Fdesouche

Les habitants des quartiers nord témoignent de scènes d’incivilités quotidiennes, les gendarmes ont été agressés la nuit d’Halloween, trois épisodes d’échanges de coups de feu se sont produits au mois d’août. Le maire assure que ce n’est pas pire qu’ailleurs. L’opposition réclame plus de policiers.

Muret est la quatrième ville de Haute-Garonne. 25.000 habitants. 25 km au sud de Toulouse. Lors de la nuit d’Halloween la place Maïmat et l’avenue de l’Europe au nord de la ville ont été le théâtre de très vives tensions entre plusieurs dizaines de jeunes et les gendarmes. Un pavé n’est pas passé loin de la tête d’un militaire et a atterri dans le pare-brise d’un véhicule de patrouille. 

(…) Le maire de Muret, le socialiste André Mandement assure que tout va bien dans sa ville : “il n’y a pas de problème d’insécurité à Muret (…) les chiffres donnés par la gendarmerie sont en nette amélioration, mais c’est comme la météo il y a la température réelle et la température ressentie“. Face aux témoignages de sentiment d’insécurité recueillis dans les quartiers nord, l’édile explique :

“Le vote Rassemblement national est conséquent à Muret donc les gens sont sensibles à tous ces trucs là.” – André Mandement

Derrière la polémique sur le nombre de caméras de vidéo protection et de policiers municipaux se cache la réalité des actes de violence. Des armes de poing circulent dans les quartiers nord de Muret, l’été dernier des échanges de coups de feu ont eu lieu, à trois reprises. Sur place, les riverains expliquent ne plus sortir la nuit, les parents craignent pour la sécurité de leurs enfants, les personnes âgées redoutent l’agression. Tous dépeignent des rues sales avec comme épicentre le parking face au cinéma : jonché chaque matin de détritus, avec parfois des seringues. (…)

“Ce qui se fait à Muret pour lutter contre la délinquance, c’est fermer les yeux, on n’est pas serein, il est hors de question ma fille sorte la nuit dans certains quartiers.” – Chris agent d’entretien

(…) La gendarmerie parle de groupes de jeunes livrés à eux-mêmes et de trafic de drogues : résine, herbe de cannabis, un peu aussi d’ecstasy et de coke. Si les chiffres officiels évoquent une baisse de la délinquance, les épisodes de violences urbaines sont en revanche de plus en plus durs avec lors de la nuit d’Halloween des gendarmes pris pour cible pour la première fois par des tirs de mortiers d’artifice.  

France Bleu


Fdesouche sur les réseaux sociaux