Fdesouche

17/01/23

Rebondissement spectaculaire dans le Qatargate : l’ex-eurodéputé italien Pier Antonio Panzeri, suspect clé actuellement écroué, a accepté mardi de collaborer avec la justice belge et de livrer ce qu’il sait sur ce scandale de corruption présumée au profit du Qatar.

Au terme de cet accord, l’ancien élu socialiste s’engage à informer les enquêteurs sur le modus operandi de la fraude, les arrangements financiers avec des États tiers, l’identité des personnes “qu’il admet avoir corrompues” et l’éventuelle implication de personnes “non encore connues dans le dossier”. Ses déclarations devront être “substantielles, révélatrices, sincères et complètes”, a précisé le parquet fédéral.

En échange de cette coopération, l’ex-député, devenu en 2019 dirigeant de l’ONG Fight Impunity établie à Bruxelles, sera condamné à une peine de prison ferme “limitée”.

Son avocat Laurent Kennes a précisé à l’AFP que cette peine négociée avec le parquet n’excéderait pas un an ferme. “Une peine de cinq ans sera prononcée, mais avec du sursis pour la partie excédant un an. Cela veut dire qu’il va subir un an en détention, dont une partie sous bracelet électronique”, a affirmé Me Kennes.

« Envie de déballer »

“Il a envie de déballer, il veut voir le bout du tunnel”, a ajouté l’avocat sur la chaîne francophone RTBF, soulignant que M. Panzeri avait “reconnu avoir été l’un des dirigeants d’une organisation criminelle (…) en lien avec le Qatar et le Maroc”. D’après la presse, le Maroc a utilisé le responsable italien comme point d’entrée pour appuyer ses intérêts au Parlement européen. Mais comme le Qatar, le royaume chérifien a fermement contesté ces allégations de corruption.

[…]

Actu17



02/01/23

Les deux élus concernés sont l’Italien Andrea Cozzolino et le Belge Marc Tarabella, du groupe S&D (socio-démocrates).

Le Parlement européen a annoncé lundi 2 janvier avoir lancé une procédure d’urgence, à la suite d’une demande des autorités judiciaires belges, pour lever l’immunité de deux eurodéputés dans le cadre d’une enquête pour corruption au sein de l’institution impliquant le Qatar.

[…]

Le Figaro


19/12/22

Le Qatar menace l’UE d’un « effet négatif » sur « la sécurité énergétique mondiale » après des accusations de corruptions

La diplomatie qatarie a envoyé un message on ne peut plus clair après les premières mesures prises par le Parlement européen, quite aux révélations de corruption liée à l’émirat.

C’est une menace à peine voilée envoyée de Doha à Bruxelles. Dimanche 18 décembre, quelques heures avant que le Qatar organise la finale de son Mondial de football, qui devait voir le sacre de l’Argentine face à la France, sa diplomatie envoyait un message on ne peut plus clair en réaction aux premières mesures prises par le Parlement européen après les révélations de corruption liée à l’émirat et concernant notamment l’ancienne vice-présidente de l’assemblée, la Grecque Eva Kaili. Cela pourrait avoir un « effet négatif » sur les discussions en courssur « la sécurité énergétique mondiale », a prévenu un diplomate qatari dans un communiqué.

Le Qatar, qui a passé des accords d’approvisionnement en gaz avec l’Allemagne, l’Italie, la France et de nombreux pays de l’Union européenne (UE) pourrait-il fermer le robinet ?

Depuis le déclenchement de l’invasion russe de l’Ukraine, le 24 février, l’Europe s’est lancée dans une course pour diversifier ses sources de gaz à travers la planète. Dans ce cadre, un défaut qatari lui serait très préjudiciable. Avant d’en arriver à cette extrémité, le Qatar tente de maintenir le dialogue et de se tenir à distance de l’affaire, qui secoue l’institution européenne depuis dix jours. « Nous rejetons fermement les allégations associant notre gouvernement à des fautes », a répété ce diplomate.

Or, a-t-il ajouté, « nous avons observé avec une grande inquiétude la condamnation sélective de notre pays cette semaine. Des informations inexactes divulguées aux médias par des personnes impliquées dans l’enquête ont cherché à manipuler l’opinion publique et à déformer les opinions des députés ». Jeudi 15 décembre, six jours après la révélation de l’affaire et l’interpellation de quatre personnes, dont Eva Kaili, le Parlement a en effet adopté à une écrasante majorité une résolution où il se dit « consterné » par l’affaire de corruption, avec de l’argent issu, selon l’enquête en cours, du Qatar.

[…]

Le Monde


17/12/22

Le Maroc pourrait avoir lui aussi offert des pots-de-vin à des élus :


BFMTV


15/12/22

Le royaume du Maroc aurait tenté d’infiltrer le Parlement européen, tout comme le Qatar, selon les déclarations à la police belge d’une des personnes inculpées et écrouées, apprend-on jeudi 15 décembre dans des médias belges et italiens.

Nouveau rebondissement dans l’affaire du Qatargate ​au Parlement européen. Selon les quotidiens Le Soir (Belgique) et La Repubblica (Italie), l’ancien assistant de l’ex-eurodéputé socialiste italien Pier Antonio Panzeri, Francesco Giorgi, est passé aux aveux durant sa détention provisoire, où il a été inculpé et écroué. (…)

Panzeri présenté comme le chef de l’organisation

Devant le juge en charge du dossier, Michel Claise, Francesco Giorgi a admis faire partie d’une organisation utilisée à la fois par le Maroc et par le Qatar dans le but d’ingérer dans les affaires européennes​, peut-on lire sur le site du Soir. Ce personnage clé de cette affaire affirme que Pier Antonio Panzeri serait le chef de l’opération et que, lui, était chargé de gérer la distribution de l’argent liquide.

Selon Francesco Giorgi, deux autres députés européens du groupe social-démocrate (S & D) auraient perçu de l’argent : l’Italien Andrea Cozzolino et le Belge Marc Tarabella. Ce dernier a fait savoir par le biais de son avocat qu’il niait ces accusations.

Ouest-France


13/12/22

Au total, c’est plus d’un million et demi d’euros d’argent liquide qui a été découvert chez l’ex-eurodéputé italien et l’eurodéputée grecque.

Au total, c’est plus d’un million et demi d’euros d’argent liquide qui a été découvert chez l’ex-eurodéputé italien Pier Antonio Panzeri et l’eurodéputée grecque Eva Kaili. Voici une photo de cette saisie, obtenue par Le Soir et Knack.

Lors d’une perquisition au domicile bruxellois de Pier Antonio Panzeri, les enquêteurs de la police judiciaire fédérale avaient découvert environ 600.000 euros. En ajoutant l’argent trouvé en possession du père d’Eva Kaili et au domicile bruxellois de cette dernière et de son compagnon Francesco Giorgi, c’est plus d’un million et demi d’euros qu’a permis de découvrir la vaste enquête anti-corruption sur le Parlement européen.

Flagrant délit

Pour rappel, le père de Mme Kaili avait été intercepté par les enquêteurs à l’hôtel Sofitel de Bruxelles, en possession d’une valise débordant d’argent liquide. C’est ce flagrant délit qui a permis aux enquêteurs et au juge d’instruction de perquisitionner le domicile de Mme Kaili sans requérir une levée d’immunité parlementaire. Des objets de valeur, suspectés de lui avoir été offerts par des officiels qataris, ont été trouvés et saisis dans cette résidence à côté d’autres sacs de billets.

(…) Le Soir


12/12/22

Selon nos informations, la justice belge a déjà retrouvé près d’un million d’euros en liquide lors des différentes opérations policières menées depuis vendredi, notamment au domicile de l’eurodéputée grecque Eva Kaili, vice-présidente du Parlement.

TF1


En lien : Qatar : un livre accuse des responsables politiques français de monnayer leurs services / Ces politiques qui font la manche auprès des émirs du Golfe


Six personnes avaient été interpellées à Bruxelles, vendredi 9 décembre. Quatre d’entre elles ont été écrouées dimanche. Les autorités judiciaires n’ont pas livré leur nom, mais il s’agit d’Eva Kaili, élue socialiste grecque, vice-présidente du Parlement européen, de Francesco Giorgi, un assistant parlementaire qui est son compagnon, de Pier Antonio Panzeri, ancien eurodéputé social-démocrate italien et président de l’ONG bruxelloise Fight Impunity, et, enfin, selon l’agence de presse italienne Ansa, de Niccolo Figa-Talamanca, dirigeant de l’ONG No Peace Without Justice, installée à la même adresse que Fight Impunity. Mme Kaili, appréhendée en flagrant délit, n’a pas pu invoquer son immunité parlementaire.

Le Monde



11/12/22

Corruption présumée au Parlement européen : 4 personnes inculpées et écrouées, dont la vice-présidente Eva Kaili

(…) Eva Kaili n’a pas pu bénéficier de son immunité parlementaire car l’infraction qui lui est reprochée a été constatée «en flagrant délit», a expliqué la même source judiciaire. Cette source a confirmé des informations de presse selon lesquelles Eva Kaili, ex-présentatrice à la télévision grecque âgée de 44 ans, était en possession de «sacs de billets» vendredi soir lorsque la police belge l’a interpellée. Le domicile bruxellois d’Eva Kaili a été perquisitionné vendredi soir. Et celui d’un autre eurodéputé socialiste, le Belge Marc Tarabella, l’a été samedi soir, a ajouté la source judiciaire.

(…) Eva Kaili s’était rendue début novembre au Qatar où elle avait salué en présence du ministre qatari du Travail, les réformes de l’émirat dans ce secteur. L’ambassadeur de l’UE à Doha Cristian Tudor avait alors assuré sur Twitter la publicité de cette rencontre jugée positive. «Le Qatar est un chef de file en matière de droits du travail», avait aussi affirmé Eva Kaili le 22 novembre à la tribune du Parlement européen.

(…) Le Figaro


10/12/22

L’ancien député européen socialiste Antonio Panzeri est soupçonné d’être intervenu “politiquement auprès de membres” travaillant au Parlement européen “au profit du Qatar et du Maroc” contre le versement d’une somme d’argent.

La Repubblica

La Repubblica

Le cinquième suspect arrêté est Niccolò Figà-Talamanca, directeur de l’ONG “No Peace Without Justice” (Ansa.it)


09/12/22

Tous ces suspects ont la nationalité ou une origine italienne. En public, ils sont très actifs dans des associations et ONG pro-droits de l’Homme. M. Panzeri est d’ailleurs le président de Fight impunity, une ASBL promouvant « la lutte contre l’impunité pour de sérieuses violations des droits humains » et la justice internationale. Selon nos informations, le siège de Fight impunity situé en plein centre de Bruxelles (rue Ducale) a subi une perquisition ce matin.

L’ancien eurodéputé P-A Panzeri (PS)

Les perquisitions de ce matin ont permis aux officiers dirigés par le juge Claise de mettre la main sur plus d’un demi-million d’euros en liquide. Selon les informations du Soir et de Knack, ces quelque 600.000 euros cash ont été découverts dans la résidence bruxelloise de l’ancien eurodéputé.

Le Soir


(…) Par ailleurs, le bureau d’une assistante parlementaire de l’eurodéputée belge Marie Arena a été placé sous scellés judiciaires dans le courant de la journée, nous a confirmé en soirée l’ancienne ministre: «J’étais là quand ça s’est passé, quand les personnes ont posé les scellés. C’est bien le bureau de mon assistante. Mais on a posé ces scellés parce qu’elle a travaillé pour l’ONG Fight impunity, je crois, en 2019. Elle a été perquisitionnée ce matin et c’est dans la poursuite de la perquisition à son domicile qu’ils ont scellé le bureau au Parlement», explique Marie Arena. «Ça n’a rien à voir avec le fait qu’elle est mon assistante.» Le bureau des assistants de Marc Tarabella a lui aussi été mis sous scellés, mais l’eurodéputé n’a pas répondu à nos sollicitations. Le PE n’a pas souhaité commenter.

Les eurodéputés socialistes belges Marie Arena et Marc Tarabella

Le Soir


Cinq personnes ont été arrêtées à Bruxelles, dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de corruption par le Qatar au sein du Parlement européen. Des sacs d’argent ont été retrouvés au domicile d’Eva Kaili, vice-présidente du Parlement, qui passera la nuit en cellule.

L’Echo


Le domicile de la sociale-démocrate grecque Eva Kaili, vice-présidente du Parlement européen, a été perquisitionné. Son compagnon avait été intercepté en matinée. Ils sont tous deux visés par une enquête pour corruption.

Vendredi matin puis au fil de la journée, plus d’une quinzaine de perquisitions ont été menées par les agents de l’Office central pour la répression de la corruption à Bruxelles et quatre personnes, considérées comme suspectes, ont été interpellées afin d’être entendues par les enquêteurs dirigés par le juge d’instruction Michel Claise.

Parmi celles-ci, Luca Visentini, secrétaire général fraîchement élu de la Confédération internationale des syndicats, l’ancien eurodéputé S&D Pier-Antonio Panzeri ainsi que F. G., ancien assistant parlementaire de M. Panzeri, actuel collaborateur lié au groupe S&D et compagnon de Mme Eva Kaili. Cette dernière, âgée de 44 ans, ancienne présentatrice de la télévision grecque et eurodéputée depuis 2014, a également été visée par les enquêteurs, ont appris Le Soir et Knack. Son domicile a été perquisitionné vendredi en fin de journée et elle a été emmenée pour audition. Des informations confirmées par le parquet fédéral. Eva Kaili est l’un des 14 vice-présidents de l’hémicycle européen.

Le Soir


La Belgique a annoncé vendredi l’ouverture d’une enquête sur des soupçons de corruption impliquant un État du Golfe non identifié et des assistants travaillant au Parlement européen. Quatre personnes ont été arrêtées pour être interrogées et 16 perquisitions ont été réalisées à Bruxelles dans le cadre de l’enquête.

Quatre personnes dont un ancien eurodéputé ont été arrêtées vendredi 9 décembre à Bruxelles dans le cadre d’une enquête d’un juge financier sur des soupçons de corruption par un “pays du Golfe” au sein du Parlement européen, a annoncé le parquet fédéral belge.

Le pays n’est pas nommé par le parquet. Selon le journal belge Le Soir, il s’agit du Qatar, dont des responsables auraient tenté de corrompre un élu socialiste italien qui fut eurodéputé de 2004 à 2019.

L’enquête vise entre autres des faits de “corruption” et de “blanchiment d’argent” en bande organisée, selon un communiqué du parquet.

France 24

En lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux