Algérie : opération humanitaire de « circoncision collective au profit des enfants défavorisés »

Le comité communal du Croissant rouge algérien organise, à l’occasion de la fête du « Mouloud », une opération de circoncision collective au profit des enfants défavorisés.

« Nous sommes actuellement en train de recueillir les dossiers. Nous ciblons prioritairement les enfants orphelins, mais si nos listes ne sont pas encombrées, nous essaierons de satisfaire toutes les demandes », nous a fait savoir un responsable du CRA d’Akbou.

Notre interlocuteur nous indiquera qu’en sus des tenues de circonstance, les enfants circoncis seront gratifiés de friandises et d’autres cadeaux.

Circoncision collective : cette opération humanitaire aura lieu le 24 janvier prochain en étroite collaboration avec les responsables de l’établissement hospitalier.

L’opération humanitaire, qui aura lieu le 24 janvier prochain, se déroulera dans l’enceinte de l’hôpital d’Akbou, en étroite collaboration avec les responsables de cet établissement hospitalier. Une équipe de chirurgiens a, d’ores et déjà, donné son assentiment pour assurer, à titre gracieux, les interventions chirurgicales.

Source

Mali : l’armée française pour repousser les groupes islamistes … et défendre les intérêts de Total ?

S’exprimant de manière officielle, à l’Élysée, le président de la République française, François Hollande a confirmé vendredi l’engagement des forces armées françaises au Mali. Dans une déclaration, le chef de l’État a par ailleurs affirmé vendredi que l’opération de lutte contre des « terroristes » durerait « le temps nécessaire » , sans plus de précision.

But affiché : repousser les combattants islamistes qui contrôlent le nord du Mali, assurer la sécurité de la population malienne et celle des 6.000 ressortissants français présents dans le pays.

Parallèlement, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a indiqué vendredi que cette opération avait notamment pris la forme d’une « intervention aérienne » , sans confirmer la présence de forces africaines. Le ministre avait auparavant précisé que la France avait été saisie « d’une demande d’appui aérien et militaire » par le Mali.

L’Élysée a précisé que la décision du président Hollande avait été prise vendredi « matin en accord avec le président malien Dioncounda Traoré ». Ajoutant que le Parlement serait « saisi dès lundi  » de sa décision d’intervention. La France intervient « en liaison avec les Nations unies, car nous intervenons dans le cadre de la légalité internationale » , a par ailleurs tenu à préciser François Hollande.

Un responsable de l’armée malienne a par ailleurs indiqué que des troupes nigérianes étaient également engagées. Le Sénégal - pays voisin – n’a « pas de troupes combattantes » au Mali, a pour sa part démenti vendredi soir un responsable de l’armée sénégalaise. Le président de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a indiqué quant à lui dans un communiqué avoir autorisé vendredi l’envoi immédiat de troupes au Mali.

Mais au final, l’intervention de la France pourrait être également due à d’importants enjeux économiques et financiers, encore une fois sur fond de forte odeur de pétrole et de gaz. Pure coïncidence ou remake d’un scénario proche de celui prévalant en Afghanistan ? … Voire mise à exécution d’une stratégie du chaos menée par les lobbies pétroliers et militaires américains en échange de soutiens financiers de campagnes électorales US pour éviter une avancée trop importante de majors pétrolières étrangères concurrentes ? Allez savoir ….

Suite et commentaires sur Fortune

Histoire : « Le massacre imaginaire du 17 octobre 1961… » (Bernard Lugan)

17 octobre 1961 mensonge de gauche

Face à la propagande concernant la manifestation algérienne du 17 octobre 1961 à Paris, laissons parler les chiffres. Ce jour-là, il y eut trois morts, mais le seul relevé dans le périmètre de la manifestation avait pour nom Guy Chevalier, retrouvé le crâne fracassé devant le cinéma Rex.

[...] la seule victime retrouvée dans le périmètre de la dite manifestation étant française « de souche », une conclusion s’impose : le prétendu « massacre » d’Algériens du 17 octobre 1961 n’a pas fait le moindre mort algérien… Et pourtant, la gauche française organise chaque année une cérémonie à la mémoire de ces « martyrs algériens ». [...]

La suite et les commentaires sur le blog Histoire.

L’immigration, cheval de Troie des puissances étrangères par Jean-Yves Le Gallou

L’immigration est un boulet. (…)

Les grandes métropoles régionales et les principales villes moyennes se couvrent de minarets coiffant de grandes mosquées. Cet islam conquérant n’est en rien spontané. Derrière chaque construction et chaque imam, il y a l’argent et l’influence d’une puissance étrangère : Maroc, Algérie, Turquie, pétromonarchies du Golfe persique.

Le petit Qatar – peuplé à plus de 80 % d’immigrés sans le moindre droit — est encore allé plus loin : il s’est engagé à financer le développement d’entreprises ethniques en Seine-Saint-Denis.

Mais les pays musulmans ne sont pas les seuls à jouer à ce petit jeu. L’hyperpuissance américaine est aussi omniprésente dans les banlieues françaises. Nommé à Paris, en 2009, par Obama, l’ambassadeur Rivkin s’est donné pour priorité d’exercer l’influence des États-Unis sur les banlieues de l’immigration. Les sites islamiques Oummah et Saphir ont reconnu leurs bonnes relations avec l’ambassade américaine. Le Bondy blog, qui bénéficie d’une notoriété médiatique parfaitement artificielle, a reçu la visite médiatisée de l’ambassadeur américain accompagné de l’acteur noir Samuel Johnson. Les voyages transatlantiques payés par le département d’État ou les agences américaines se multiplient : rappeurs américains venant en banlieue, jeunes pousses économiques et politiques invitées aux États-Unis. La ministre Najat-Belkacem est elle-même un produit de la French american foundation.

(…)

l’intégralité de l’article sur Boulevard Voltaire

Comment Bouteflika a organisé les bains de foule de Hollande à Alger

(…) Tôt dans la matinée du mercredi 19 décembre, des dizaines et des dizaines de bus, remplis d’hommes, de femmes et enfants, ont été acheminés vers Alger pour servir de foule aux deux Présidents.

Les lycéens d’Alger ont été également libérés en fin de matinée. La même opération a été reproduite à Tlemcen, ouest de l’Algérie, où les deux Présidents ont été reçus par une foule en liesse, comme on dit dans le jargon officiel.

Les bains de foule organisés sont une spécialité du pouvoir algérien. Vieille pratique en vogue depuis les années 60, la technique a été excellemment rodée durant la présidence de Bouteflika.

A chacune de ses sorties publiques, les autorités s’arrangent pour organiser une liesse populaire habillement fabriquée. Mercredi 19 et jeudi 20 décembre, on n’a donc pas dérogé à la règle.

Rue 89

Un ancien membre de l’OAS privé de sa Légion d’honneur

Un ex-membre de l’Organisation de l’armée secrète (OAS) a été privé de sa décoration de chevalier de la Légion d’honneur, obtenue en 2011 à titre militaire comme mutilé de guerre en Algérie, par un décret paru vendredi sur la version papier du Journal officiel. Selon l’article R96 du code de la Légion d’honneur cité dans le décret, les peines disciplinaires (censure, suspension totale ou partielle, exclusion) « peuvent être prises contre tout légionnaire qui aura commis un acte contraire à l’honneur ».

Cette mesure d’exclusion pour « acte contraire à l’honneur » est extrêmement rare, les exclusions étant généralement prononcées contre des légionnaires condamnés à des peines de prison.

Jean-François Collin, 73 ans, avait été nommé chevalier de la Légion d’honneur avec traitement, dans la promotion du 5 mai 2011 réservée aux militaires et anciens militaires au titre de mutilé de la guerre d’Algérie, durant laquelle il avait servi comme sous-lieutenant. Il préside l’Association de défense des intérêts moraux des anciens détenus (Adimad) ayant appartenu à l’OAS.

Interrogé par l’AFP, M. Collin ne s’est pas étonné outre mesure de son exclusion, rappelant le discours qu’il avait prononcé devant la stèle de l’Adimad à Marignane (Bouches-du-Rhône) le 1er novembre 2011, après avoir reçu sa décoration d’un ex-membre de l’OAS. Il avait dédié sa croix de chevalier « à tous les combattants de l’OAS qui sont morts les armes à la main ou ont été fusillés par le plus grand traître de l’Histoire de France (le général de Gaulle). Ce sont eux, aujourd’hui, qui devraient être honorés à ma place ! » « Et pour que les choses soient limpides, je vous promets que je ne porterai jamais cette croix tant qu’il y aura un gaulliste ou un ami du FLN à l’Elysée ! » avait-il ajouté.

Gravement blessé au combat en Algérie en 1960, M. Collin avait ensuite rejoint l’OAS « Métro » à Paris.

(…) Ouest France

Merci à Destouches

« Réponse a une beurette fière d’être Algérienne »

[extrait]

Mardi 18 décembre 2012, au journal de 20 heures, M. Pujadas présentait un reportage tourné dans une famille française d’origine algérienne. Trois générations : le père, ouvrier du bâtiment dans les années 50, le fils, né en France, et la fille de 17 ans qui nous expliquait qu’elle ne se sentait pas Française mais Algérienne.

« La fille de 17 ans qui nous expliquait qu’elle ne se sentait pas Française mais Algérienne ».

Et son père de se défendre de lui avoir bourré le mou. C’est que sa fille aurait posé des questions sur ce couple maudit France-Algérie, et les réponses lui auraient fait comprendre à quel point cette France est haïssable, elle qui a colonisé la terre de ses ancêtres en 1830, elle qui a commis des actes abominables durant la Guerre d’Algérie, elle qui maltraite ses enfants issus de l’immigration maghrébine… On arrêtera là.

J’ai envie de dire à cette belle jeune fille que son pays, l’Algérie, a une histoire coloniale bien antérieure à son invasion par la France.

J’ai envie de lui rappeler que l’Algérie, pour faire bref, a été colonisée par les Romains puis au 16e siècle par les Ottomans, qui en ont été chassés à leur tour par les Français.

J’ai envie de lui dire que si elle avait vécu sous le joug du Sultan d’Istanbul, elle aurait, au mieux, passé sa vie sous une tente à servir les hommes de sa tribu. Au pire, belle comme elle est, elle aurait été capturée pour rejoindre ses compagnes d’infortune dans le harem du Dey d’Alger. Un sort peu enviable s’il en est.

J’ai envie de lui dire qu’elle aurait trouvé dans ce harem des centaines de jeunes femmes étrangères, capturées par les Barbaresques qui écumaient la mer Méditerranée pour piller les bateaux, envoyer l’équipage et les passagers mâles en esclavage, balancer par-dessus bord les vieillards, les femmes trop vieilles ou trop laides, violer les autres et garder les plus belles pour les enfermer à vie dans les lupanars légalisés des dignitaires de l’Empire ottoman.

J’ai envie de lui rappeler que les Français se sont emparés d’Alger pour mettre fin aux exactions de tous ces pillards que l’Histoire appelle à juste titre « Barbaresques ».

J’ai envie de lui dire que, si elle est ici aujourd’hui, dans cette France qu’elle n’aime pas mais où elle peut se promener librement, étudier, s’exprimer en toute liberté devant les caméras d’une chaîne de télévision, c’est à cette histoire franco-algérienne horrible qu’elle le doit, et à nous autres, les méchants Français.

J’ai envie de lui rappeler que la Kabylie, le pays de ses ancêtres, a été islamisé de force, et dans le sang. Et qui l’a fait ? Pas les méchants Français. Ses compatriotes d’outre-méditerranée, les Arabes algériens. (…)

J’ai envie de lui demander pourquoi elle ne choisit pas d’aller vivre au bled, ce bled qu’elle a découvert récemment durant ses vacances scolaires.

Après tout, si elle est si malheureuse ici, si elle ne se sent pas Française, elle a probablement la double nationalité, comme tous les Nord-Africains de France ?

J’ai envie de dire à cette jeune fille que ses racines sont en Kabylie mais que c’est en France qu’il peut lui pousser des ailes.

Source

Merci Chris

La Kabylie rejette la « Françarabie »

Dans une déclaration rendue publique sur son site officiel, le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) a dénoncé le président français venu discourir en Algérie « face à l’un des parlement des plus illégitimes de la planète » [...] où « François Hollande a pris grand soin d’occulter  » la vérité qu’il est venu dire aux algériens ».

Il a sciemment dissimulé la question kabyle, la question des droits de l’homme, la question de la corruption, la question de la crédibilité de l’Etat algérien et la question du terrorisme qui n’en finit pas d’être résiduel, tout particulièrement en Kabylie, tout comme, étrange coïncidence, dans le territoire des Touaregs de l’Azawad. » dit la déclaration signée de son Secrétaire national aux relations extérieur, Hocine Azem. (…)

Siwel

Réaction des communautés harkis et pieds-noirs au voyage de Hollande en Algérie: Amertume et déception

Dans les Alpes-Maritimes, les milliers de rapatriés attendaient beaucoup du voyage du président de la République en Algérie. Le discours n’a pas étonné. Ils attendent toujours un geste fort de reconnaissance de leur souffrance. Les communautés harkis et pieds noirs demandent à ce que leurs souffrance ne soient pas oubliées.

France 3- Côte d’Azur

Benjamin Stora : «L’Algérie, c’est une question de politique intérieure»

Portrait de Benjamin Stora, né à Constantine (Algérie), dans une famille juive, devenu un conseiller de François Hollande.

Benjamin Stora sera du voyage [en 2006] avec les Franco-Algériens, déjà nombreux, dans l’entourage de François Hollande : Faouzi Lamdaoui, devenu conseiller à l’Elysée ; Kader Arif, désormais ministre délégué aux Anciens Combattants ; et Yasmina Ali Oulhadj, son assistante depuis 1993, aujourd’hui chef de cabinet au ministère de l’Ecologie.

A la fin des années 70, Benjamin Stora est militant trotskiste. Membre de l’OCI comme Lionel Jospin, il fréquente Julien Dray, Jean-Christophe Cambadélis et Jean-Luc Mélenchon. Ambiance extrême gauche et militantisme. François Hollande n’a aucun penchant pour ces aventures de l’avant-garde. «Il avait fait Sciences po, l’Ena. Il donnait l’image d’un type qui préparait sa carrière dans l’appareil », se souvient Benjamin Stora, qui se définit, lui, comme « un enfant des mouvements de masse». […]

Une fois élu, l’historien rend visite régulièrement à son ami et continue à échanger avec lui au téléphone. […] Ils abordent notamment les commémorations de 2013-2014, la création de la Maison de l’histoire et surtout ce déplacement en Algérie. Il organise pour le chef de l’Etat des rencontres avec des experts et des économistes. «Ce n’est pas un déplacement classique, l’Algérie, c’est une question de politique intérieure», assure Stora. Il estime qu’en France les mémoires de 6 millions de personnes sont touchées.

Paris Match

Algérie : la colonisation, un système « injuste et brutal » (Hollande) (màj)

Addendum 21/12/12

« Il y avait là une condamnation à porter, et je ne suis pas le premier à le faire. Je le fais pour que nous puissions nous tourner vers l’avenir. Ce que j’ai à faire, c’est permettre qu’il y ait cette réconciliation autour des mémoires pour pouvoir avancer. Je suis celui qui permet à la France d’avancer. » – François Hollande

Le Figaro

_______________________________

Addendum

Le discours d’Hollande reçoit un accueil mitigé en France

Le PCF salue un «pas en avant» quand l’UMP parle d’un discours «hémiplégique». Pour le FN, la France «s’abaisse sur la voie de la repentance». [...]

De l’avis de la présidente du Front national, Marine Le Pen, le discours de François Hollande a posé «les bases d’un avenir extrêmement malsain entre la France et l’Algérie». «Il condamne triplement notre pays, l’abaissant encore un peu plus sur la voie de la repentance d’abord, de l’immigration massive ensuite et des délocalisations enfin», déclare l’eurodéputée. [...]

Dans un communiqué, le Parti communiste français (PCF) a admis que François Hollande avait fait «en termes mesurés, un pas en avant dans la reconnaissance de la vérité sur le colonialisme français en Algérie». «Cependant, il n’est pas allé au bout de ce qu’il fallait faire : reconnaître la responsabilité de la France dans les crimes d’État et les pratiques inhumaines qui ont caractérisé ce qui fut la politique de l’Etat français».

Le Figaro

Lire la suite