Fdesouche

Pour de bonnes raisons, l’Amazonie est sous le feu des projecteurs du monde entier. Mais ces projecteurs, centrés sur le Brésil, la Colombie et la Bolivie, traitent la destruction accélérée de l’Amazonie vénézuélienne comme un sujet secondaire. Les grandes organisations internationales, les écologistes et les scientifiques ont tendance à ne pas aborder cette région vitale dans leurs discussions ou leurs programmes. S’ils veulent éviter le redoutable “point de basculement” dans la destruction de l’Amazonie, ils doivent reconnaître ce qui se passe au Venezuela.

Environ 60 % du territoire vénézuélien – 550 000 kilomètres carrés – appartient au biome amazonien, ce qui représente 8 % de l’étendue du biome. Plus important encore, le Venezuela représente près de 20 % du bouclier guyanais, une formation géologique unique au monde, vieille d’environ 1,7 milliard d’années. Il est fortement boisé et constitue l’un des joyaux du biome amazonien. Mais le Venezuela a le taux de déforestation le plus rapide des Néotropiques (les régions tropicales de l’hémisphère occidental) et le cinquième taux le plus rapide au monde, avec un total de 1,4 million d’hectares perdus entre 2016 et 2021.

L’un des principaux moteurs de cette déforestation est le cadre politique entourant l’Arco Minero de Orinoco (AMO), ou Arc minier de l’Orénoque. En 2016, le gouvernement du président Nicolás Maduro a illégalement créé l’AMO sans l’approbation de l’Assemblée nationale, en lui attribuant 12 % du territoire du pays – une superficie plus grande que le Portugal.

Cette mesure visait à donner à l’activité minière une apparence de légitimité et de réglementation. Cependant, l’AMO a poussé les activités minières dans des territoires bien au-delà de ses frontières supposées. Il s’agit notamment de zones protégées vierges, dont le parc national de Canaima, site du patrimoine mondial, où se trouvent les chutes Angel, la plus haute chute d’eau de la planète, et les territoires ancestraux de divers peuples autochtones, dont les Pemon, les Yanomami et les Yek’wana, entre autres.

Aujourd’hui, une ruée chaotique d’extraction de ressources naturelles – or, diamants, coltan et terres rares – dévaste l’Amazonie vénézuélienne et surtout la région du bouclier guyanais. L’AMO a encouragé l’exploitation minière informelle, en facilitant les processus d’autorisation et d’inspection et en permettant aux mines de contourner les réglementations environnementales. Dans ce cadre, des groupes armés illégaux alliés au gouvernement continuent de mener des opérations minières particulièrement destructrices, reversant une grande partie des richesses qu’ils extraient aux hauts responsables de l’armée et du gouvernement. Les autorités civiles et militaires qui répondent à Maduro et à sa clique contrôlent l’accès au carburant, au mercure, aux pompes à moteur et aux zones minières – et profitent largement de ce contrôle.

The Economist a récemment observé que le monde entrait dans une ère de collecte de renseignements de source ouverte. Le gouvernement Maduro n’a plus le monopole de l’information sur cette région, aussi éloignée soit-elle, et sur l’impact de ses politiques sur les populations et l’environnement. SOSOrinoco et d’autres organisations comme Bellingcat ont révélé la dimension criminelle des politiques minières du gouvernement Maduro en cartographiant l’expansion de l’exploitation minière illégale en Amazonie vénézuélienne. SOSOrinoco a révélé, par exemple, un énorme complexe d’exploitation minière illégale dans le parc national de Yapacana, qui est devenu un bastion de la guérilla colombienne. Yapacana est la plus grande zone d’exploitation minière illégale de tout le biome amazonien.

En septembre, une mission d’enquête du Conseil des droits de l’homme des Nations unies (CDHNU) a publié un rapport attendu depuis longtemps, qui décrit en détail les horreurs humaines et environnementales qui se produisent en Amazonie vénézuélienne. Ses conclusions, ainsi que les rapports de l’OCDE, de Transparencia Venezuela et de SOSOrinoco, entre autres, montrent que les violations généralisées des droits humains et environnementaux ne sont pas dues à une simple négligence de la part du gouvernement Maduro. Elles sont plutôt le résultat de ses actions et de ses politiques. En septembre, un rapport de l’OCDE a déclaré que “les recherches indiquent que tout l’or provenant du Venezuela devrait être considéré comme à haut risque.” Le Venezuela a refusé de signer l’accord d’Escazú ou de ratifier la Convention de Minamata, qui limite l’utilisation du mercure dans le monde.

Et pourtant, les discussions et les programmes internationaux ont tendance à ignorer le chaos environnemental qui se déroule au Venezuela. Des organisations comme le World Wildlife Fund, Conservation International, The Nature Conservancy et d’autres ont toutes quitté le Venezuela au début des années 2000. Comme d’autres groupes de pression importants, Greenpeace n’a jamais lancé de campagne pour protéger les forêts amazoniennes du Venezuela. D’importants bailleurs de fonds tels que l’Agence norvégienne de coopération au développement et la Fondation Gordon et Betty Moore n’incluent pas le Venezuela dans leurs programmes de conservation.

Alors pourquoi les écologistes n’accordent-ils pas la même attention à Maduro qu’au président Jair Bolsonaro du Brésil, par exemple ? Pour sa part, la Norvège donne peut-être la priorité à son rôle à court terme de facilitateur des négociations entre Maduro et l’opposition vénézuélienne.

L’accaparement illégal de terres, la déforestation et une ruée minière incontrôlée dans les zones protégées de la forêt tropicale ont créé une tempête parfaite de dégradation environnementale et de crise humanitaire. La communauté internationale doit réagir en conséquence et inclure l’Amazonie vénézuélienne dans sa planification et sa programmation. Le biome amazonien ne s’arrête pas aux frontières nationales et les discours de la communauté internationale sur l’Amazonie ne devraient pas s’y arrêter non plus.

America’s Quaterly


Fdesouche sur les réseaux sociaux