Aidons Adela Mawazo à faire venir 5 de ses 9 enfants du Congo

Réfugiée politique originaire du Congo, Adela Mawazo attend depuis 2007 de faire venir en France cinq de ses neuf enfants. À la Bourgogne, un atelier artistique va être créé afin de lui venir en aide.

À Tourcoing depuis 2010, Adela a obtenu le statut de réfugiée politique, pour elle et sa famille. Reste à financer le voyage pour cinq de ses neuf enfants. « Ils ont le droit de venir en France, l’ambassade les attend,» explique Barnabé N’Kondo, chargé de la coordination de l’action sociale au centre social de la Bourgogne.

Mais pour obtenir les visas, il faut présenter les billets d’avion.

Un de ses enfants, qui vit avec elle à Tourcoing, est atteint de leucémie. Sa seule source de revenus est le RSA. Chaque mois, elle en envoie la moitié sur place, pour financer la scolarité de ses enfants, qui vivent à Kinshasa.

Touché par ses difficultés, le centre social de la Bourgogne se mobilise dans l’espoir de trouver une solution. Des vêtements ont été collectés afin que les enfants d’Adela Mawazo les revendent au Congo.

Deuxième initiative : des ateliers artistiques, financés par le conseil général, et proposés par le peintre tourquennois Blaise Okito, vont débuter le 22 avril.

L’idée est de « produire de vraies œuvres qui pourront être vendues », les bénéfices étant reversés à Adela Mawazo. Ces ateliers, destinés à permettre une « ouverture culturelle » concernent une quinzaine de femmes du quartier.

Nord-Eclair – merci Flanelle

 

Afrique : « Congobot », le robot routier qui sécurise le passage des piétons (Vidéo)

L’information peut paraitre insolite et pourtant, la République démocratique du Congo pourrait prochainement être le point d’origine d’un nouveau marché high tech : les robots spécialisés dans la régulation de la circulation automobile.

Exporter son robot routier, c’est le rêve de la femme d’affaires ingénieur à l’origine de la création d’un robot de 2,50 mètres de haut qui vient de s’installer à Limete, un quartier populaire de la Capitale du pays, Kinshasa.

Un robot créé en aluminium pour supporter le climat tropical et qui gère parfaitement la circulation des véhicules en sécurisant la traversée des axes par les piétons. Sur le fond, il se présente comme un véritable agent de circulation, avec une signalétique lumineuse et colorée, ainsi que des bras mobiles pour indiquer aux automobilistes de stopper leurs véhicules.

Vidéo et commentaires sur Fortune

Jeux de la Francophonie à Nice: plusieurs sportifs congolais se sont volatilisés

Deux cyclistes et sept basketteuses congolais qui participent au 7è Jeux de la Francophonie (7 au 15 septembre à Nice) sont portés disparus en France, selon la radio congolaise Radio Okapi.

Les sept basketteuses (Gloria Nkiere Mola, Sandra Kapinga, Kalombo, Tabitha Masamba Sila, Elysée Kabu Ilunga, Lauraine Nzewu Kabangu, Mireille Bolangi Botayi et Diane Tuzolana Mabibi) devaient affronter ce lundi l’équipe de France après avoir déjà jouer deux matchs. Quant aux deux cyclistes (Enoch Manzambi et Kongolo Mpunga), ils ne se sont pas présentés ce dimanche matin au départ de la course.

Le ministre des Sports congolais, Baudouin Banza Mukalay Sungu, a qualifié ces disparitions de « désertion » d’après Radio Okapi. « Ce comportement est préjudiciable à la promotion des sports en RDC et à son image de marque. Nous avons saisi la police, car nous détenons leurs passeports ».

(..) Nice Matin

Secours populaire : Les premières vacances de Sharon, 7 ans, «petite Parisienne née au Congo» (màj vidéo)

Sharon, 7 ans, née au Congo, est partie en vacances grâce au Secours Populaire, sur la plage de Home-Varaville (Calvados).

Plus inattendu, « nous nous sommes mis à réciter le ‘Notre père’ tous les soirs car Sharon nous a expliqué qu’elle le faisait avec sa maman », confie Mme Deconinck, une catholique pratiquante occasionnelle. Mais Sharon « aurait pu être musulmane, cela aurait été très bien, même mieux puisque nous voulons que nos enfants voient des gens différents » , souligne-t-elle.

«Quand je vois le sourire jusqu’aux oreilles de Sharon quand elle est dans l’eau, je me dis que l’accueil d’un enfant qui n’est jamais parti en vacances, c’est un acte égoïste», avoue Séverine Deconinck qui, en famille, reçoit dans sa maison normande la petite Parisienne de 7 ans née au Congo.

De fait, lorsque cette «famille de vacances» choisie par le Secours populaire arrive avec des amis sur la plage de Home-Varaville, Sharon est la première des sept enfants présents à partir vers l’eau. La pétillante fillette, qui vit habituellement avec sa maman et son petit frère dans un hôtel ou chez sa tante à Paris, fait honneur à son pique-nique sandwich-melon avec presque autant d’enthousiasme. […]

actu orange (Merci à Vandenberghe)

Biens mal acquis : la tirelire française du président du Congo

Depuis mars 2007, date à laquelle le scandale des « biens mal acquis » a éclaté, on avait beaucoup appris sur l’étendue de la fortune acquise par plusieurs dirigeants africains, soupçonnés d’avoir indûment puisé dans les richesses de leur pays. Depuis peu, on commence à comprendre comment cette fortune a pu être accumulée.


Uploaded with ImageShack.us

En France, pays important pour le président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou N’Guesso, tout tournait autour de Franck Export, une société basée à Orly (Val-de-Marne). Sur le papier, cette entreprise est spécialisée dans le transport de marchandises entre la France et l’Afrique de l’Ouest. En coulisse, elle servait surtout de « tirelire » au président et à sa famille, pour leur constituer un patrimoine monumental et assurer leur train de vie. (…) D’après les enquêteurs, 9 M€ provenant directement de la… Direction du trésor de la République du Congo auraient transité sur les comptes de Franck Export entre 2005 et 2011. Une partie de ces fonds aurait directement profité au président du Congo et à son entourage. Sur les comptes de cette société, d’autres mouvements financiers intriguent : le paiement de factures, pour plus de 2,5 M€, effectué par des entrepreneurs bien connus au Congo, Serge Mouyi et Fidèle Ondouo, toujours au profit du clan N’Guesso. Franck Export servait aussi quasiment de « guichet bancaire » pour les N’Guesso : ainsi, de 2005 à 2009, plus de 1,2 M€ ont été versés en espèces à des membres de la famille ou de proches. Interrogé en février 2013, Franco Cantafio, le patron de Franck Export, explique : « De par ma situation privilégiée avec la présidence du Congo, je suis amené à effectuer des achats dont je ne peux garantir ou attribuer le devenir. »

Les versements en liquide? « Il s’agit d’un service que j’ai facturé sur instruction de la présidence pour transférer de l’argent à certains membres de la famille Sassou, explique encore Cantafio. Ayant des fonds appartenant à la présidence, des factures me sont envoyées, que l’on me demande de régler. Je prends une commission de 100 € par opération. » Les éléments recueillis par les juges montrent que, bien après les premières plaintes sur les biens mal acquis, en 2007, le clan Sassou a continué d’utiliser à son profit l’argent public du Congo, via la société Franck Export.

(…) Le Parisien

Du Congo à Foix : un réseau de faux mineurs isolés démantelé. Màj : un « mineur » de 31 ans, marié, et père d’un enfant…

[Mise à jour 14 juin 2013] [La Dépêche]
La justice vient de démanteler un réseau «familial et tribal» qui a fait entrer en France des jeunes Congolais comme mineurs étrangers isolés.

Ils disaient venir de Kabinda une région du Congo. Ils racontaient des histoires lourdes, de massacres familiaux. Ils produisaient des fiches de recherche de la police congolaise indiquant qu’ils étaient recherchés et en danger…

Ils se présentaient dans les commissariats de Pamiers ou de Foix avant d’être pris en charge par les services du conseil général de l’aide à l’enfance. «Ils arrivaient légalement en Europe avec un visa de tourisme. Ils prenaient le bus jusqu’à Toulouse. Une demi-sœur les dotait de faux papiers, de fausses attestations de la police congolaise et leur faisait apprendre une histoire… Tout ce qui était nécessaire pour convaincre les autorités françaises de leur statut de mineurs étrangers isolés.

Sur les dix jeunes ["mineurs" NDLR] arrivés en France, celui qui s’est présenté à Montauban a été identifié : il a 31 ans et était marié et père d’un enfant au Congo. «Il s’était fait maigrir pour paraître plus jeune»

Le père a imaginé faire entrer une dizaine de ses enfants en France afin de leur assurer un avenir meilleur. Il faisait appel à sa famille élargie en faisant passer ses enfants pour des mineurs étrangers isolés en danger dans leur pays d’origine. La Dépêche

————- [Ci dessous : vidéo postée le 13 juin 2013]

(…) France 3 Midi Pyrénées

Congo : les jeunes souhaitent que les Chinois emploient des Congolais

«Les Chinois devraient recruter en priorité des Congolais».

Edgar, l’un des nombreux jeunes sans emploi de Brazzaville, voudrait bien que la visite du président Xi Jinping apporte «du boulot» au Congo. Mais, trop souvent, dit-il, les sociétés chinoises arrivent avec leurs employés

«Qu’il apporte du boulot! La majorité des jeunes ici, ce sont des chômeurs», insiste le jeune homme, pendentif du révolutionnaire cubain Che Guevara au cou, dans son quartier de Makélékélé. (…)

(…) La Chine et l’Afrique ont considérablement renforcé leurs liens depuis une quinzaine d’années.

L’amertume domine chez les jeunes Brazzavillois désoeuvrés qui regrettent que les sociétés chinoises fassent venir directement de Chine leurs travailleurs, logés bien souvent à proximité des chantiers.

«C’est comme s’il n’y avait pas de bras au Congo. On peut +importer+ des travailleurs quand il n’y a pas de gens valides ni de spécialistes, là, d’accord. Mais les Chinois font même venir des chauffeurs », se plaint Lewis, 46 ans.

Libération
—————–
Complément 1

Relire : Algérie : une entreprise chinoise refuse de recruter des ouvriers algériens parce qu’ils sont trop fainéants

—————–
Complément 2

Relire sur Fortune : La Chinafrique.

« La Chine entre en Afrique, mais ne se mélange pas à elle. Si les Chinois en Afrique ne cherchent pas à se faire des amis africains, les étudiants africains en Chine (nombreux désormais) constatent qu’il leur est presque impossible de se faire des amis chinois. (…) Il faut bien dire que le racisme des Chinois envers les Noirs va rendre difficile l’imprégnation des sociétés africaines par leur nouvelle puissance tutélaire»

Le réseau d’escrocs congolais avait détourné 400 000 € à l’assurance maladie

Munis de cartes Vitale volées et de fausses ordonnances, les escrocs se sont procuré des médicaments contre le diabète qu’ils revendaient en Afrique.

Ils ont expliqué avoir acheté ces cartes vitales à Barbes (Paris XVIIIe) et qu’ils envoyaient les médicaments au Congo à des parents diabétiques.

Un Congolais de 41 ans, a été mis en examen, mercredi après-midi à Versailles (Yvelines) pour «vol en bande organisée et association de malfaiteurs». La justice lui reproche d’appartenir à un réseau soupçonné d’avoir volé ou recelé depuis le début de l’année une quinzaine de cartes vitales qu’ils ont utilisées pour entreprendre un trafic de médicament vers l’Afrique aux frais de l’assurance maladie.

L’affaire avait commencé au printemps par le constat de la Caisse d’assurance maladie des Yvelines d’un nombre croissant de fraudes provenant de vols de cartes vitales. Quinze petits sésames verts sont dérobés dans le département et dans les Hauts-de-Seine. Les escrocs se rendent dans des pharmacies de toute la région avec de fausses ordonnances et achètent des médicaments contre le diabète au coût conséquent sans débourser un centime parce qu’ils étaient pris charge à 100 %. […]

Le quatrième maillon de la chaîne a été interpellé mardi matin à son domicile de Villiers-le-Bel (Val-d’Oise) et placé en garde à vue dans les locaux versaillais de la division des affaires financières de la PJ. Il avait utilisé l’argent qu’il retirait de cette escroquerie pour payer sa maison dans le cadre d’un dispositif social d’accession à la propriété. […]

Le Parisien

Rhône : ces faux mineurs étrangers isolés qui escroquent le conseil général

Ils ont parfois la trentaine et se font passer pour mineurs étrangers isolés, afin de bénéficier de l’aide et de la protection du Département. Un phénomène qui a explosé l’an dernier et qui coûte cher au contribuable. Dans chaque cas, plusieurs dizaines de milliers d’euros sont en jeu.

Daouda (1) est arrivé à Lyon courant 2012, via l’Espagne. Son premier geste a été de se signaler auprès du conseil général. En affirmant être mineur isolé, ce Congolais a pu bénéficier, comme l’oblige la loi, d’une prise en charge immédiate dans un foyer et s’éviter d’être reconduit à la frontière.

Mais après une enquête minutieuse, une expertise osseuse et une présentation au tribunal, il s’est avéré que Daouda n’est pas un adolescent comme il le prétend… mais plutôt un majeur âgé d’une trentaine d’années.

Une problématique en phase d’expansion dans l’agglomération depuis le début de l’année dernière. Depuis septembre, deux à trois faux mineurs, venant majoritairement d’Afrique noire (Congo, Cameroun, Angola), sont présentés chaque semaine en comparution immédiate. Ces personnes, munies le plus souvent de faux actes de naissance, sont âgées pour la plupart de 25 à 35 ans. [...]

(1) Prénom d’emprunt

Le Progrès

Merci à amandinee

Lynchage et scène de cannibalisme au Congo

 

Dans la nuit du 2 au 3 décembre, une scène d’une rare barbarie a eu lieu à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, que la guerre a plongé dans une insécurité alarmante.
Cinq personnes ont été lynchées en pleine nuit dans le quartier de Majengo, au nord de Goma, après un règlement de compte. Notre Observateur, qui travaille pour une radio locale, s’est rendu au petit matin sur place, où il a pu constater la présence de corps calcinés. FRANCE 24 a par ailleurs pu visionner des images, atroces, de la scène.
On y voit d’abord des personnes s’attrouper autour de cadavres brûlés et déchiquetés. Puis une jeune fille prendre un morceau du corps calciné et le mâcher.
Autour des corps, il y avait encore des gens qui se baladaient avec des bouteilles d’alcool à la main. [Un autre témoin rapporte que certaines personnes se trouvant sur les lieux étaient droguées.] En arrivant, une jeune fille nous a dit : « Vous voulez que je vous montre ce qu’on va faire aux bandits qui viennent ici ? ». Un autre fille a insisté « Oui vas-y, montre-leur ! » et sous l’influence de tout le groupe, la première a mordu dans un morceau de chair humaine calcinée [On voit cette scène dans la vidéo récupérée par FRANCE 24.]

On avait déjà entendu, sur la route, que des gens avaient fait ce genre de chose. Sur place, les gens ne parlaient que de ça, du fait que des habitants en furie avaient mangé des morceaux de cadavres pendant la nuit [il n’existe pas d’images pour étayer ces témoignages, mais celles récupérées par FRANCE 24 montrent que les cadavres ont été dépecés]. Et ce n’est pas la première fois que ça arrive après un lynchage.
Les images de la scène ont été diffusées sans floutage sur les deux chaînes locales de Goma, NishapiTV et Hope Channel. Les gens ont été très choqués qu’on puisse laisser passer de telles choses sans prendre de précautions et prévenir le public.

Soissons (60). Le couple empochait 5 000 euros par clandestin

En trois ou quatre ans, ils avaient fait passer une bonne cinquantaine d’étrangers clandestinement. Le couple de passeurs a été placé en détention dernièrement.

Entre  5000 et 6000 euros le voyage. Un couple de ressortissants congolais résidants à Soissons proposait l’accès à « l’eldorado » européen à ce tarif.

L’homme et la femme, âgés d’une quarantaine d’années, ont été poursuivis récemment et placés en détention, il y a moins d’une semaine.

Chaque année, ils faisaient « passer » en France clandestinement une quinzaine de ressortissants de pays africains, principalement originaires du Congo. [...]

L’Union
(Merci à Manu1379)