Marseille (13) : une lutte contre les discriminations plus visible

Absente de la précédente mandature, la lutte contre les discriminations fait son entrée dans l’équipe municipale. Une victoire pour le Conseil représentatif des associations noires (CRAN). L’équipe municipale de Marseille dispose désormais d’un élu en charge de la lutte contre les discriminations.

Nouvelle mandature, nouveaux enjeux. La nomination vendredi de l’équipe municipale du maire Jean-Claude Gaudin a permis de rectifier le tir en termes de lutte contre les discriminations. Ce manque avait été pointé du doigt par le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) qui avait décerné une note de 10 sur 100 à la ville en matière de lutte contre le racisme. « Contrairement à Lyon ou Paris, Marseille ne dispose d’aucun élu dans ce domaine », déplorait le responsable local du CRAN, Nassurdine Haïdari.

Un constat désormais dépassé. Outre le service civique municipal et la laïcité, l’élu PRG, Michel Dary s’occupera désormais de la lutte contre les discriminations. « C’est une grande victoire se réjouit Nassurdine Haïdari. Avec l’élection d’un maire de secteur Front national, il y a une impérieuse nécessité de réaffirmer l’unité de la ville que l’on habite au nord ou au sud », estime-t-il.

Metro News

Saint-Denis, Nanterre, Argenteuil ou Roubaix ont plus de 30% d’adjoints « non blancs »

Onze des cinquante plus grandes villes de France, dont Lyon et Bordeaux, ne comptent aucun adjoint issu de la diversité.

Lyon, Bordeaux, Toulon, Nîmes ou encore Rennes n’ont aucun adjoint issu de la diversité.

Selon deux associations, 11 des 50 plus grandes villes de France n’ont aucun adjoint issu des minorités visibles. Dans ces grandes villes, les personnes de type « non européen » occupent 9% des postes d’adjoints. 7% sont d’origine maghrébine, 2% noires et 0,11% d’origine asiatique, selon un décompte du think tank République et diversité et du Conseil des associations noires de France (Cran).

Derrière cette moyenne se cachent de très grandes disparités géographiques. Saint-Denis, Nanterre, Argenteuil ou Roubaix ont plus de 30% d’adjoints « non blancs ».

Paris et Grenoble sont dans la moyenne. Et onze villes, dont, n’en ont aucun. Ces dernières sont dirigées par la gauche comme par la droite. Mais en moyenne des différences existent entre partis: le PC a 16% d’ajoints « non blancs », le PS et les écologistes 10%, l’UMP 4% et l’UDI-Modem 5%.

En l’absence de statistiques ethniques, les auteurs du décompte se sont fondés sur les photos des adjoints, leur patronyme et leur pays de naissance.

Par ailleurs, à la faveur des lois sur la parité, les femmes se sont fait une place au sein des exécutifs municipaux, avec 49% des postes d’adjoints au maire, selon ce recensement. Mais seules cinq femmes sont maires (à Lille, Montpellier, Aix-en-Provence, Montreuil, Reims) contre 45 hommes. Ces associations espèrent voir des avancées lors des prochaines municipales.

RTL.fr

Municipalité/grande ville : un manque de diversité

Malgré une progression de la diversité en politique, 11 des 50 plus grandes villes, dont Lyon et Bordeaux, n’ont aucun adjoint issu des minorités visibles, ont relevé aujourd’hui deux associations, en espérant des avancées lors des prochaines municipales.

Hebergeur d'image

Dans ces grandes villes, les personnes de type « non européen » occupent 9% des postes d’adjoints, 7% sont d’origine maghrébine, 2% noires et 0,11% d’origine asiatique, selon un décompte du think tank République et diversité et du Conseil des associations noires de France (Cran). [...]

En l’absence de statistiques ethniques, les auteurs du décompte se sont fondés sur les photos des adjoints, leur patronyme et leur pays de naissance. [...]

Le Figaro

L’Etat poursuivi pour crime contre l’humanité par le Cran

Le Conseil représentatif des associations noires de France (Cran) a assigné aujourd’hui pour « crime contre l’humanité » l’Etat et le groupe Spie, accusés d’avoir recouru au travail forcé au Congo dans les années 20 pour construire une ligne ferroviaire.

Hebergeur d'imageLe chemin de fer Congo-Océan (CFCO), qui relie Brazzaville au port de Pointe-Noire (500 km), a été construit entre 1921 et 1934 par la Société de construction des Batignolles pour le compte de l’Etat.  »Des civils ont été embarqués de force pour alimenter les chantiers », a expliqué l’historien Olivier Le Cour Grandmaison lors d’un point-presse. « Au moins 17.000 indigènes sont morts en raison des conditions de transport et de travail. »  »Le travail forcé était de l’esclavage déguisé », a ajouté Louis-Georges Tin, président du Cran.

L’association agit donc sur la base de la loi Taubira de 2001 qui, en qualifiant l’esclavage de crime contre l’humanité, l’a rendu imprescriptible. [...]

Le Figaro

«Colonial Tour»: Une balade (avec le CRAN) dans Paris sur les traces de l’esclavagisme

Pour la deuxième année, le réseau Sortir du colonialisme propose une promenade dans Paris sur le thème des «entreprises coloniales d’hier et d’aujourd’hui»…

Un salacot bleu-blanc-rouge, un peu de musique créole, et un bon bol de chocolat chaud. Pour la deuxième année, le Conseil représentatif des associations noires (Cran) et le réseau Sortir du colonialisme organisent, ce mercredi à Paris, le «Colonial Tour». Soit une balade en bus d’une matinée afin que les journalistes puissent découvrir les «lieux parisiens liés à l’esclavagisme en particulier et à la colonisation en général», selon l’affiche de l’événement.

«Quand on parle de l’histoire de l’esclavage, on pense souvent à Nantes et à Bordeaux, explique Louis-Georges Tin, le président du Cran. Il ne faut pas oublier que Paris tient également une place particulière dans cette histoire.» Pour le rappeler, les associations militantes ont pensé à jalonner le parcours d’étapes instructives devant le siège «d’entreprises coloniales d’hier ou d’aujourd’hui», le thème donné à cette deuxième édition.

(…) 20minutes.fr

 

Jakubowicz (LICRA) à propos du Sketch sur le Rwanda : «Canteloup a totalement raison de ne pas s’excuser». (MàJ)

Addendum 11.02.2014 :

Interrogé par le Parisien/Aujourd’hui en France, le président de la Licra, Alain Jakubowicz a indiqué que «Canteloup a totalement raison de ne pas s’excuser». «Il n’y a pas de sujet tabou et l’humour peut et doit faire mal», commente même l’homme de loi qui demande aux humoristes de «garder leur costume de scène».

De récentes déclarations qui tranchent avec les habituelles sorties médiatiques d’Alain Jakubowicz, soucieux de faire interdire à tout prix les représentations de Dieudonné.

Lyon Mag

Le Conseil représentatif des associations noires (Cran) a annoncé samedi avoir saisi jeudi le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) après un sketch de l’humoriste Nicolas Canteloup sur Europe 1 «tournant en dérision les victimes du génocide au Rwanda». Une délégation du Cran a rendez-vous le 14 février avec le président du CSA Olivier Schrameck.

«La station soutient Nicolas Canteloup. C’est de l’humour, l’humour est subjectif et nous sommes à l’aise avec cela», a déclaré un porte-parole d’Europe 1. «Nous sommes désolés si cela a blessé le Cran, a-t-il ajouté, Denis Olivennes (PDG de la station) a d’ailleurs proposé un rendez-vous au président du Cran».

Dans ce sketch diffusé en direct mercredi, Nicolas Canteloup imitant l’animateur Julien Courbet s’adressait à un certain M. Hutu qui avait un «conflit de voisinage » avec M. Tutsi, lequel était quelque peu «contrarié» : «Vous avez découpé, macheté et carpaccioté sa famille, alors qu’apparemment il n’en avait pas exprimé le désir».

Le Cran ajoute que, «loin de s’excuser», le «pseudo-humoriste» Nicolas Canteloup «en a rajouté une couche» deux jours plus tard en adressant au Cran «des excuses factices, car “c’est la nouvelle règle de l’humour en 2014 : on fait une vanne et on doit s’excuser. Une vanne, une excuse, une vanne, une excuse, une vanne, une excuse». […]

Le Figaro

Le CRAN salue le dispositif internet nouveau de l’IGPN

Le CRAN salue le dispositif internet nouveau de l’IGPN, et invite Manuel Valls à aller plus loin dans la lutte contre le racisme

La police des polices est désormais accessible aux internautes. Le site de l’IGPN permettra de signaler les écarts, les dérapages, les bavures policières, qu’elles soient à caractère raciste ou non. « Dans ce domaine, au ministère de l’intérieur, les initiatives positives sont si rares, que je me fais un devoir de les saluer quand il y en a », a indiqué Louis-Georges Tin, le président du CRAN.

(…)

Cependant, le CRAN estime qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Signaler les abus, c’est bien, les éviter, c’est mieux. C’est pourquoi, afin de mieux lutter contre le racisme et de favoriser la transparence, le CRAN demande que l’on mette en place :

-une véritable formation des policiers sur les questions de discriminations,

-des récépissés pour limiter les contrôles d’identité au faciès, comme François Hollande s’y était engagé,

-les statistiques de la diversité dans les domaines nécessaires, comme Manuel Valls s’y était engagé,

-des caméras dans les véhicules de police et sur les uniformes, comme cela se fait déjà dans plusieurs pays,

-une enquête nationale sur le racisme en France, en général.

A cette occasion, le CRAN demande à être reçu par Manuel Valls pour lui parler non seulement des problèmes récents à Joué-lès-Tours, mais aussi pour présenter et développer ces propositions concrètes qui permettraient de lutter contre le racisme au niveau national.

Le CRAN, merci à Zatch

Le CRAN appelle à manifester à Joué-Lès-Tours (màj : manif annulée pour cause de flop)

Addendum info 01.09.2013:
Le Cran (Conseil représentatif des associations noires) appelait à une manifestation hier matin à Joué-lès-Tours « après la violente interpellation à Joué par les forces de l’ordre ».

L’appel n’a pas du tout été entendu. Cinq personnes seulement se présentaient au rendez-vous, rue Pierre-de-Coubertin. Il n’y a donc pas eu de marche vers l’hôtel de ville comme prévu.

La Nouvelle République
(Merci à Zatch)

——————

Addendum 23.09.2013: Le CRAN appelle à manifester à Joué-Lès-Tours le 31 août à 10h00

Après la violente interpellation à Joué-Lès-Tours par les forces de l’ordre, le CRAN a demandé une audience au Ministre de l’Intérieur. Cette demande est restée sans réponse.

Toutes les personnes, associations et personnalités qui s’opposent aux violences policières sont cordialement invitées à se joindre à cette manifestation le Samedi 31 août à 10h00, rue Pierre de Coubertin à 37300 à Joué-Lès-Tours. Elle partira du lieu de cette interpellation pour se terminer devant la mairie.

Cette manifestation n’est pas engagée contre les forces de l’ordre qui, dans leur grande majorité oeuvrent au quotidien pour la sécurité des biens et des citoyens.

Le CRAN dénonce toutes les interpellations violentes et sélectives dont sont victimes les noirs de France.

« La communauté noire de France existe et ne doit plus faire l’objet de dérives et contrôles sélectifs policiers, comme c’est trop souvent le cas », conclut Guy Samuel NYOUMSI.

CRAN
(Merci à Zatch)

——————-

Le CRAN  a été saisi de nombreuses fois à propos d’une interpellation violente de la part de la Police.

Devant le spectacle de cette arrestation sur la voie publique, le CRAN ne peut rester indifférent. Un homme est à terre, aux prises avec deux policiers. Ces deux policiers s’en prennent à deux témoins, des femmes, l’une reçoit du gaz lacrymogène, la seconde reçoit des coups assénés violemment, alors qu’elle tente de s’interposer. Elle n’a pas d’arme et ne présente aucun danger pour les deux policiers.

Le CRAN s’insurge contre ces agressions de la part des policiers dont la fonction première est d’assurer la sécurité des citoyens et demande des sanctions de la part de leurs supérieurs.

Le CRAN adressera une demande d’audience au Ministre de l’Intérieur pour connaître sa position, savoir s’il cautionne de tels comportements et quelles mesures il pense adopter contre ces pratiques.

Le CRAN lance un appel à témoin pour obtenir une version différente de celle, « officielle » qui sera  bientôt présentée. vos messages:  [email protected]

Par ailleurs, le gouvernement a présenté sa vision de la France en 2025, comment sera notre Police en 2025 ?

Le CRAN s’étonne qu’aucune association n’ait été consultée sur ces visions futuristes, alors que les associations complètent les actions du gouvernement dans de nombreux domaines.

Mandela disait « ce qui se fait pour nous, sans nous, se révèle toujours être contre nous », conclut Guy Samuel Nyoumsi, Vice-président du CRAN.

CRAN
(Merci Zatch)

Le CRAN propose qu’Elise Lucet, présentatrice du JT de France 2, reçoive un complément de formation professionnelle

Le 28 août 2013, au Journal Télévisé de France 2, était évoqué le 50e anniversaire du fameux discours de Martin Luther King. Cependant, le reportage indiquait à la fin que les problèmes soulevés à l’époque n’étaient pas totalement résolus aujourd’hui : « aujourd’hui, le taux de chômage des Afro-américains atteint 12,6 %, c’est quasiment deux fois plus que la moyenne nationale ». Voulant évoquer ensuite la rentrée scolaire, Elise Lucet, présentatrice du JT, déclara : « Parlons de choses beaucoup plus concrètes et quotidiennes et qui concernent des millions de familles... »

Aux yeux du CRAN, il s’agit là d’une transition malheureuse. Le chômage qui frappe des millions de familles d’Africains-américains aux Etats-Unis est une réalité très concrète et très préoccupante. Or la formule d’Elise Lucet semble indiquer qu’il s’agit d’un sujet abstrait, éloigné, voire peu intéressant, rabaissant non seulement la communauté noire des Etats-Unis, mais également le travail de ses collègues, qui ont réalisé un reportage de grande qualité, et pas du tout abstrait.

Cette transition fâcheuse n’est pas en soi une faute grave, mais elle est peut-être révélatrice d’une distance, d’une indifférence voire d’une certaine désinvolture à l’égard des problèmes de racisme.

(…) Le Cran

Merci à Zatch

Le CRAN invite François Hollande à faire que le rêve universel de Martin Luther King devienne une réalité en France

Lettre ouverte du CRAN à François Hollande à l’occasion du cinquantenaire du discours de Martin Luther KING.

Le 28 août 1963, Martin Luther King, défenseur des droits civiques, prononçait son discours désormais célèbre  » Je fais un rêve « .

Les cérémonies du 50e anniversaire ont débuté le 24 août et culmineront mercredi 28 août, date anniversaire officielle du discours de Martin Luther King, en présence de Jimmy Carter, Bill Clinton et Barack Obama.

L’assassinat du jeune Trayvon Martin par un vigile blanc disculpé, jette une ombre douloureuse et la décision récente de la Cour suprême d’abroger une partie de la loi sur les droits de vote, montrent que la lutte pour les droits civiques doit se poursuivre.

Le taux de chômage est plus fort aux États-Unis chez les Noirs que chez les Blancs. Les revendications de la communauté afro-américaine restent donc les mêmes, les pancartes demandent « du travail ».

En 50 ans, le pourcentage de Noirs américains qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté est passé de 41,8% à 27,6%. Néanmoins, il reste encore beaucoup à faire. C’est une tache à laquelle le couple présidentiel peut et doit encore s’atteler.

La Communauté Noire française a le regard tourné vers celle des Etats-Unis. Elle s’inspire des avancées dans le domaine des Droits civiques, tels que l’Affirmative Action qui a donné un grand élan positif aux carrières des Afro-américains.

Mais vous-même Monsieur le Président de la République française, quel bilan faites-vous de ces cinquante dernières années en France, quel rêve faites-vous pour l’union des Français ? Quelle politique mettrez-vous en place ?

La jeunesse a voté pour vous en 2012 ; elle se sent aujourd’hui oubliée.

C‘est pourquoi en ce jour d’anniversaire, Monsieur le président, nous vous invitons à faire que le rêve universel  de Martin Luther King devienne une réalité en France, conclut Guy Samuel Nyoumsi, vice-président du CRAN

Contact:[email protected]

Le CRAN
(Merci à Zatch)

Le CRAN s’insurge contre le nom du logiciel «Colbert 2.0» présenté par Montebourg

Le Conseil représentatif des associations noires estime «atroce» de nommer ce logiciel «du nom de celui qui rédigea le Code Noir»…

Le Conseil représentatif des associations noires (Cran) se dit consternée par le nom du logiciel «Colbert 2.0» que vient de présenter le ministre du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg. Ce logiciel est destiné à favoriser la relocalisation des entreprises en France.

Mais, souligne le Cran, il reprend le nom de Jean-Baptiste Colbert, ministre de Louis XIV, un homme «qui prépara le Code Noir». Ce code, daté de 1685, réglementait la vie des esclaves noirs dans les colonies françaises.

Dans un communiqué, Louis-Georges Tin, président du Cran, juge qu’«Arnaud Montebourg est soit est totalement ignorant de l’histoire coloniale, soit totalement méprisant à l’égard des peuples colonisés».

Dans un cas comme dans l’autre, nous demandons «qu’il répare immédiatement cette erreur choquante».

Il écrit par ailleurs qu’«il y a encore des rues Colbert, des lycées Colbert, et une salle Colbert à l’Assemblée nationale, autant de lieux qui devraient (…) être débaptisés».

20 minutes