauck.

Le président allemand a également indiqué avoir avancé sa visite pour témoigner l’amitié de l’Allemagne à la Suisse. Il ne souhaite pas et ne peut s’imaginer qu’un pays comme la Suisse, aussi diversifié et « qui n’a jamais connu de dictature », s’éloigne de l’Europe. [...]

La démocratie directe en Suisse est comme « le sang dans le corps », a rétorqué son hôte, le président Burkhalter. Il a appelé à du pragmatisme pour trouver un compromis avec l’Union européenne après la votation. Mais « la Suisse n’a pas entièrement compris » l’interruption européenne de la coopération en matière de formation et recherche, qui a été décidée par Bruxelles en réaction du vote du 9 février. La libre circulation est toujours en vigueur, a encore rappelé M. Burkhalter, jusqu’à l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation sur l’immigration prévue dans 3 ans. [...]

7sur7

Marine Le Pen : Valls, « c’est l’UMPS personnifié »

Marine Le Pen, présidente du Front national, a déclaré aujourd’hui que Manuel Valls, cet « ultralibéral décomplexé », représentait à ses yeux « l’UMPS personnifié », référence au slogan développé par le Front national amalgamant le PS et l’UMP. [...]

Hebergeur d'image

« Manuel Valls a échoué lourdement: gros échec en matière d’insécurité qui a explosé (…) gros échec en matière d’immigration (…) », a insisté Marine Le Pen.

« En plus, c’est un homme dangereux », « quelqu’un qui a très peu de respect pour les libertés individuelles », « qui s’est attaqué à la liberté d’expression, qui foule au pied les libertés individuelles, qui a procédé à des arrestations préventives. J’ai des candidats qui ont été arrêtés préventivement le 11 novembre, on ne sait pas pourquoi, ils n’avaient strictement rien fait », a également déclaré la député européenne.

« C’est un homme qui a annoncé qu’il allait s’attaquer aux libertés numériques. C’est lui qui entend agir directement pour limiter la liberté d’expression sur Twitter. On a toutes les raisons d’être inquiet sur le plan des libertés et sur le plan de la politique qui est menée« , a-t-elle insisté.

Le Figaro

Djihadisme européen, attention danger !

(…) l’Occident aurait tort de se désintéresser de ce qui se passe outre-Méditerranée, notamment en Libye ou en Syrie. Un phénomène prend en effet aujourd’hui de l’ampleur qui pourrait, si on ne l’endigue pas rapidement, se retourner contre l’Europe elle-même.

Au cours de ces dernières années, ce sont en effet plusieurs milliers de jeunes hommes issus des banlieues françaises, belges, britanniques ou encore allemandes, souvent d’origine immigrée mais parfois aussi des convertis récents, a avoir rejoint les rangs des différents groupes extrémistes musulmans qui entendent, ici ou là, imposer leur loi et instaurer des Etats islamiques.

Ces djihadistes européens étaient finalement assez peu nombreux au plus fort des conflits afghan et irakien. Ils commencent toutefois à l’être aujourd’hui en Libye et surtout en Syrie. Dans ce dernier pays, ils seraient ainsi quelque 2.000 à avoir rejoint la guérilla, essentiellement le Front Al Nosra et l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), tous deux proches d’Al-Qaïda. Parmi eux, on estime que les Français en représentent près d’une moitié…

Beaucoup de ces djihadistes ne reviendront pas de leur croisade syrienne. D’autres en réchapperont et rejoindront leurs foyers européens, certains d’entre eux aspirant retrouver une vie calme et pacifiée.

Pour autant, on ne peut exclure que d’autres, rompus à la guérilla urbaine et aux combats violents, endoctrinés, entendent poursuivre leur combat, cette fois-ci en Europe. Il y a en effet une corrélation forte entre le retour chez eux de combattants islamistes européens et la montée des risques terroristes.

Or, là où l’on arrivait à surveiller et à maîtriser tant bien que mal ces terroristes en puissance, il est fort à craindre qu’eu égard à leur nombre croissant, les autorités européennes ne soient rapidement débordées et que nombre de djihadistes européens ne sortent des radars officiels. (…)

Le nouvel Economiste

Haute-Savoie : course poursuite et sans permis…un Palestinien menotté au sol par la police

Ronds points à contresens, feux rouges grillés, refus de priorité… le fuyard repéré au volant d’une voiture volée a été rattrappé après avoir tout tenté pour échapper aux policiers.

Dans la nuit de dimanche à lundi à 23h35, un conducteur âgé de 24 ans a été interpellé rue de Loex à Vétraz-Monthoux non sans avoir donné du fil à retordre aux policiers et après une dangeureuse course poursuite.

Repéré par une patrouille dans une voiture signalée volée depuis le 19 juillet dernier, le conducteur avait pris la fuite en prenant tout les risques, prenant les ronds points à contresens, grillant les feux rouges et ne respectant aucune priorité.

Les policiers sont parvenus à le rattrapper mais le fuyard freinait brusquement et ouvrait sa portière pour essayer de s’échapper à pied. Le véhicule de police heurtait alors la portière.

Rattrappé, le jeune homme refusait d’être menotté et s’est débattu énergiquement, obligeant les policiers à l’amener au sol pour le maîtriser. Le jeune homme d’origine palestinienne et sans domicile fixe a été blessé aux genoux. Ce dernier était dépourvu de permis de conduire.

Le Dauphiné Libéré
(Merci à Papy Mougeot)

Côtes-d’Armor : vol de cuivre. Il coupe l’électricité à une personne sous assistance respiratoire

Avec l’augmentation du cours du cuivre, les voleurs n’hésitent plus à monter en haut des poteaux électriques pour couper les fils, même s’ils sont sous tension, et malgré le risque d’électrocution.

[...] Dans la seule nuit du 3 au 4 juillet, plus de 2,7 km de fils électriques nus ont été volés dans la commune, soit 370 kg de cuivre.

Et c’est lors de ce vol qu’une personne sous assistance respiratoire s’est retrouvée privée d’électricité. Le conjoint de la malade a aussitôt prévenu le dépannage et une équipe ERDF a été dépêchée sur place très rapidement pour réalimenter en électricité le domicile des clients » indique ERDF.

Ce week-end, ce sont les communes de Hémonstoir et surtout Plourac’h, qui ont été touchées. Dans la première, 1 674 mètres de lignes ont disparu ; à Plourac’h, c’est plus de 4 km de lignes qui ont été volés.

Outre les dégâts occasionnés sur les ouvrages et le préjudice financier supporté par l’entreprise (le coût du cuivre dérobé ces dernières semaines est estimé à plus 11 000 €), ERDF s’inquiète des conséquences, pouvant être très graves pour certains clients.

Ouest France
(Merci à Walter White)

« Le programme économique du FN aboutirait à un chaos » (Màj vidéo)

Addendum vidéo

« Marine Le Pen est un danger pour la France ». Laurence Parisot, la présidente du Medef, a dénoncé mardi les idées et le programme de Marine Le Pen, la candidate du Front national à l’Elysée. La présidente du Medef co-signe avec Rose Lapresle un livre intitulé « Un piège bleu marine.« 

C’est un danger par les idées qu’elle répand, par la haine qu’elle propage, par son projet économique, qui est un appât dans son programme et qui serait totalement ruineux pour notre pays. »

Suite et commentaires sur Fortune

Norvège : L’immigration commence à être perçue comme un danger

Si tous les Norvégiens sont horrifiés par l’opération meurtrière d’Anders Behring Breivik, de plus en plus d’habitants de ce paisible royaume considèrent que l’immigration représente un danger pour les valeurs scandinaves. Plus de la moitié en effet des Norvégiens estime que la politique d’intégration fonctionne «assez ou très mal».

Les minorités se sentiront de plus en plus norvégiennes. La couleur, l’ethnie, la religion passeront au second plan. L’identité norvégienne sera renforcée». (Mehtab Afsar, secrétaire général du Conseil islamique de Norvège)

Depuis le milieu des années 1990, le pays a servi de refuge à des centaines de milliers d’immigrés, venus notamment de zones de conflit telles que la Somalie ou le Kurdistan. Ces derniers mois, la Norvège a accueilli 300 réfugiés libyens, plus que tout autre pays européen. Le nombre de Norvégiens issus de l’immigration a doublé en quinze ans. Il représente aujourd’hui près de 10 % de la population. Ce qui créé des tensions, pas tant sur le marché de l’emploi, dans ce pays riche qui ne connaît pas le chômage, mais au sein de la société.

À Oslo, le prénom le plus donné en 2010 a été Mohammed. «Les exigences (des musulmans) arrivent les unes après les autres : nourriture halal en prison, jours fériés religieux, cours de gym séparés, tempêtait, lors des dernières législatives, en 2009, Siv Jensen, la blonde présidente du Parti du progrès. Nous ne l’accepterons pas, car ce n’est pas de l’intégration. C’est autoriser certains groupes, des minorités, à décider de l’évolution de la société norvégienne.» Celle qui a fait de «l’islamisation rampante» un de ses chevaux de bataille, celle qui prônait alors «un grand nettoyage», a recueilli 23 % des voix, et a fait de sa formation populiste la deuxième du pays. […]

Le Figaro (Merci à parciparla)

Paul Quinio : «La digue qui isolait jusqu’ici le FN a cédé» (Libé)

Pour Paul Quinio, que l’avocat Gilbert Collard et avant lui l’ancien président de Reporters sans frontières Robert Ménard «disent tout haut le bien qu’ils pensent des idées du Front national» indique qu’il y a bien «un danger Le Pen».

En 2002, Lionel Jospin a aussi perdu pour avoir négligé l’enjeu des classes populaires.

Les Collard et Ménard sont plus des ânes qui vont à l’abreuvoir boire une mauvaise soupe que des oiseaux de mauvais augure. Ils sont moins les révélateurs de la porosité dans l’électorat, notamment populaire, des idées du FN, qu’une confirmation du danger Le Pen. Oui, celui-ci existe, et la légèreté de certains responsables de gauche face au risque d’un nouveau 21 avril, à l’endroit ou à l’envers, laisse pantois.

Comme laisse pantois le débat qui monte au Parti socialiste sur l’impossible reconquête de cet électorat populaire très mouvant. A qui doit prioritairement s’adresser le PS ? Aux classes populaires ? Aux classes moyennes ? Telle serait la dernière question en vogue. […]

Libération

«Joue pas au con» : Nouvelle campagne de sensibilisation aux dangers des voies ferrées (Vidéo)

Sous le nom provocateur de «Joue pas au con», Réseau Ferré de France (RFF) a lancé ce jeudi à Lyon une campagne destinée à sensibiliser les adolescents aux dangers que représentent les voies ferrées.

Cette campagne, montée avec le rappeur de Marly-Gomont Kamini, qui a fait sa notoriété sur la chanson «Parce qu’on est con», est diffusée sur le net par l’intermédiaire des réseaux sociaux Dailymotion, Youtube et Facebook, et plus largement sur les sites fréquentés par les jeunes.

Image de prévisualisation YouTube

20 minutes

Sondage du JDD sur l’Islam : «Bouc-émissaire ou réel danger ?»

Un sondage d’opinion sur le thème «L’Islam fait-il peur ?» est organisé par LCP-AN et le JDD.fr. Les commentaires les plus pertinents seront diffusés sur LCP jeudi soir dans l’émission Ça vous regarde à 20h50 avec Razzy Hammadi, secrétaire national au PS au service public, Malek Chebel, anthropologue des religions, auteur de L’Islam expliqué, Librairie Académique Perrin, 2009 et François d’Orcival, éditorialiste à Valeurs Actuelles.

Comment réconcilier réflexes identitaires islamophobes et pratiques religieuses respectueuses des valeurs républicaines? L’Islam peut-il trouver sa place en France?

L’Islam inquiète autant qu’il séduit en Europe. L’Islam radical n’est plus seulement dénoncé par les mouvements d’extrême droite, mais aussi par les organisations de défense des droits de l’Homme qui s’inquiètent de la radicalisation des jeunes musulmans. Les polémiques autour de l’Islam ne cessent de faire la Une des journaux : débat sur la burqa ou construction des minarets en France. Les musulmans se sentent stigmatisés dans l’exercice de leur religion, souvent associée à une pratique extrémiste. L’Islam, deuxième religion en France, inquiète d’autant plus que ses adeptes sont assimilés à des délinquants, à des intégristes et parfois à des terroristes. […]

JDD

La condition humaine sous les ondes électromagnétiques artificielles

De plus en plus de personnes ressentent l’agression physique que constitue la présence d’ondes électromagnétiques artificielles dans l’air de notre vie de tous les jours, ondes qui sont nécessaires au fonctionnement des nouvelles technologies sans fil lancées sur le marché.

Nous évoluons aujourd’hui, en permanence et partout, au sein d’une atmosphère polluée semblable à celle de l’intérieur d’un appareil électroménager. Au sein de cet immense appareil électroménager, les rayonnements micro-ondes traversant l’atmosphère de nos villes et campagnes ont pour fonction de transporter des sons, des voix, des images. Toujours plus. Contre rémunération.

La conséquence des profits brassés par les entreprises exploitant ces systèmes industriels est que les autorités politiques et sanitaires ne prendront aucune mesure tant que la population ne les réclamera pas énergiquement ! Les industriels le savent pertinemment, et sortent la grosse artillerie de propagande pour leurs produits, afin de pouvoir ensuite souligner l’énorme soutien et demande du public envers ceux-ci.

Malgré les innombrables études sur les effets néfastes de ces « engins » et les maladies concernées par l’exposition aux micro-ondes (cancers, leucémies, maladies dégénératives du cerveau : Parkinson, Alzheimer…) on continue à lire qu’on ne sait pas.

Personne ne pourra dire qu’on ne savait pas.

Suite et commentaires sur Fortune