Portugal : 15 000 policiers en colère (+video)

Plus de 15 000 policiers en colère ont défilé jeudi 6 mars à Lisbonne contre les coupes dans leurs salaires avant de manifester devant le Parlement dans un climat tendu, face à leurs collègues en uniforme.

« Depuis janvier, on m’a déjà retiré près de 200 euros de mon salaire. Et je ne compte plus les coupes appliquées depuis trois ans ! » a témoigné Antonio Ferreira, un gendarme venu de Coimbra.

La manifestation s’est soldée par dix blessés parmi les policiers et les manifestants

Le programme de rigueur budgétaire draconien auquel le Portugal est soumis en échange d’un plan d’aide internationale a suscité la grogne de la population.

Pour cette année, le gouvernement a approuvé des coupes sévères dans les salaires des fonctionnaires et les retraites.

Le Monde

Désormais, chaque Italien qui recevra de l’argent de l’étranger se verra confisquer automatiquement 20% de cette somme (màj vidéo)

Addendum : extrait du JT de TVLibertés du 18/02/2014


Le journal italien Il Sole rapporte que le gouvernement italien vient de faire passer un décret applicable rétroactivement au 1er février 2014, et qui stipule que les banques devront prélever une taxe de 20% sur tous les virements de fonds en provenance de l’étranger.

20% des sommes reçues sur des comptes italiens seront donc systématiquement confisqués, et pour les récupérer, le titulaire du compte devra apporter la preuve qu’il ne s’agit pas de revenus non déclarés ou d’argent blanchi.

Cette mesure renverse donc la présomption d’innocence traditionnelle, puisque tous les Italiens qui reçoivent des fonds de l’étranger sont considérés a priori comme coupables potentiels de fraude ou de blanchiment d’argent, et que l’initiative d’apporter la preuve du contraire leur revient. Elle ne concerne que les particuliers, et ne s’appliquera pas sur les comptes des entreprises et des travailleurs individuels.

L’Italie est ainsi le premier pays à mettre en œuvre une recommandation du FMI. En effet, au début du mois de janvier, les économistes de Harvard Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff ont affirmé que le fardeau de la dette est tel dans la plupart des économies développées que seuls des défauts de paiement sur les dettes souveraines, une taxation de l’épargne et une inflation plus élevée pourront les ramener à un niveau gérable.

Dans un document de travail commandé par le FMI, ils préconisent un cocktail de mesures, incluant une inflation plus élevée, des restructurations, voire des défauts et la répression financière, qu’ils définissent comme « une taxation opaque sur l’épargne », c’est à dire des remèdes similaires à ceux que le FMI a pu mettre en œuvre pour de nombreux pays en développement en difficulté. (voir l’extrait du document de travail du FMI, « Financial and Sovereign Debt Crises : Some Lessons Learned and Those Forgotten, p.4)
Lire la suite

Manif de Mélenchon : l’Internationale chantée le poing levé, la Marseillaise aurait été sifflée… (MàJ)

Le discours se termine au son de l’Internationale, poing levé pour la moitié (communiste ?) de la foule. Suivie de La Marseillaise, sous les sifflets et les huées d’une partie de l’assemblée. Les autres chantent.

Rue89

Contrairement aux assertions de Rue89, il ne semble pas que la Marseillaise ait été sifflée…En tout cas, pas de manière significative.

Lire la suite

Retraites : Touraine confirme «un effort nécessaire» de tous les Français

La ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine confirme que dans le cadre de la réforme des retraites «un effort sera nécessaire, auquel devront participer tous les Français», dans un entretien au journal Le Figaro vendredi. Elle estime que la retraite par répartition «doit rester le socle» du système et que ses principes doivent être «inscrits dans la durée».

«Il y a une différence entre sérieux budgétaire et austérité! Cette différence, c’est le développement des droits sociaux.»

«Des décisions seront prises d’ici la fin de l’année. Nous avons trois défis: le financement à court terme, la pérennité à long terme de notre système par répartition et des mesures de justice» indique Marisol Touraine.

«Si on parle de durée de cotisation, qui est le critère le plus juste, vu l’augmentation de la durée de vie, elle doit tenir compte des réalités des carrières. Un effort sera nécessaire, auquel devront participer tous les Français», affirme la ministre.

La première année du quinquennat de François Hollande qui «restera comme une année utile pour la France et les Français. Nous avons mis en place les conditions du redressement, de la croissance et de l’emploi».

Libération

Budget/Défense : La France n’aura-t-elle bientôt «qu’une armée d’opérette» ?

Pour Etienne de Durand, directeur depuis 2006 du Centre des études de sécurité de de l’Institut français des relations internationales (IFRI), les réductions du budget de la défense atteignent le seuil où elles mettent la France en danger.

Il n’y a aucun précédent historique à une telle coupe dans le budget de la Défense si ce n’est l’armée de Vichy postérieure à la défaite de 1940.

Les dépenses de défense sont actuellement de 32 milliards pour un budget de l’Etat de 350 milliards, qui si on lui ajoute les dépenses sociales, aboutit à un total de plus de 1000 milliards. Il faut donc être d’une extrême mauvaise fois pour oser soutenir que le problème budgétaire de la France vient de la Défense. […]

Les coupes nécessaires à la réduction de budget exigée ne permettraient plus à la France des interventions comme celle au Mali. Conserver une telle armée aurait-il du sens ? Serait-elle toujours en état de défendre l’hexagone même si elle ne peut plus intervenir ailleurs ?

Non cela n’aurait plus beaucoup de sens. Nous n’aurions plus, comme beaucoup de pays d’Europe, qu’une armée d’opérette incapable de défendre son territoire. Comme nos voisins, nous deviendrions de facto dépendant d’autres pays comme les Etats-Unis et puisque tous les pays de l’UE réduisent leurs budgets de défense, nous serions incapables d’affronter une éventuelle agression majeure. Nous avons d’ailleurs pu constater avec le Mali que nous ne pouvions pas vraiment compter sur la plupart de nos voisins européens en cas de nécessité militaire. Cette décision voudrait donc dire que nous considérons qu’il n’y a aucun danger ni aujourd’hui ni demain. […]

L’économie est-elle en train d’avoir raison de notre histoire et de notre prestige militaire ?

Ce n’est pas l’économie qui est en train d’en avoir raison, c’est la politique. Nous ne résoudrons pas le problème budgétaire de la France en tapant sur le budget de la Défense et ce n’est donc pas une question économique. […]

Quels seraient les conséquences d’une telle réduction sur l’économie française ?

Le secteur de l’aéronautique et de la défense est le troisième secteur industriel du pays et il représente à lui seul 4 000 entreprises et 165 000 emplois directs. Compte tenu de l’état du BTP et de l’automobile, si nous coupons dans ce secteur, il ne nous restera rien d’autre que l’industrie pharmaceutique et l’agroalimentaire. En plus du désastre militaire, ce sera un désastre. […]

Atlantico

France : Une dizaine de lieutenants interpellent l’opinion publique sur le budget de l’armée

Normalement soumis au devoir de réserve, une dizaine de lieutenants de l’armée française publient, sous couvert d’anonymat, une tribune sur francetv info. Ils interpellent l’opinion publique sur le budget de l’armée et dénoncent sa mauvaise répartition. Voici leur texte.

Nous, jeunes officiers, sommes inquiets des gaspillages et des coupes budgétaires commis au détriment de la capacité opérationnelle.

A leurs concitoyens,

Marc Bloch, dans L’Etrange Défaite, a dénoncé les dysfonctionnements administratifs de l’armée et l’abandon moral des élites françaises des années 1930. Marc Bloch fut aussi un officier exemplaire pendant deux guerres mondiales, et un résistant de la première heure fusillé par les nazis. Nous nous réclamons de lui car il était un vrai soldat et un analyste lucide des travers qui avaient précipité la France dans la défaite.

Nous sommes de jeunes officiers de l’armée française, issus de différents recrutements et appartenant à différents corps. Nous nous sommes tous engagés pour défendre nos compatriotes, les intérêts et les valeurs de la France. […]

Aujourd’hui dans cette armée, 5 500 généraux qui devraient être à la retraite sont artificiellement maintenus en activité dans un statut appelé la « 2e section ». Dans le même temps, des dizaines de milliers d’emplois de militaires du rang et de sous-officiers sont supprimés.

Les acteurs privés de la Défense sont essentiellement français. Au lieu d’effacer les dernières traces de notre autonomie industrielle, il faut augmenter le budget de la Défense, et réarmer. Les emplois civils concernés se comptent par milliers. Les répercussions financières, par milliards. Contester cela, c’est contester que Total et Areva n’ont pas d’intérêt à exploiter des gisements de matières premières.

A court terme, bien sûr, tout cela est cher. Mais le prix de l’indépendance est bien inférieur au coût du déclin. […]

Cinq mesures peuvent lancer le signal d’un redressement qui pourra préserver la place de la France dans le monde, ses intérêts et ses valeurs universelles.

1. Augmentation significative du budget de la Défense. Financement d’équipements individuels tactiques efficients.
2. Suppression de la 2e section.
3. Création d’une commission parlementaire de révision des primes et indemnités des militaires.
4. Maintien de tous les postes de militaires du rang et de sous-officiers qui s’apprêtent à être supprimés. Maintien des régiments.
5. Diminution du nombre d’officiers.

francetvinfo (Merci à Diwal-da-reor)

Les classes moyennes sacrifiées, un risque social et politique majeur

Obstiné par l’impératif de rigueur, le gouvernement sacrifie les classes moyennes sur l’autel de l’austérité.

Les classes moyennes, qui ont le sentiment, à juste titre, de contribuer pour beaucoup au financement de notre système social, se voient de plus en plus exclues de la redistribution. Jusqu’où accepteront-elles de payer ?

Allocations familiales fiscalisées, gel des pensions de retraite, indemnisations chômage des hauts salaires pointées du doigt (par un récent rapport de la Cour des comptes, encore)… tout se passe comme si notre pays avait acté que nous n’avions plus les ressources pour financer notre système de politique familiale et de protection sociale universelle – chacun cotisant selon ses moyens et recevant selon ses besoins.

Sur le papier, cela pourrait apparaître comme du bon sens, mais, à terme,

2014 s’annonce donc terrible. Pire que 2013. Pour pallier la baisse de la croissance, la majorité pense n’avoir d’autres solutions que de taper les classes moyennes au portefeuille. Pour financer le crédit d’impôt compétitivité emploi (Cice), les taux de TVA augmenteront de 19,6 à 20 % et de 7 à 10 %, ce qui doit rapporter 6,5 milliards d’euros. […]

«On essaye d’opposer les catégories entre elles ! Taper sur les classes moyennes, c’est accélérer la récession. Ce sont elles qui consomment et tirent l’économie», s’insurge Carole Couvert (CGC).

Un ministre reconnaît d’ailleurs un déficit du gouvernement en la matière. Un déficit de com seulement : «Il faut que nous arrêtions le chœur des belles âmes, car, à articuler notre politique autour des plus démunis, on nous reproche de faire de l’assistanat. Bien sûr qu’il faut aider les plus défavorisés, mais il ne faut pas communiquer dessus !.» […]

Marianne

Jean-Luc Mélenchon fustige la politique du gouvernement «dure pour les faibles et faible pour les puissants»

Jean-Luc Mélenchon, Coprésident du Front de gauche, fustige la politique d’austérité du gouvernement et tire à boulets rouges sur le chef de l’Etat, le Premier ministre, les socialistes et… la chancelière Angela Merkel.

Hollande et Ayrault auraient-ils dû réagir [aux propos de du PDG américain de Titan] ? D’où lui vient cette insolence? C’est évident : il a vu comment Jean-Marc Ayrault a baissé les yeux devant Lakshmi Mittal. Ayrault a donné un signal aux patrons et à la finance mondiale : en France, ils sont les rois !

Comment avez-vous réagi au courrier du PDG américain de Titan, dénigrant les ouvriers et le gouvernement français ?

Cet Américain est un rustre arrogant. Il s’adresse à la France comme un gringo aux Latino-américains. […]

La réponse d’Arnaud Montebourg a-t-elle été suffisante ?

A ce niveau de gravité, c’est au Premier ministre de monter en ligne. Son silence est consternant. Sa politique des cajoleries aux puissants est un cruel échec. Il a gavé le Medef de bienfaits, dont 20 milliards payés par le peuple sous prétexte d’aides à la compétitivité ? Le Medef lui mord la main à la première occasion. Il a été caressant avec les patrons des multinationales ? A la première occasion, ils injurient la France. […]

La Grèce est à présent livrée au pillage. François Hollande s’est même entouré de vautours pour voir quels bons morceaux peuvent être achetés à vil prix! Un homme de gauche guidant des dépeceurs !

Deux personnes se sont immolées devant Pôle emploi, est-ce un simple fait divers ?

C’est le révélateur d’une terrible violence sociale. Imaginez que cela se soit produit sous Nicolas Sarkozy ! Parce qu’on a un gouvernement de gauche, il faudrait se taire? Je ne le crois pas. […]

Le Parisien

Au parlement grec : «Fiche le camp, espèce de salope»

Toutes les normes s’effondrent au Parlement grec, où les débats sur les épuisantes mesures d’austérité depuis quatre ans sont pimentés et parfois rendus explosifs par l’arrivée de flopées de députés novices au sang chaud.

Quelques jours avant, c’est un autre député débutant, du parti de gauche radicale Syriza, qui a fait les gros titres en semblant appeler le peuple grec au combat armé contre les mesures d’austérité lors d’une interview. «Ils sont en train de dire au gens, acceptez de mourir ou prenez les armes», avait dit Vanguélis Diamantopoulos, avant de donner une interview à la télévision vêtu d’un tee-shirt orné d’un fusil d’assaut AK-47

Aux législatives de juin, le parlement grec a connu un renouvellement radical, après l’effondrement du vieux système bipartite socialiste-droite, et l’avènement de partis plus extrêmes, à gauche comme à droite, dont pour la première fois un parti néo-nazi ouvertement raciste, antisémite et xénophobe.

En chassant les élus de la vieille garde, punie pour des années d’inaction et de corruption, les électeurs ont aussi considérablement ranimé la vigueur des débats au sein de l’hémicycle qui accueille 300 députés.

Deux députées du parti conservateur et d’un parti nationaliste en sont presque venues aux mains la semaine dernière, après une insulte lancée en séance. «Fiche le camp, espèce de salope», a répondu la députée attaquée, membre du parti de la droite de Nouvelle Démocratie dirigé par l’actuel Premier ministre Antonis Samaras, avant que la séance ne soit prestement ajournée par le président. […]

En séance, le député Kassidiaris a poussé la provocation jusqu’à lire en public un passage du célèbre faux antisémite «Les protocoles des sages de Sion», sans être inquiété, ni condamné. […]

20 minutes

«On pourrait ne travailler que 15h par semaine si l’on voulait»

Économiste et auteur à succès, le Tchèque Tomás Sedlácek tient un discours original. Certes, l’économie rend tout efficace, «mais tout dans notre société ne doit pas être efficace».

«C’est comme Central Park à New York. Tout autour règne l’efficience, mais celle-ci est interdite dans le parc qui est strictement réservé à la détente et aux écureuils», explique Tomás Sedlácek, auteur de l’ouvrage «Economics of Good and Evil» («L’Économie du Bien et du Mal»), dans une interview accordée au Tages-Anzeiger.

Au-delà de la métaphore, l’ancien conseiller de Václav Havel et membre du Conseil économique national tchèque rappelle que le rôle de l’économie ne consiste pas d’abord à augmenter le produit intérieur brut. «La première priorité doit être la stabilité du système, mais nous l’avons oublié.»

La solution du chômage partiel

Suite et commentaire sur Fortune

Grèce : un diplomate allemand pris à partie par des manifestants (vidéo)

Le consul allemand de Salonique a été violemment pris à partie par des employés des collectivités locales, en colère contre les mesures d’austérité imposées par l’Union européenne et le FMI. Les manifestants ont jeté de l’eau et du café sur le diplomate qui n’a pas été blessé.