Juvignac (34). quatre « adolescentes » font une razzia dans un centre commercial : un rappel à la loi

Mercredi après-midi, quatre adolescentes ont fait une virée au centre commercial des Portes du soleil, à Juvignac, pour effectuer une véritable razzia sur les vêtements et les parfums.

Leur technique : deux faisaient diversion pendant que les deux autres se servaient. Mais leur petit manège a été repéré.

Les policiers municipaux les ont prises en chasse et les gendarmes de Saint-Georges, qui effectuaient une opération de sécurisation sur la ligne 3 du tramway, les ont attrapées alors qu’elles montaient dans une rame.

Âgées de 14, 16, 17 et 18 ans, elles avaient pour plus de 1 000 € de butin.

Elles ont eu un rappel à la loi.

Midi Libre
(Merci à Jojo2)

Le centre commercial du Val-Fourré (78) partiellement fermé après un incendie criminel

Réveil difficile pour les commerçants de la dalle du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie (Yvelines).

Un incendie s’est déclaré dans la nuit de mardi à mercredi dans le parking souterrain de ce centre commercial très couru des habitants de la cité. Le feu s’est déclenché depuis deux véhicules stationnés dans le parking.

Il y a eu deux départs distincts. La piste criminelle est donc largement privilégiée par les enquêteurs.

Des spécialistes de la police scientifique sont sur place. Le sinistre a considérablement endommagé les installations électriques et, ce mercredi matin, environ 20 des 80 commerces n’ont pas pu ouvrir leurs portes. [...]

Le Parisien
(Merci à Lilib)

Rennes : Intimidations, prosélytisme musulman et trafic de drogue au centre commercial

Depuis plusieurs mois, des commerçants et riverains du centre commercial Italie, à Rennes, déplorent des pressions et décrivent un climat délétère où la vente de porc et d’alcool devient dangereuse.

Au centre commercial Italie, dans le quartier rennais du Blosne, le boucher-traiteur a définitivement fermé ses portes fin avril. «Usé par les pressions», le commerçant a vendu ses murs.

Début juin, dans un local rénové, s’installera une boucherie halal, la deuxième de cet ensemble qui compte une quinzaine d’enseignes. En onze ans d’exploitation, le boucher s’est fait démolir sa vitrine une dizaine de fois. Pourquoi ? «Parce que j’avais le malheur de vendre du porc !», assure Jérôme.

Il y a quelques années, une inscription d’une cinquantaine de centimètres a été gravée au couteau sur la porte en bois de son arrière-boutique : «A mort les porcs, on vous saignera.» «Comme les fois précédentes, j’ai déposé plainte au commissariat. Comme les fois précédentes, les policiers ont refusé de se déplacer pour constater. Je suis amer.»

«Il y a trois ans, un soir, une dizaine de voyous est entrée dans ma boutique. Ils m’ont dit que si le lendemain, vendredi, je faisais cuire des galettes-saucisses dehors, comme c’était la tradition depuis toujours, ça se passerait très mal. Du coup, j’ai arrêté de faire des galettes-saucisses le vendredi, jour de prière chez les musulmans. Je les ai faites le samedi en fin de matinée, quand les perturbateurs de ce quartier dorment encore.»

Patron de l’épicerie halal voisine, Abdalah est installé à Italie depuis quelques mois seulement. Le jeune homme raconte qu’à plusieurs reprises, des personnes lui ont demandé de stopper la vente d’alcool. […]

Le mensuel de Rennes (Merci à RobertEtienne

Cluses (74) : Deux hommes blessés d’un coup de couteau dans un centre commercial

Deux jeunes hommes ont été grièvement blessés à l’arme blanche samedi lors d’une rixe dans un centre commercial de Cluses, en Haute-Savoie, a-t-on appris auprès des pompiers et de la gendarmerie.

Les victimes, âgées de 18 et 25 ans, ont chacune reçu un coup de couteau, l’une au dos et l’autre au fessier. «Ce sont des blessures graves mais leur pronostic vital n’est pas engagé», a indiqué le groupement de gendarmerie. «Selon leur témoignage, une seule personne a porté les coups. Elle était accompagnée par deux voire trois personnes. Tous ont pris la fuite», a ajouté la gendarmerie, selon laquelle «il y avait vraisemblablement déjà eu un contentieux entre eux vendredi».

Est Républicain

Le Virgin Megastore de St-Denis (93) ferme définitivement en raison d’agressions de ses salariés

Ça y est c’est officiel : le Virgin Mégastore de Saint-Denis ferme prochainement ses portes ! Alors, certes, c’était loin d’être parfait (manque de choix au niveau musical par exemple) mais c’était une vraie belle enseigne culturelle à Saint-Denis …

Nous avions évoqué par le passé cette fermeture et ses éventuelles raisons (agressions de salariés notamment).

Alors voilà, encore un magasin qui ferme. Le paysage de la galerie marchande en face du Carrefour devient d’une tristesse à faire peur … Un nombre important de boutiques ont fermé et n’ont pas, pour l’instant, trouvé de repreneur : c’est d’un glauque !

Saintdenismaville Le Parisien

Bobigny : un village du ramadan dans le centre commercial (Respect Mag) MàJ

addendum du 31/08 :

Village du Ramadan: Bobigny célèbre l’Aïd

Jusqu’au samedi 3 septembre, le Village du ramadan se tient au centre commercial de Bobigny. L’ambiance est familiale et… calme en ce jour d’Aïd el-Fitr.

« Papa, papa, il est où le dromadaire ? » Il ne viendra pas aujourd’hui. Il passera les 2 et 3 septembre pour clôturer le Village du ramadan. Déception chez le père de famille : il voulait le montrer à sa petite fille. L’Aïd el-Fitr, qui marque la fin d’un mois de jeûne, c’est aussi la fête des enfants.

Beaucoup de familles et de gosses dans le centre commercial de Bobigny. Une ville qui brasse une population jeune, métisse et pauvre. Et à majorité musulmane. Une dizaine de stands composent le village : du Secours Islamique au champagne sans alcool « Night Orient » en passant par du henné. (…)

Respect Mag

 

Canal + le JT le 30/08/2011

Ils ont beau jeûner, cela ne les empêche pas d’investir dans une corne de gazelle… pour le soir. Alors que la fin du ramadan a été fixée à aujourd’hui, jusqu’à samedi, les quelques stands du Village du Ramadan colorent et animent le centre commercial de Bobigny 2 (Seine-Saint-Denis).

Sur le modèle des villages de Noël, Rachid Gacem a lancé l’idée il y a trois ans. Objectif, faire connaître les spécialités de la culture musulmane. « Au début, il n’y avait qu’une dizaine de stands pendant quatre jours. Cette année, nous sommes dix-sept pendant une semaine. Et les commerçants réservent déjà pour l’année prochaine… Bobigny, c’est plus coloré qu’ailleurs. Ce centre commercial reste un lieu de rencontres entre le 93 et Paris. »

Ce mini-salon mêle associations et commerces. Les visiteurs peuvent faire des dons au secours islamique, des tatouages au henné, s’offrir des soins à base de produits de la mer morte, de l’artisanat tunisien ou des pâtisseries algériennes. Les commerçants offrent aussi promotions et animations. « Vous avez les rennes pour Noël, nous, on fait venir un dromadaire les 2 et 3 septembre ! », assure Monia qui lance des ventes à domicile de robes venues de Dubaï. « Ce n’est pas le Village du Ramadan qui va faire connaître l’islam aux habitants, estime Sofia, une jeune cliente. Il y a une mosquée juste à côté. Mais c’est original de tomber dans un centre commercial sur des produits que l’on trouve dans des épiceries spécialisées. »

20 Minutes

Beauvais : Pression pour un recrutement réservé à «des jeunes des quartiers» au centre commercial

Les emplois générés par le futur super-centre commercial Hammerson à Beauvais (Oise) interpellent les jeunes, qui ont créé un groupe Facebook pour se faire entendre, les Jeunes du quartier unis pour l’emploi, dont le président est Mohrad Laghrari. Hier, ils étaient 1086 inscrits.

J’espère que ces enseignes internationales changeront les mentalités beauvaisiennes.

«Les réseaux sociaux comme Facebook peuvent être à l’origine de quelque chose de fort, explique Mohrad Laghrari, président de la jeune association. A notre échelle beauvaisienne, je pense que l’on peut se servir de cet outil pour faire passer des messages, comme celui de l’emploi.»

«Ce qui nous intéresse, ce sont les emplois promis par Hammerson. Il y en a 500 annoncés pour le chantier et 600 une fois que le centre commercial sera ouvert, continue le président. Nous voulons que la municipalité demande à Hammerson que des clauses précises et écrites permettent que le recrutement soit en partie réservé à des jeunes des quartiers.»

Mohrad Laghrari souhaite aussi que ce centre commercial apporte un souffle nouveau sur la ville. «En voyant des marques comme Zara ou H&M pratiquer la mixité sociale et ethnique dans leur recrutement, peut-être les autres employeurs auront-ils moins peur de recruter des jeunes des quartiers.» […]

Le Parisien

Lyon : Ces jeunes qui zonent au centre commercial de la Part-Dieu

La Part-Dieu constitue un des rendez-vous prisés des jeunes. Une situation qui n‘est pas du goût des commerçants même si les services de sécurité contrôlent la situation

Julie est responsable adjointe d’une boutique du quatrième niveau du centre commercial de la Part-Dieu. Jamais rassurée quand la pendule tourne et que l’heure de fermeture approche. Elle et son équipe exclusivement féminine, craignent de devoir sortir sur le parking du centre. D’ailleurs, dès que la nuit tombe, elles ne sortent plus les poubelles : « Ils nous cherchent un peu, parfois nous insultent ». Jamais d’agressions ni de menaces directes, juste des mots, des regards appuyés. Une présence qui met mal à l’aise et crée un sentiment d’insécurité.

Le Progrès

(Merci à marco)