Fdesouche

L’utilisation de jet-skis par les migrants pour entrer illégalement en Espagne depuis les côtes marocaines a pris de l’ampleur ces derniers mois. Les forces de sécurité du pays arrivent difficilement à détecter ces engins sur les radars et donc à arrêter ces migrants et les trafiquants d’êtres humains qui les transportent. es clandestins marocains payent jusqu’à 10 000 euros pour aller en Jet-ski en Espagne.

« Ces dernières semaines, les arrivées de Marocains dans la péninsule par le biais de jet-skis se sont multipliées. Ces engins sont utilisés par les organisations criminelles dédiées à la traite des êtres humains qui facturent jusqu’à 10 000 euros par billet », ont indiqué des sources de la Garde civile à El Confidencial, soulignant que les migrants, victimes de ces réseaux criminels, « n’ont pas conscience du danger auxquels ils s’exposent en se lançant dans un tel périple. Car les jet-skis ont une autonomie bien spécifique qui « varie en fonction du nombre d’occupants, de la vitesse, des vagues… ».

Les flux migratoires ont sensiblement baissé depuis le changement de position de l’Espagne sur le Sahara en mars, en raison du renforcement du contrôle sur les côtes par les autorités marocaines. Mais de plus en plus, les réseaux de traite des êtres humains ont repris les différentes routes migratoires vers Sebta, Melilla, les côtes canariennes ou andalouses et les îles Baléares.

Selon les données publiées par le ministère de l’Intérieur, 23 197 migrants sont arrivés en Espagne au cours des neuf premiers mois de 2022, contre 28 729 à la même période de 2021. En revanche, le flux migratoire a curieusement connu une hausse de plus de 23 % par les voies terrestres, notamment Sebta et Melilla, au cours des trois premiers trimestres de cette année, atteignant 1 969 migrants.

bladi


Fdesouche sur les réseaux sociaux