Arras : des « beuveries » dans la prison

Le syndicat Ufap-Unsa Justice de la maison d’arrêt d’Arras dénonce les « beuveries » auxquelles s’adonnent lors des promenades les détenus, qui se fournissent grâce aux colis lancés de l’extérieur, contenant alcool, mais aussi viande ou drogue, a expliqué vendredi un représentant du personnel. [...]

« Tous les weekends, lors des promenades et plus particulièrement l’après-midi, des individus extérieurs à l’établissement balancent (par dessus le mur d’enceinte, ndlr) dans les cours de promenades des bouteilles d’alcool qui sont rapidement ingurgitées par les détenus », explique le syndicat, qui dénonce « un rituel ». [...]

« Pour des raisons de sécurité on n’intervient pas dans une cour de promenade », a précisé Charlet, qui regrette des effectifs insuffisants. »C’est un problème récurrent sur bon nombre d’établissements pénitentiaires », a ajouté Frédéric Charlet, qui estime que le préfet pourrait bientôt recevoir les représentants du personnel. [...]

D’autres colis contiennent souvent du cannabis ou de la viande, mais aussi des armes et autres objets interdits (burins, lames de scie), selon les syndicats. « En cinq minutes, il peut y avoir une trentaine de colis qui arrivent », a décrit Charlet. « Il y a ce qui est consommé sur place et ce qui remonte dans les cellules ».

Le Figaro

« Retourne en Afrique sale n… je ne vais pas me faire soigner par une noire. »

Alcoolisé pour aller aux noces de sa fille, Miket Ayad-Zeddam va provoquer un accident et insulter de propos racistes les secours. Un comportement qui l’envoie directement en prison pour quatre mois ferme.

« Retourne en Afrique sale n… je ne vais pas me faire soigner par une noire. »

Voilà comment Miket Ayad-Zeddam, 51 ans, accueille la médecin-urgentiste venue le secourir après un accident… dont il était en plus l’auteur.(…)

« Je n’ai pas vraiment de souvenir, se défend-il lors d’une audition, une fois dessoûlé. Il y avait du jeu dans la conduite de la voiture. Mais pour les insultes, je suis pas raciste, étant moi-même d’origine étrangère. »

Une défense qu’il ne peut réitérer au tribunal correctionnel, ne s’étant pas présenté à l’audience pour répondre de sa conduite en état d’ivresse et à une vitesse excessive, son refus de se soumettre au test d’alcoolémie ainsi que pour les insultes racistes proférées.

En son absence, les débats sont rapides et se focalisent, de la part du vice-procureur de la République, Rémi Schwartz, sur « des propos qui ne peuvent inspirer que du dégoût envers une femme qui n’a pas à subir les sautes de moral de cet individu ».

Miket Ayad-Zeddam est condamné à quatre mois de prison ferme et 180 € d’amende. Son permis est aussi annulé et il a interdiction de le repasser pendant un an.

La voix du Nord

Grande-Bretagne : des musulmans veulent interdire l’alcool dans Londres (vidéo)

Des musulmans menés par Anjem Choudary, un islamiste, ont protesté vendredi 13 décembre contre la vente d’alcool (interdit par l’islam) dans East London’s Brick Lane un quartier de Londres. [...]

Révoltes en Europe

Merci à Stormisbrewing

Charleville-Mézières (08). Ivre et sans permis, il se fait passer pour son frère

Le 18 mai à 6 heures du matin, Morad Chaouchi, six semaines après des faits quasi similaires, est arrêté en état d’ivresse. Il n’a pas le permis, il est ivre (« six bières » selon lui) et donne comme identité celle de son frère.

Ce sont les parents des deux frangins qui vont préciser l’identité de chacun aux policiers. Mal à l’aise, le jeune homme de 23 ans, qui n’a pas d’avocat et qui a tenté la veille de faire reporter l’affaire, répond avec une légère désinvolture. [...]

[...] Le ministère public demande une peine d’emprisonnement de six mois ferme pour la conduite en état d’ébriété et quatre mois de plus pour s’être fait passer pour son frère.

Le tribunal a estimé au final que Morad Chaouchi n’avait pas « entendu le message » envoyé récemment par ce même tribunal et pour les mêmes faits. Il l’a condamné à six mois de prison ferme (mais aménageable) : deux pour s’être fait passer pour son frère, quatre pour la conduite en état d’ivresse en récidive.

L’Union
(Merci à Manu1379)

Rennes : Intimidations, prosélytisme musulman et trafic de drogue au centre commercial

Depuis plusieurs mois, des commerçants et riverains du centre commercial Italie, à Rennes, déplorent des pressions et décrivent un climat délétère où la vente de porc et d’alcool devient dangereuse.

Au centre commercial Italie, dans le quartier rennais du Blosne, le boucher-traiteur a définitivement fermé ses portes fin avril. «Usé par les pressions», le commerçant a vendu ses murs.

Début juin, dans un local rénové, s’installera une boucherie halal, la deuxième de cet ensemble qui compte une quinzaine d’enseignes. En onze ans d’exploitation, le boucher s’est fait démolir sa vitrine une dizaine de fois. Pourquoi ? «Parce que j’avais le malheur de vendre du porc !», assure Jérôme.

Il y a quelques années, une inscription d’une cinquantaine de centimètres a été gravée au couteau sur la porte en bois de son arrière-boutique : «A mort les porcs, on vous saignera.» «Comme les fois précédentes, j’ai déposé plainte au commissariat. Comme les fois précédentes, les policiers ont refusé de se déplacer pour constater. Je suis amer.»

«Il y a trois ans, un soir, une dizaine de voyous est entrée dans ma boutique. Ils m’ont dit que si le lendemain, vendredi, je faisais cuire des galettes-saucisses dehors, comme c’était la tradition depuis toujours, ça se passerait très mal. Du coup, j’ai arrêté de faire des galettes-saucisses le vendredi, jour de prière chez les musulmans. Je les ai faites le samedi en fin de matinée, quand les perturbateurs de ce quartier dorment encore.»

Patron de l’épicerie halal voisine, Abdalah est installé à Italie depuis quelques mois seulement. Le jeune homme raconte qu’à plusieurs reprises, des personnes lui ont demandé de stopper la vente d’alcool. […]

Le mensuel de Rennes (Merci à RobertEtienne

Le Mans (72). Ivre et nu, il s’exhibe en brandissant une machette

Le vide-greniers touchait à sa fin rue de Guyenne, dans le quartier du Maroc au Mans.

20 h samedi, un homme très fortement alcoolisé s’est exhibé nu, en menaçant les riverains avec une machette.

L’individu âgé de 29 ans, domicilié dans le quartier, a continué à gesticuler à l’arrivée de la police, avant de lâcher son coupe-coupe et d’être interpellé.

Laissé libre à l’issue de la garde à vue, il répondra le 14 janvier devant le tribunal correctionnel de violences volontaires et de port d’arme.

Ouest France
(Merci à Ligerien)

Ribéry furieux sur Boateng pour la douche de bière: « Il sait que je suis musulman »

Une fois n’est pas coutume, la bière a coulé à flots lors de la célébration du titre du Bayern Munich. Dans une Allianz Arena entièrement acquise aux nouveaux champions d’Allemagne, les joueurs de Jupp Heynckes ont fêté le sacre comme la veut la tradition bavaroise, à la bière en l’occurrence.

Si les hommes de Jupp Heynckes ont apprécié les festivités, ce n’est pas le cas de Franck Ribéry. L’international français est furieux contre son coéquipier Jérôme Boateng, qui l’a poursuivi pour déverser une véritable douche de bière sur lui.

7sur7.be

(Merci au Gnoc Beaujolais)

Avignon : Il avait transpercé la gorge de son meilleur ami, 5 ans de prison

Hier, dans le box des prévenus du tribunal correctionnel d’Avignon, Abdelkader Bougrine, 43 ans, est revenu sur cette nuit du 7 décembre 2011. Une soirée entre amis dans un petit appartement de l’impasse des Saules, à Avignon.

Les canettes de bière sont vidées les unes après les autres. Jusqu’au moment où Abdelila Mouttawoukil demande au prévenu de rentrer chez lui. Il est près de 22 heures. Une légère dispute éclate entre eux. Mais les deux hommes se quittent bons amis… En apparence.

Abdelkader Bougrine poursuit la fête. Il écume les bars. Rumine sa colère. Et fait son retour aux environs de 3 heures. Un couteau dans chaque main.

Si le premier coup de couteau l’a blessé au niveau de l’avant-bras droit, le second lui a causé une plaie de quinze centimètres à la gorge. Sans compter les coups de pied reçus au visage.

« C’est à cause de l’alcool Monsieur Le président. Je demande pardon… Je regrette », se défend le prévenu.

D’abord ouvert au criminel pour “tentative d’assassinat”, le dossier a finalement été “correctionnalisé”. L‘intention de tuer n’a pas été retenue.

[...] « Ce n’est toutefois pas une affaire de coup de couteau comme les autres », insiste la substitut du procureur de la République. Elle requiert six ans de prison ferme.

Une peine jugée « beaucoup trop sévère » par M e Farid Faryssy, chargé de porter la parole du prévenu. [...]

Le Dauphiné Libéré

Avignon : Un homme tabassé,volé et avec 11g d’alcool dans le sang

Sébastien, Avignonnais de 40 ans, a été laissé pour mort sur le bitume. Hospitalisé à La Timone, à Marseille (Bouches-du-Rhône), il n’a toujours pas été entendu par les enquêteurs. L’état de ses blessures ne le permet pas.

Car, malgré son taux d’alcoolémie exceptionnel, qui pourrait être fatal à la grande majorité du commun des mortels, c’est la violence des coups qui a failli lui coûter la vie.

Cet employé de “Total”, sur une station pétrolière installée en Angola, souffre de plusieurs traumatismes à la tête.

Ses agresseurs se sont acharnés. Il ne sera pas entendu avant le milieu de la semaine prochaine. Deux individus sont activement recherchés. [...] Les deux malfaiteurs auraient repéré Sébastien, alors qu’il était attablé dans un bar avignonnais.

Le Dauphiné Libéré
(Merci à Galaxy99)

Les consignes alimentaires du PSG : bio et halal

Le PSG, racheté par le Qatar, ne laisse rien au hasard. «Ouest-France» a dévoilé dans son édition d’hier les consignes que laisse le club de la capitale aux hôtels qu’il fréquente lors de ses déplacements. Un cahier des charges draconien.

Paris bannit ainsi de ses menus la margarine, la mayonnaise ou les fritures. Le chef qui accompagne l’effectif professionnel supervise également les équipes locales pour vérifier que les pâtes sont parfaitement al dente.

Le club demande que les viandes soient bio, les produits de la mer frais et que les œufs, bio également, soient pondus par des poules élevées en plein air. «Merci d’identifier et étiqueter chaque aliment du buffet afin que les joueurs puissent les identifier», indique également la note, qui précise : «Cinq de nos joueurs mangent exclusivement de la viande halal. Nous vous demandons de prévoir cinq portions de poulet halal et de bœuf halal pour notre séjour». La principale crainte du PSG semble être la consommation des légumes. […]

L’alcool est bien évidemment interdit lors des repas, mais le club demande aussi que les minibars des chambres soient uniquement fournis en eau, jus de fruit ou sodas. Les joueurs peuvent en revanche profiter de fruits frais et coupés disponibles à tout moment près de leur lit

Le Parisien (Merci à Shaka)

Etupes : un policier agressé lors d’un mariage

L’accès aux handicapés n’est manifestement pas une priorité, au tribunal de Montbéliard… Ce n’est pas Abdelkader qui prétendra le contraire. Depuis qu’il a été criblé de balles devant la prison, le 6 mai dernier, le Montbéliardais de 29 ans a été amputé de la jambe droite à mi-cuisse. Il se déplace désormais dans une chaise roulante. [...]

Ce lundi, Abdelkader devait répondre d’une agression commise le 15 mai 2010 à Étupes. C’était à l’occasion d’un mariage. Parmi les nombreux convives se trouve Mohamed. Qui a la particularité d’être… policier. Le Montbéliardais, qui avait abusé d’alcool, le reconnaît comme étant « celui qui m’a mis en prison ». En réalité, le fonctionnaire aurait fait partie d’une escorte le conduisant à la maison d’arrêt.

L’ivresse du moment doublée d’une allergie viscérale à l’encontre de tout représentant de la force publique aboutit à un dérapage. Violent. Selon le plaignant, Abdelkader lui aurait asséné un coup de boule au niveau du visage. Résultat : une lèvre explosée (nécessitant la pause de neuf points de suture), deux dents ébranlées et quinze jours d’incapacité de travailler. [...]

Toujours est-il que le ministère public ne réclame pas la peine plancher alors que le prévenu est en état de récidive légale et que la victime est un fonctionnaire de police, élément d’ordinaire aggravant. Le procureur requiert trois mois de prison ferme.

« Je suis désolé si j’ai causé du tort. Voilà. Mais il faudrait aussi que chacun reconnaisse ses responsabilités », lance en guise de défense Abdelkader. [...]

L’Est Républicain

Merci à antibarbare