Tokyo : Heurts entre Japonais et immigrés coréens

Depuis février 2013, à Shin-Okubo, le quartier de Tokyo à forte immigration coréenne, manifestants d’extrême droite et contre-manifestants s’opposent chaque dimanche.

Une bataille en rang d’oignons arbitrée par un déploiement impressionnant de forces de l’ordre. Malgré cela, des heurts ont causé des arrestations des deux côtés, ouvrant le débat sur la légitimité de ces défilés.

Les manifestations d’extrême droite ont toujours existé au Japon mais l’incitation à la haine raciale en public est la mauvaise surprise de cette année 2013. En l’absence de lois contre le racisme, la population a décidé de réagir. [...]

Rue89

Corée: la banque centrale veut plus d’immigration

Le gouverneur de la Banque centrale de Corée du Sud a estimé nécessaire d’assouplir la politique d’immigration et de faire rentrer plus de travailleurs étrangers dans son pays, dont l’économie risque de souffrir du vieillissement de la population.

Après des années de politique familiale visant à réduire le nombre des naissances, dans un pays alors ruiné par la guerre de Corée (1950-1953), la Corée du Sud est désormais confrontée à un des taux de fertilité les plus bas du monde.

En 2011, le taux de fertilité –nombre d’enfants nés par femme lors de ses années fertiles– était de 1,01, contre une moyenne de 1,71 pour la moyenne des pays de l’OCDE.

Une solution serait l’adoption de « politiques tournées vers l’avenir et l’ouverture aux immigrants », selon le gouverneur.

Lire l’article intégral

Corée : un quiproquo autour du mot « négro » dégénère (vidéo)

Une vidéo circule actuellement en Corée montrant un homme noir menaçant et frappant un couple de personnes âgées dans un bus.

http://www.dailymotion.com/video/xkrt28

Tout est parti d’une simple incompréhension. Le vieil homme se serait adressé à lui en ces termes: « Niga Yuh gi Anja » (« 니가 여기 앉아 » (un signe de considération), ce qui signifie : « Vous pouvez vous asseoir ici« .

Ne comprenant pas le coréen, l’homme aurait interprété » 니가  » (niga) comme le mot argotique américain : « négro » (nigga) ce qui aurait déclenché sa violente réaction.

(Merci à Jeublan & à Le Grognard)

Corée du Nord : menace d’une « guerre totale »

Pyongyang a menacé aujourd’hui d’une « guerre totale » sur la péninsule coréenne en cas de moindre incident lors des traditionnelles manoeuvres militaires annuelles conjointes entre les Etats-Unis et la Corée du Sud, qui ont démarré dans la matinée.

« La péninsule coréenne fait face à la pire crise de son histoire. Une guerre totale peut être provoquée par le moindre incident », a déclaré l’agence officielle nord-coréenne KCNA, citant un commentaire publié dans le quotidien du parti communiste Rodong Sinmun.

Ces manoeuvres entre Washington et Séoul, baptisées « Freedom Guardian » (« Gardien de la liberté »), ont démarré mardi matin, a indiqué un porte-parole du Commandement des forces alliées Etats-Unis-Corée du Sud (CFC).

Le Figaro

La fallacieuse théorie du libre échange et la diabolisation du protectionnisme

Marc Rousset, auteur de « La Nouvelle Europe Paris-Berlin-Moscou. Le continent paneuropéen face au choc des civilisations » (Editions Godefroy de Bouillon, 2009), critique le dogme du libre-échangisme et prône le rétablissement du protectionnisme.

«  De tous les dogmes économiques, le libre-échange est celui sur lequel les néo-libéraux sont le plus intraitables. Formulé il y a presque deux siècles dans le contexte théorique de l’immobilité des facteurs de production (capital et travail) et de la division internationale du travail, il est toujours présenté comme le nec plus ultra de la modernité, et comme la recette du développement et de la croissance.

Ses hérauts ont réussi le tour de force de le pérenniser dans un contexte exactement contraire à celui de sa conception : aujourd’hui, le capital ne connaît plus aucune entrave à sa circulation internationale et la main d’œuvre devient, elle aussi, de plus en plus mobile. Quant à la division internationale du travail, elle appartient au passé, avec la multiplication des entreprises mettant en œuvre des technologies de pointe dans les pays à bas salaires. L’économie mondiale est devenue un bateau ivre, sans gouvernail.

(…) Alors que le discours dominant du journalisme économique proclame depuis deux décennies que le protectionnisme est le mal absolu, les travaux scientifiques les plus récents aboutissent à un résultat inverse. Il y a donc discordance entre les discours économiques médiatiques et le discours scientifique.  »

Suite et commentaires sur Fortune