Hommage à Méric : « les manifestants étaient blancs, l’émotion était blanche » (Houria Bouteldja)

Il y a des situations qui vomissent leur vérité. La mobilisation massive suscitée par l’assassinat politique de Clément Méric par des groupes fascistes, doublée par une indignation nationale me plonge dans un profond malaise.

A quelques malheureuses exceptions, les manifestants étaient blancs, les organisations étaient blanches. L’émotion était blanche. L’identité blanche des signataires de l’appel, « le fascisme tue, ensemble combattons-le ! » est sans ambiguïté [1].

Dans le monde parallèle des indigènes, des mobilisations contre ces mêmes fascistes ont eu lieu : Suite à une agression ignoble par des fachos, la colère gagne la banlieue d’Argenteuil. La victime est, Leila O., une jeune musulmane enceinte qui allait perdre le bébé qu’elle portait. A quelques malheureuses exceptions, les manifestants étaient indigènes, les organisations étaient indigènes. L’émotion était indigène. L’indignation n’était ni nationale, ni strictement locale. Elle a suivi les contours de la nation indigène. L’identité indigène des signataires de l’appel d’Argenteuil, « l’islamophobie tue ! » est sans appel [2]. [...]

Face à ce dilemme, ma décision est prise : j’irai marcher le 23 juin au milieu des blancs, au rythme de mots d’ordre qui me seront globalement étrangers et décidés par des organisations qui construisent leur unité sur notre exclusion et grâce à ces indispensables ennemis que sont le FN ou le fascisme. J’irai marcher pour honorer la mémoire d’un frère de lutte, tout comme Tommie Smith et John Carlos ont porté le cercueil de l’Australien Peter Norman. [...]

Houria Bouteldja, PIR

Mal-logés en colère : « On s’en fout, on est chez nous ! » (vidéo)

Paris, 20 juin 2013. Rassemblement du « Collectif des Mal-logés en colère » devant le siège des 3F, un des principaux bailleurs sociaux franciliens.

« 1ère, 2ème, 3ème génération ! On s’en fout, on est chez nous ! »


Immobilière 3F: logement social trop cher et… par HLMPOURTOUS

Antifas et LDH : « des personnes qui invoquent les grands principes démocratiques et qui sont les premières à s’asseoir dessus » (procureur de Tours)

Peine légère pour Fanny P. 31 ans, la militante antifasciste qui avait refusé de se soumettre à un test ADN après avoir été condamnée pour rébellion.

Accusée d’avoir donné un coup de tête à un policier – en civil – lors de la Gay Pride de mai 2011 à Tours, Fanny P., 31 ans, militante antifasciste engagée dans la défense des sans-abri et des sans-papiers, avait écopé d’une peine de trois mois de prison avec sursis et de 1.300 euros d’amende.

Six mois plus tard, elle était convoquée au commissariat de police de Tours pour s’y soumettre à un test ADN (par la salive), en vue de l’enregistrement de son empreinte génétique dans le fichier national des empreintes génétiques (FNAEG). Soutenue par une vingtaine de militants, dont la présidente de la Ligue des droits de l’homme, Catherine Lison-Croze, et le porte-parole de Chrétiens migrants, Louis Barrot, qui ont témoigné à la barre, la jeune femme s’est longuement justifiée sur ce choix politique, confirmant son opposition au fichage génétique, évoquant une atteinte à sa vie privée et à son intimité : « Une fois qu’on est fiché, c’est à vie, ça n’est pas un acte banal, on devient suspect privilégié. »

Des arguments balayés par le procureur de la République, Joël Patard, qui parlait de « digressions philosophiques et doctrinaires de personnes qui invoquent les grands principes démocratiques et qui sont les premières à s’asseoir dessus. »

Le procureur, qui a requis cent jours-amende à 10 €, a été suivi par le tribunal.

La Nouvelle République

AFP : « A Limoges, les redskins s’opposent à la montée du néo-nazisme » (sic)

Jérémy, Jérôme et Théo, membres des Redskins de Limoges, posent le 17 juin 2013 à Limoges

Jérôme et Jérémy ont 24 ans. Théo un de moins. Ils ont en commun de vivre à Limoges, d’être issus de familles ancrées à gauche et surtout d’avoir fait revivre dans cette ville la mouvance redskins pour s’opposer à la montée du néo-nazisme.

[...] «Notre action vise dans un premier temps à tout mettre en oeuvre pour réduire la visibilité de l’extrême droite dans l’espace public, casser son développement et son influence en montrant une présence. Cela passe concrètement par des actions comme le décollage systématique, ou le recouvrement de toute propagande fasciste», détaille Jérôme. [...]

Et «si ces groupes devaient accéder au pouvoir, nous sommes préparés à entrer dans la lutte physique», prévient Jérôme.

Libération

Revoir : Jospin : « L’anti-fascisme n’était que du théâtre »

Plus de décès que de naissances : le recul démographique de l’Amérique blanche

Les Etats-Unis viennent de franchir une nouvelle étape démographique : pour la première fois de leur histoire, les Blancs sont plus nombreux à mourir qu’à naître. C’est la confirmation d’une tendance inexorable vers une plus grande diversité ethnique.

« Ce virage ne devait s’amorcer qu’en 2025″, reconnaît toutefois Kenneth Johnson, démographe à l’Institut Carsey (université du New Hampshire). Mais la crise a ralenti le nombre des naissances, en particulier chez les ménages blancs, et accéléré le déclin de cette frange vieillissante de la population. Selon les estimations du bureau de recensement américain, en 2043, les « minorités » devraient dépasser les Blancs, qui représentaient 83 % de la population en 1993. Ils sont aujourd’hui 63 %, soit 198 millions sur une population totale de 314 millions.

Dans cette nouvelle Amérique, les Asiatiques enregistrent pour l’instant le plus fort taux de croissance (+ 2,9 % en 2012), suivis des Hispaniques (2,2 %) et des Afro-Américains (1,3 %). Les Blancs n’ont bougé (+ 0,1 %) que grâce aux immigrés venus du Canada, d’Allemagne et, dans une moindre mesure, de la Russie et de l’Arabie saoudite. [...]

Nate Silver, le gourou de la prédiction politique du New York Times, affirmait récemment que les bouleversements démographiques allaient changer le paysage électoral en faveur du Parti démocrate et assurer leur victoire pendant les trente prochaines années, grâce au vote des minorités.

Le Monde

Pays-Bas/Arbitre lynché et décédé : prison ferme pour six « jeunes »

Six adolescents entre 15 et 17 ans et un adulte ont été condamnés aujourd’hui à des peines allant d’un à six ans de prison pour avoir battu à mort un arbitre de touche à l’issue d’une rencontre de football amateur aux Pays-Bas.

« Les sept suspects sont coupables d’avoir frappé la tête et le haut du corps de l’arbitre de touche », a déclaré la juge Anja van Holten, lors du prononcé du jugement à Lelystad, dans le centre du pays.
Le tribunal a en revanche admis qu’ »aucun des suspects n’avait l’intention de tuer l’arbitre de touche » et a déclaré un huitième suspect innocent de la mort de Richard Nieuwenhuizen. [...]

Le Figaro

Les noms des joueurs de l’équipe de Nieuw Sloten :

Soufyan Babou
Daveryon Blasse
Yassin Dardak
Danny Faber
Fady Fayed
Rheza Firmansyah
Ismael Ikhouane
Demian Jibodh
Othman Karimi
Serkan Kiran
Wouter Mirck
Younes Roubion
Mandeep Singh
Terrence Stuurop
Kemal Arif Tasli

Source (en anglais)

(merci à Gengis)

Les parents de Saint-Denis dénoncent l’insécurité à l’école : dealers, agressions…

Une quarantaine de parents d’élèves et de membres d’associations a manifesté hier de l’école Jules Guesde, rue du Corbillon, à l’hôtel de ville. Ils ont dénoncé l’insécurité que subissent les écoliers à travers « les jets de bouteilles dans les cours d’école », « les dealers devant les établissements » et « les agressions ».

Saint-Denis est classée depuis septembre en zone de sécurité prioritaire (ZSP) et bénéficie à ce titre de renforts policiers. Selon la Préfecture, grâce à ce dispositif, les arrestations pour trafic de stupéfiants ont augmenté de 58% et les vols violence ont baissé de 25%.

Le Parisien

(merci à Julien271)

Dati refuse « le front républicain » face au FN : « un déni de démocratie »

Rachida Dati, l’une des vice-présidentes de l’UMP, refuse le front républicain pour juguler la montée du Front national, cette alliance entre la droite et la gauche qui est à ses yeux « un déni de démocratie ».

Alors que l’UMP et le FN s’affronteront dimanche prochain au second tour d’une élection législative partielle dans le Lot-et-Garonne (le candidat PS ayant été éliminé au premier tour), Rachida Dati s’interroge, aujourd’hui dans un communiqué, sur les raisons d’un score « aussi fort » du candidat FN.

« Le FN ne serait rien si la droite renouait avec le peuple, avec ses préoccupations, si elle offrait un projet de société alternatif crédible comme nous l’avions fait lors de la campagne de 2007″, affirme la vice-présidente de l’UMP. Selon Rachida Dati, également maire du VIIe arrondissement de Paris et députée européenne, « il faut nous remettre au travail pour incarner au niveau des idées, mais aussi au niveau des personnes et des comportements, un renouveau, réincarner un vrai mouvement populaire ». [...]

Le Figaro

Gard : L’ancien maire UMP de Saint-Gilles se rallie à Gilbert Collard

Conseiller général du Gard, Olivier Lapierre pourrait être exclu de l’UMP pour sa prise de position en faveur du député proche de Marine Le Pen.

L’ancien maire UMP de Saint-Gilles (Gard) a annoncé lundi son ralliement à Gilbert Collard (Rassemblement bleu Marine), au cas où ce dernier déciderait de se présenter aux élections municipales de 2014.

«Je lui ai simplement dit que s’il se présentait, je serais à ses côtés pour l’aider», a déclaré Olivier Lapierre, premier magistrat de Saint-Gilles de 2008 à 2010, au micro de France Bleu Gard Lozère.

«C’est un ami de longue date (…) Je pense qu’il pourrait y avoir d’autres UMP et UDI prêts à franchir le pas avec nous», a ajouté le médecin, qui est toujours conseiller général du Gard.

Dans les deux heures qui ont suivi la diffusion de l’interview, le vice-président de l’UMP, Jean-Paul Fournier, sénateur-maire de Nîmes, a demandé l’exclusion d’Olivier Lapierre, dont le sort pourrait être scellé mercredi, à l’issue d’une réunion du bureau politique du parti. [...]

Le Figaro

Saint-Denis (93) : À la recherche des ancêtres esclaves (vidéo)

213 noms ont été gravés sur une sculpture inaugurée fin mai à Saint-Denis. Il s’agit de victimes de l’esclavage : des patronymes retrouvés grâce au travail de recherche entrepris par l’association « Comité Marche du 23 mai 1998″.

En s’appuyant sur une importante base de données, CM 98 organise des ateliers de généalogie. Objectif : aider ceux qui le souhaitent à retrouver leurs aïeux esclaves. Une manière pour certains de trouver l’apaisement dans leur quête identitaire.


À la recherche des ancêtres esclaves par BFMTV