Fdesouche

J’ai été de gauche [“liberal”]. Je le suis toujours, dans le sens où je suis de la gauche plus classique [“classic liberal”]; je crois à la liberté d’expression, au respect des procédures, à la Constitution et aux droits civils. Mais le libertarianisme [“political liberalism”] semble m’avoir dépassée et, à mon avis, s’est transformé en une forme très idéologique de gauchisme. Aujourd’hui, je me sens donc politiquement sans domicile fixe. Je n’adhère pas vraiment à l’un ou l’autre des grands partis politiques.

Pendant de nombreuses années, j’ai travaillé comme avocate dans un cabinet privé, en me concentrant sur le droit de la famille. J’ai également un diplôme en psychologie et j’ai travaillé comme thérapeute. Le droit de la famille était donc un bon moyen de mettre à profit ces deux domaines, et j’ai trouvé gratifiant de représenter des victimes de violence domestique. J’ai même fait des heures de bénévolat dans ce domaine ; un aspect que je détestais dans la pratique privée, c’était quand quelqu’un venait avec une histoire horrible, mais qu’il n’avait pas l’argent pour payer un avocat. Cela me tuait toujours.

Lorsque mon employeur actuel a eu un poste à pourvoir, j’ai sauté sur l’occasion parce que je voulais représenter des victimes de violence domestique sans me préoccuper de savoir qui avait l’argent pour payer et qui ne l’avait pas. J’ai senti que c’était une merveilleuse opportunité pour moi et j’aime vraiment ce travail.

Nous sommes basés à Philadelphie, et malheureusement, Philadelphie a beaucoup de problèmes de criminalité, de pauvreté et de violence domestique. La plupart de nos clients sont des personnes de couleur, et lorsque George Floyd a été assassiné en juin 2020, notre lieu de travail a organisé des réunions à ce sujet ; tout le monde était bouleversé.

Cela a évolué vers ce que l’on a appelé plus tard des sessions de diversité, d’équité et d’inclusion (DEI), où nous avions des groupes d’affinité où le personnel était séparé en groupes basés sur l’ethnicité, par exemple en un groupe de blancs et un groupe de noirs. On m’a dit que je devais assister à une réunion du groupe d’affinité des Blancs, mais j’ai fini par obtenir la permission de ne pas y assister, car je n’étais vraiment pas d’accord avec le fait d’être séparés par la race.

J’avais également le sentiment qu’en tant que juive, la dernière chose que je voulais faire était d’être séparé par la race. Je n’avais pas l’impression que quelque chose de productif allait en sortir. Et je trouvais que c’était très régressif. Je pensais que nous n’avions pas besoin d’écouter un groupe plutôt qu’un autre et de nous diviser en groupes, nous devions nous rassembler davantage et être plus humanistes. Pour moi, c’était la seule façon de lutter contre le racisme.

J’ai trouvé que l’approche de mon organisation était très conflictuelle et qu’elle nous faisait perdre du temps dans notre mission. Je ne pense pas que cela ait aidé concrètement les survivants de la violence domestique. Je ne pense pas non plus que cela ait accompli quoi que ce soit de concret. C’était donc beaucoup d’heures perdues, ce qui signifie un gaspillage d’argent. Car, bien sûr, le temps, c’est de l’argent dans toute organisation ou entreprise.

Nicole Levitt a déposé une plainte auprès de l’ EOCC [US Equal Employment Opportunity Commission] contre son employeur, après avoir été invitée à accepter un “contrat complet sur les valeurs” transmis par courrier électronique et comprenant un point indiquant que les employés blancs devaient “accepter que tous les Blancs sont racistes et que je ne suis pas une exception”. NICOLE LEVITT

J’ai toujours été catégoriquement opposé au racisme. J’ai rejoint le comité d’équité raciale à mon travail en 2020, mais au fil du temps, j’ai personnellement trouvé que le langage utilisé à l’encontre des personnes blanches était très déshumanisant. J’ai également découvert qu’il devait y avoir une différence dans les allocations versées aux membres du groupe de travail sur l’audit de l’équité raciale (“REAT”), les membres noirs du REAT étant mieux payés que leurs homologues blancs. Cela semblait non seulement incorrect, mais aussi illégal, une violation des lois américaines sur les droits civils.

L’argumentation était que nous travaillions avec des personnes de couleur et que nous devions donc penser d’une certaine manière pour les représenter correctement. Mais je refuse que quiconque me dise comment penser. Et le fait que vous ne pouviez pas être en désaccord avec cette idéologie sans être pointé du doigt était très inquiétant. C’était un signal d’alarme pour moi.

À un moment donné, j’ai demandé qu’un article sur l’antisémitisme soit inclus dans les ressources antiracistes de l’entreprise, où l’on trouve des informations sur l’islamophobie et d’autres préjugés subis par les minorités. Ma demande a été rejetée. On m’a dit que la décision avait été prise il y a un certain temps de ne pas inclure ce matériel.

Mon entreprise a déclaré qu’elle avait pris la parole contre l’antisémitisme, mais lorsque j’ai répondu à un courriel à ce sujet, cela a déclenché une grosse polémique où mes motivations et le moment choisi ont été remis en question, certaines personnes suggérant que je mettais en avant les agresseurs antisémites noirs afin de semer la division. Cela m’a paru très injuste. Pourquoi le groupe religieux le plus visé par les crimes haineux en Amérique ne devrait-il pas faire partie du débat sur la DEI ? Pourquoi le fait de se concentrer sur la douleur d’une communauté signifie-t-il qu’il n’y a pas de place pour se concentrer sur les autres ?

Pendant ce temps, l’une des formations qui m’a été dispensée indiquait que la suprématie blanche est “un brouillard que nous ingérons tous”. Une autre portait sur la façon dont notre organisation était complice du racisme systémique et de la suprématie blanche. Il était évident que si vous êtes blanc, vous êtes raciste. On m’a même demandé d’accepter un “Contrat de valeur totale” partagé par e-mail, qui comprenait un point disant que nous devions “Intégrer que tous les Blancs sont racistes et que je ne suis pas l’exception”.

Le “contrat complet de valeurs” était destiné à régir notre comportement lors des réunions du Centre Légal. Je pensais que tout le reste de ce “contrat complet de valeurs” était correct. Mais il y avait cette ligne qui affirmait que tous les blancs sont racistes et que je ne suis pas l’exception. C’était ma seule objection.

Nous sommes des avocats, et nous regardons les mots, et nous prenons le sens des mots au sérieux. Et nous n’allons pas arrêter de le faire. J’ai donc refusé d’accepter d’utiliser des mots qui, selon moi, divisent les gens.

On m’a finalement dit que je devais assister à une réunion avec le consultant DEI de l’époque, qui, selon mon entreprise, a été présentée comme une alternative à mon retour dans le groupe d’affinité blanc. J’ai choisi d’assister à la réunion avec le consultant DEI. Je décrirais cette réunion comme une tentative de réforme de mes idées, alors que mon entreprise la décrivait comme une opportunité de me soutenir. Je me souviens que la réunion avait pour but de voir si je pouvais être en sécurité auprès de mes collègues et des clients de couleur.

J’ai effectivement écouté la formation. Mais je n’ai pas adhéré à une idéologie que je pensais raciste. Je ne pense pas que l’on puisse résoudre le racisme par ce que j’ai perçu comme étant plus de racisme. Vous ne pouvez pas résoudre le racisme à l’égard des Noirs et des personnes de couleur en dénigrant, comme je l’ai vu, les personnes qui ne sont pas de couleur.

Je ne crois pas que l’Amérique soit un pays raciste. Je crois que nous n’avons pas toujours été fidèles à nos idéaux. Et nous avons beaucoup de travail à faire. Mais je ne pense pas que nous soyons un pays intrinsèquement raciste. Je crois que le projet 1619 a une part de vérité. Mais ce n’est pas toute la vérité sur ce que représente ce pays. Et il a été présenté comme la vérité sur l’Amérique dans certaines de nos sessions de formation. Quand il n’y a pas d’autres opinions dissidentes présentées, comment cela peut-il être utile dans un environnement de bureau ?

Je sais que le racisme existe, et je veux l’éliminer. En disant que l’Amérique n’est pas un pays raciste, je ne nie pas que le racisme existe. Il est là. Mais je ne crois pas personnellement que l’idée d’Ibram X. Kendi sur l’antiracisme – qui stipule en partie que la seule façon de s’attaquer à la discrimination raciste antérieure est la discrimination antiraciste actuelle – va éliminer le racisme, je pense personnellement qu’elle va l’aggraver. En dressant les différentes identités les unes contre les autres. Je ne pense pas que ce soit la façon dont nous devrions fonctionner dans ce pays. Et en tant qu’avocat, je pense qu’une grande partie de ce que j’ai vécu a violé les lois sur les droits civils.

J’ai donc déposé une plainte auprès de la Commission pour l’égalité des chances en matière d’emploi (EEOC) contre mon employeur pour avoir désigné les Blancs afin qu’ils acceptent un “contrat de valeur totale”, ou un ensemble de normes sur le lieu de travail, en disant qu’ils sont racistes. Je pense que cela constitue une violation du titre VII de la loi sur les droits civils de 1964 et de la loi sur les relations humaines de Pennsylvanie. Vous n’avez pas le droit de prendre pour bouc émissaire une race quelconque, y compris les Blancs, dans quelque but que ce soit. Une atmosphère racialement hostile est une atmosphère dans laquelle il y a constamment des messages de stéréotype, de discrimination, de bouc émissaire envers une race, et c’est ce que je pense avoir vécu.

Je ne voulais pas prendre cette mesure, mais j’ai l’impression d’avoir été mise au pied du mur. J’aime vraiment mon travail et je ne veux pas le mettre en péril. Mais à un certain moment, j’ai senti que je ne pouvais pas avoir mon intégrité et ne pas parler. Il s’agissait de me protéger.

Si mes clients étaient victimes de racisme et que je pouvais faire quelque chose pour y remédier, je le ferais certainement. Si j’étais témoin d’un cas de racisme, je ferais quelque chose, mais ça n’a pas été le cas.

Ma relation avec mes clients de couleur est très bonne. Je les représente au mieux de mes capacités. Et je reçois beaucoup de commentaires positifs. Ma relation avec mes collègues noirs a toujours été bonne, elle a toujours été amicale. Je ne sais vraiment pas comment c’est maintenant ; c’est ostensiblement professionnel, mais je ne sais pas quels sont les sentiments sous-jacents. Je ne cherche pas à savoir, tant que nous pouvons tous nous entendre professionnellement et continuer à faire notre travail et à servir nos clients.

Je pense qu’une meilleure approche serait quelque chose de plus humaniste qui ne nous divise pas en différents groupes, quelque chose qui, à mon avis, ne déshumanise pas, ne stéréotype pas, ne désigne pas une race plutôt qu’une autre comme bouc émissaire, et n’attribue pas de caractéristiques à une race plutôt qu’à une autre. Quelque chose qui rassemble les gens.

Il existe des formes d’antiracisme avec lesquelles je suis d’accord ; Sheena Mason en a une qui s’appelle la théorie de l’absence de race. Pour moi, ces programmes ne divisent pas, ils rassemblent les gens. Et c’est la seule façon dont je pense que le véritable antiracisme peut être accompli.

De nombreuses personnes, blanches ou de couleur, m’ont contacté pour me dire qu’elles avaient le même problème ou qu’elles avaient vécu la même chose. Ils m’ont remercié de m’être exprimé et m’ont dit que je les avais vraiment aidés. Évidemment, j’ai aussi reçu beaucoup de commentaires très négatifs. Mais je commence à avoir la peau dure et ce n’est pas une mauvaise chose.

Là où le racisme existe, je veux l’éradiquer. Mais je ne crois pas qu’il existe partout. Je ne crois pas que le racisme soit la cause unique de toutes les disparités entre les groupes. Je pense qu’il faut se méfier des explications mono-causales pour les problèmes complexes.

J’ai appris qu’il vaut la peine de défendre ses idéaux, mais qu’il y a un prix à payer.

Je pense que vous allez payer un prix plus élevé si vous ne le faites pas, en termes d’intégrité. Et si vous vous battez, cela peut aider d’autres personnes à se battre. J’espère l’avoir fait de la manière la plus aimable possible. Je sais que la plupart des personnes qui ne sont pas d’accord avec moi le font pour de bonnes raisons. Parce qu’ils voient un problème et veulent le résoudre. Mon problème est que je pense que le remède que j’ai expérimenté aggrave la maladie.

Newsweek

Hier:

( Merci à woke wokisme )


Fdesouche sur les réseaux sociaux