15 Août : Histoire de la Saint-Napoléon

les 3 Napoléon
Napoléon I. – Napoléon II. – Napoléon III, estampe, 1851-1852 (cliquez pour agrandir).

La Saint-Napoléon est une fête nationale instituée par Napoléon Ier en 1806 et célébrée le 15 août, date anniversaire de la signature du Concordat de 1801 et jour anniversaire de la naissance de l’Empereur. Elle se tint de 1806 à 1813 et de 1852 à 1869.

Suite et commentaires sur le blog Histoire.

Histoire : La légende noire de Napoléon III (par Jean des Cars)

20 avril 1808 : naissance de Louis-Napoléon Bonaparte.

Communication de Jean des Cars, auteur d’une biographie d’Haussmann, à l’Académie des sciences morales et politiques sur la légende noire de Napoléon III et Victor Hugo (2005).

Commentaires sur le blog Histoire.

Un parc d’attractions dédié à Napoléon ? (RMC) (màj)

Addendum

Des auditeurs désapprouvent le projet.

« Napoléon était un dictateur au même titre qu’Hitler, Mussolini… » – Richard

_______________________________

Jean-Jacques Bourdin interroge Yves Jego sur ce projet de parc d’attractions consacré à Napoléon dans la région parisienne.

Desouche Histoire : 2 décembre 1851, coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte


Hymne à Napoléon III et à son vaillant peuple (G. Rossini).
Hymne officiel de l’Exposition universelle de 1867.

Après une vie en exil (Suisse et Grande-Bretagne principalement) ou en prison (fort de Ham), Louis-Napoléon Bonaparte se trouve libre de circuler en France après la révolution de 1848 qui a renversé la monarchie de Juillet, ce qui lui permet de se lancer à la conquête du pouvoir.

Le 4 juillet 1848, candidat à l’Assemblée nationale constituante (mais sans l’intention d’y siéger), il est élu dans 4 départements (Seine, Yonne, Charente-inférieure et Corse) ainsi que ses cousins Napoléon-Jérôme Bonaparte, Pierre Bonaparte et Lucien Murat. Aux élections législatives de septembre il est à nouveau élu dans ces 4 départements ainsi qu’en Moselle ; il obtient même 300.000 voix venant de départements où il n’était pas candidat.

Après l’adoption de la Constitution de la Seconde République, il se porte candidat à la première élection présidentielle au suffrage universel masculin, en décembre 1848. Une bonne partie des républicains, orléanistes et légitimistes voyant d’un mauvais œil cette candidature, il a été décidé dans la Constitution que l’Assemblée choisira le nouveau président parmi les deux finalistes lors du deuxième tour. Mais contrairement à toute attente, c’est un raz-de-marée qui se produit pour Louis-Napoléon Bonaparte avec 74,2 % des suffrages (près de 5,6 millions de voix), loin devant les républicains Cavaignac (19,8 %), Ledru-Rollin (5 %), Raspail (0,5 %), Lamartine (0,2 %) et le royaliste Changarnier (0,06 %). Ayant obtenu plus de 50 % des voix, il n’y a pas de deuxième tour devant l’Assemblée.

Lire la suite

Exposition « Charlotte Bonaparte, une princesse artiste » (92)

Zenaïde et Charlotte Bonaparte, par Jacques-Louis David, 1821

Mercredi 20 Octobre 2010 – Mardi 11 Janvier 2011 au Musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau

Charlotte Bonaparte (1802-1839), nièce de Napoléon Ier, cadette des deux filles de Joseph, roi d’Espagne, est une princesse au destin singulier, injustement méconnue de nos jours. Ses goûts artistiques qui la portent à dessiner et à peindre, lui font rencontrer les artistes de son temps avec qui elle tisse des liens d’amitié.

Cette exposition propose de faire découvrir ses albums de dessins et d’aquarelles, conservés par le Museo Napoleonico de Rome. S’ils attestent de l’intense activité artistique de Charlotte, ils renferment aussi de nombreux témoignages graphiques des artistes qui l’entourent (Bartolomeo Pinelli, Léopold Robert, Michel Stapleaux, François Granet, Charles Müller, Charles Doussault, Edouard Odier, Nicolas-Didier Boguet, Samuele Jesi…) sans omettre des membres de sa famille ou des habitués de son « salon », amateurs éclairés.

Cette exposition a d’abord été présentée au Museo Napoleonico de Rome, du 5 février au 30 mai 2010, puis au musée Napoléon de l’île d’Elbe du 15 juin au 30 septembre 2010.

ouverture : tous les jours (sauf le mardi) de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h15, en semaine et jusqu’à 17h45 le week-end (fermeture des caisses ¾ heure avant).

tarifs : 8 €, tarif réduit 6,50 € incluant les collections permanentes, gratuit pour les moins de 26 ans et pour tous le premier dimanche du mois.

accès : par le RER ligne A, station Grande Arche de la Défense puis autobus 258, arrêt « Le Château », par la route, RN 13 (12 km de Paris), parc à voitures gratuit, stationnement des cars, avenue du château de Malmaison.

chateau-malmaison.fr