Lyon : Les Identitaires investissent un H&M pour dénoncer l’esclavagisme !

Après Paris et St-Laurent du Var, une vingtaine de militants du Bloc Identitaire et de Génération Identitaire ont investi pacifiquement, samedi 11 janvier, un magasin H&M rue de la République au centre de Lyon.

Répartis dans les rayons en brandissant des pancartes aux slogans variés (“Soldes pas chers grâce aux esclaves éthiopiens” etc.), et distribuant des tracts aux clients en scandant des slogans malgré les vigiles, les Identitaires ont ainsi voulu relayer la campagne “H&M esclavagistes”.

En effet, trouvant les “employés” chinois trop chers à leur goût, H&M a décidé de délocaliser une partie de sa production… en Éthiopie ! Moins coûteux et corvéables à merci, ces Africains pourront ainsi fabriquer des vêtements bon marché destinés à des chômeurs ou des travailleurs pauvres en Europe.

C’est pour dénoncer cette économie mondialisée totalement absurde, organisée pour le seul profit financier en dépit de tout bon sens, que les Identitaires ont envahi ce magasin H&M.

Pendant la période des soldes, cette action symbolique n’est pas sans rappeler le happening récemment organisé contre Mattel avec la “Barbie ouvrière” : elle amène les Français et les Européens à mieux réfléchir à leur consommation et à favoriser les produits locaux au détriment des objets “low cost” fabriqués en grande série par des nouveaux esclaves.

Label Béret Baguette : un produit 100% français issu de l’abattage traditionnel (màj)

[mise à jour du 29 juin 2013]

Le créateur du Label Béret Baguette écrit sur son site une note aux lecteurs déçus de ne pas trouver le label en rayon :

« Je comprend votre impatience à voir notre label se généraliser, nous travaillons dur pour convaincre les artisans, bouchers après bouchers, d’adopter notre label.

Le seul frein pour l’instant est la peur d’être montré du doigt. Les bouchers ont peur des conséquences s’ils adoptaient ce label. Un boucher est avant tout un commerçant, qui craint pour son affaire, sa clientèle et également son magasin. Vous n’imaginez pas le nombre de refus que nous essuyons «par peur de recevoir un pavé dans la vitrine»  (je cite la phrase qui revient le plus souvent).

Notre démarche n’est pas commerciale. L’attribution du label est gratuite, elle n’est soumise qu’au strict respect de la règle. La situation est dramatique concernant le halal que nous mangeons tous les jours sans en être informé. A ce titre nous continuerons à faire vivre ce site jusqu’à ce que nous représentions suffisamment de distributeurs. »

labelbb.fr

[Ci-dessous article du 30 mai 2013]

Le label Béret Baguette est un label à destination du consommateur. Il a été créé dans l’objectif de pallier une grave carence d’information sur la provenance et le mode d’abattage de ce que nous mettons dans nos assiettes.

Notre label regroupe des éleveurs, producteurs, distributeurs qui s’engagent à respecter la charte du label Béret Baguette, et qui souhaitent par ce geste garantir au consommateur son droit le plus élémentaire : être informé de ce qu’il mange.

Ce label est accessible à tout producteur qui remplit les conditions fixées par  notre charte et qui souhaite en informer le consommateur.

Pour bénéficier du label BB, il est obligatoire de s’engager sur les points suivants :

  • Une composition exclusivement française du produit.
  • La viande entrant dans la composition du produit ne peut provenir que d’un animal élevé en respectant son bien être et abattu de façon traditionnelle, excluant tout abattage rituel.
  • La fabrication du produit doit être réalisée en totalité sur le territoire Français.

Le non respect de l’une de ces conditions entraînerait le retrait immédiat du label accordé ainsi que la poursuite devant les tribunaux.

labelbb.fr

Ruée pour les soldes au Virgin Megastore

Le 13 mai 2013 à minuit, via e-mails et réseaux sociaux, la nouvelle se répand comme un virus digne des zombies de Danny Boyle : le Virgin Megastore, à l’agonie, annonce des réductions de 50% sur la quasi-totalité du magasin. Les détenteurs de cartes de fidélité bénéficient de 20% supplémentaires.

L’enseigne Champs-Elysées ouvre à 10 heures, et les choses se compliquent déjà. Les gens dehors s’impatientent, ils sont des centaines (dont certains depuis 7 heures du matin), et tentent d’ouvrir eux-mêmes la gigantesque porte métallique.

[...] En moins de trente minutes, le rayon numérique est vide. Plus rien, à part de la poussière et des déchets sur les rayonnages (restes de menus McDo, cannettes vides, emballages divers).

Des gens ont sous les bras des trucs sans savoir de quoi il s’agit. Ils ne savent même pas ce que c’est. « Vous pensez que je peux en tirer combien ? », osent-ils même demander. Mais même sans savoir, plus besoin de les mettre sur Priceminister. Car la vente n’a jamais été aussi sauvage, et des enchères commencent dès lors dans les files d’attente. [...]

Rue89 (Merci à Alex)

«La droite ne s’est pas demandé quel poids la communauté civile homo avait dans notre pays» (MàJ)

 

L’article qui contredit les chiffres du Nouvel Obs


Après de longs mois de débat au Parlement et de longues querelles dans la rue, la loi Taubira a été votée. Quatre jours plus tard, un salon du mariage gay a ouvert ses portes et marqué l’émergence d’un nouveau business. Benjamin Bourinat, «Marketing aficionado» et contributeur au Nouvel Obs, trace un surprenant portrait de la «communauté homosexuelle».

Pourtant, les chiffres sont là et ils parlent d’eux-mêmes. Selon les enquêtes, les homosexuels représenterait entre 3 et 10% de la population et la moitié vivrait en couple.

Sous-estimer l’électorat homosexuel est tout sauf stratégique. Cela dénote un manque cruel de curiosité, mais surtout de jugeote. […] À croire que la droite ne s’est pas demandé quel poids la communauté civile homo avait dans notre pays.

Selon Mediabrands, la majorité des pro-mariage pour tous – LGBT, CSP+, bac +4 et professions libérales – se distinguent par des positions sociales et un pouvoir d’achat élevés. Plusieurs études montrent également que les homosexuels consomment davantage de produits high-tech et de biens culturels que la moyenne nationale.

Populistes et réacs peuvent crier à l’élite capitalistique. Si les homos sont devenus un groupe qui ne peut plus être négligé, leurs détracteurs ont une grande part de responsabilité. De nouvelles recherches montrent que les homos compensent la stigmatisation de leur sexualité en devenant des perfectionnistes hyper-performants.

Super école, super look, super compétiteur. Des attributs prisés dans le monde des affaires. Continuer de nier leur droit à fonder une famille est la raison même pour laquelle ils affichent de plus belles réussites professionnelles que la normale. N’est-il pas donc raisonnable de défendre les libertés de ceux qui dirigent nos entreprises et embauchent nos jeunes diplômés ?

L’adaptation saine de la discrimination homosexuelle a créé un ultra-travailleur et un über-consommateur. Si l’UMP et le FN n’ont toujours pas saisi la puissance économique LGBT et son pouvoir d’influence sur l’opinion publique, les marques françaises établissent déjà des budgets entièrement dédiés à tirer profit de l’argent rose. De quoi les rendre «folles» de rage.

Le Nouvel Obs

Pouvoir d’achat en baisse : Les sacrifices que vont devoir faire les Français (Vidéo)

Les 3/4 des Français interrogés s’attendent à une nouvelle baisse de leur pouvoir d’achat en 2013, et 58 % se préparent à réduire leur consommation dans les mois à venir. Ce sont les résultats d’un sondage exclusif 60 Millions de consommateurs – Mediaprism.

Les ménages vivant avec moins de 1.500 € par mois n’ont plus d’autre choix que de renoncer à certaines dépenses de base, y compris en matière de santé.

Suite, commentaires et vidéo sur Fortune

François Fiévet : «Rendez-nous Noël !»

François Fiévet, essayiste, regrette ce qu’est devenu Noël et pense avec nostalgie au Noël de son enfance.

Curieusement, médias et publicités ne parlent que de Noël. Mais qu’est-ce que cela veut dire Noël ? On entend le mot fêtes. Mais les fêtes de quoi ? La fête du Père Noël ? Qui est-il celui-là ? Je ne peux pas croire que Jésus ait été effacé de la mémoire des gens. Il me semble qu’on l’a tout bonnement oublié : pourtant, c’est sa fête à lui !

C’est l’hiver, dans la nuit, la neige épaisse étouffe les sons, la forêt est calme et figée par l’air glacial. Disparaissant dans la pénombre, les traces des lapins blancs des montagnes zigzaguent entre les grands mélèzes.

Sorties de la messe de minuit, emmitouflées dans les anoraks, toutes les familles s’arrêtent devant la crèche, construite par les gars du village, avec des blocs de glace, en forme d’igloo décoré de jolies bougies rouges. Une chorale d’enfants entonne des chants de Noël chrétiens. Avec mes frères et sœurs, fascinés, nous restons quelques instants, bouches bées, si proches de ce petit enfant couché dans une pauvre mangeoire, entre ses parents.

Le bœuf et l’âne, les bergers avec leurs brebis sur les épaules et les rois mages offrant la myrrhe et l’encens. Quelques flocons tombent en virevoltant et tout est harmonie dans le ciel et sur la terre… Cette image de paix et d’amour est profondément gravée dans ma mémoire. […]

Cinquante années plus tard, je suis toujours cet enfant aux yeux émerveillés devant la pauvre crèche qui recevra le Seigneur notre Dieu, dans la nuit Sainte. Mais quand je marche dans la ville, c’est le grand déballage, l’orgie, la profusion de produits de consommation, camouflés dans des emballages d’or et de lumières. Les magasins rivalisent de luxe, de sapins géants remplis de boules rouges et de neige électronique. Et partout, cet odieux personnage issu de la publicité américaine, le Père Noël, avec sa fausse barbe ridicule et son habit rouge vif. […]

Boulevard Voltaire (Merci à Alexandra)

Sapir: « Il est urgent de dissoudre la zone euro »

Par Jacques Sapir

La crise de la zone euro a atteint un point critique. Quelles que soient les solutions envisagées, qu’il s’agisse de la mutualisation de la dette ou des mesures dites « non conventionnelles » que la Banque centrale européenne pourraient prendre, elles ne peuvent apporter de solution durable. A cela une bonne raison : cette crise n’est pas une crise de la dette souveraine mais une crise de compétitivité aggravée par l’effet pervers de l’euro sur la croissance.

Les différentes mesures prises depuis le début de 2010 ont été globalement inopérantes. Elles n’ont pu éviter que, pays après pays, cette crise s’étende, de la Grèce à l’Irlande, de l’Irlande au Portugal, puis à l’Espagne et à l’Italie. La situation dans la plupart des pays va continuer à se dégrader sous l’effet de la conjonction de politiques mal avisées de déflation compétitives, qui sont l’équivalent des politiques de dévaluation compétitives que l’euro prétendait supprimer.

Alors que le chômage recommence à fortement monter en France, il est temps de changer de politique, sinon nous nous imposerons l’équivalent d’une grande dépression par notre propre stupidité.

Des politiques inefficaces liées à une erreur de diagnostic

Suite & Commentaires sur Fortune

Peut-on durablement consommer sans produire en France ?

Tribune de Didier Cozin, ingénieur de formation professionnelle, sur notre économie de consommation et de moins en moins de production.

Si nous n’abandonnons pas très vite le mythe de relance keynésienne par la consommation nous deviendrons
collectivement un pays d’assistés, dépendant du crédit des autres, visité comme un musée des XIXe et XXe siècles.

Aujourd’hui en France tout concourt à faire de notre pays une «grosse économie» paresseuse et dépendante des créanciers qui se contente d’importer tout ce qu’elle n’a pas (plus) le courage et l’envie de produire.

Prenons simplement trois exemples emblématiques de notre économie de la consommation :

- la téléphonie mobile : […] si on fait le compte des équipements professionnels de télécommunication, des applications téléchargées sur les différents « markets » par les utilisateurs et évidemment de la vente des téléphones, on peut dire que cette activité est devenue une source massive d’évasion de richesses et de perte d’indépendance pour notre pays (ne parlons pas d’Internet non plus).

- l’automobile : il y a 10 ans encore l’automobile participait à hauteur de 10 milliards d’euros au solde positif de notre commerce extérieur. Aujourd’hui le solde négatif est d’environ 5 milliards d’euros – mais combien dans les prochaines années ? […] A un moment ou à un autre il faudra bien fermer nos usines – ou alors accepter qu’elles ne servent plus que de musées du XXe siècle industriel.

- l’alimentation : c’est toujours un secteur porteur et qui apporte un excédent annuel (en 2011) de près de 11 milliards à notre commerce extérieur. Mais attention : nos produits sont bien peu positionnés sur l’air du temps : bio, sans engrais ni pesticides. […]

Le Monde

Les Français prêts à payer jusqu’à 10 % plus cher du « fabriqué en France »

Les Français sont-ils attachés aux produits de consommation portant la mention « fabriqué en France » ? Pour 93 %, il s’agit d’une information pouvant motiver leur décision d’achat, selon une enquête TNS-Sofres, réalisée en 2010 à la demande du ministère de l’économie. Gage de qualité, la mention rassure : pour neuf Français sur dix, elle est l’assurance d’un produit conçu dans le respect de l’environnement et de la réglementation du travail. [...]

Le Monde

« Prêt à jeter » : Retour aux sources de la société de consommation (Vidéo)

A la caserne des pompiers de Livermore (Californie), une ampoule brille depuis plus de 110 ans, les premiers bas en nylon en 1940 ne filaient pas, mais la durée de vie des imprimantes d’ordinateur est programmée pour obliger l’utilisateur à en acheter une neuve.

En décortiquant ces exemples, le documentaire « Prêt à jeter » de la réalisatrice allemande Cosima Dannoritzer, diffusé le 15 février sur Arte, remonte aux sources de la société de consommation et à l’origine du concept de l’obsolescence programmée.

Très vite, les producteurs ont compris qu’un produit qui ne s’use pas est une tragédie pour les affaires. »

Dans les années 1920, un cartel mondial des producteurs d’ampoules a ainsi raccourci volontairement la durée de vie des bulbes électriques pour accroître la demande du consommateur. Ce cartel Phoebus pénalisait même les membres dont les produits dépassaient 1.500 heures de fonctionnement.

Une dizaine d’années de procès contre Phoebus l’ont contraint à lever les restrictions sur la durée des ampoules. Sans conséquence toutefois. Alors même que le brevet du filament inusable avait été déposé, cette ampoule éternelle n’a jamais été produite.

Passés à la production en série dans les années 1950, l’industrie automobile, l’électroménager, le design et l’habillement sont devenus plus accessibles, symbolisant « l’American way of life« , « liberté et bonheur grâce à la consommation sans limites.« 

A Barcelone, Marcos a refusé de jeter son imprimante bloquée et d’en acheter une neuve. Grâce à l’internet et les réseaux sociaux, il a contacté un Russe proposant des logiciels qui permettent de contourner le blocage programmé de ces équipements après un nombre donné d’impressions.

Vidéo, suite et commentaires sur Fortune