Fdesouche

L’ancien Premier ministre de François Hollande, qui a rendu sa carte du PS après l’alliance avec la Nupes, a publié un manifeste appelant à une autre gauche. Parmi ses valeurs cardinales : la laïcité. On trouve pourtant parmi les signataires une certaine Anne-Lise Dufour-Tonini, maire de Denain et longtemps proche de la famille de l’imam Hassan Iquioussen, dont le gouvernement a souhaité l’expulsion.

Défendre la laïcité… mais avec qui ? L’ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve a publié dimanche 4 septembre un manifeste appelant à la constitution d’une « autre gauche ». L’objectif : lutter contre l’hégémonie de la Nupes et particulièrement celle de Jean-Luc Mélenchon, accusé d’avoir « toutouisé » la gauche, déclarait-il au Journal du Dimanche. Parmi les valeurs mises en avant par le manifeste, un éloge de la laïcité, « ce trésor commun qu’il nous faut défendre sans relâche » notamment face « à l’affirmation d’un islam politique qui hait l’universalisme français et soumet nos compatriotes de confession musulmane au joug d’une radicalité religieuse ».

Noble priorité mais… Parmi les signataires du texte s’est glissé le nom d’une personnalité controversée sur la question : Anne-Lise Dufour-Tonini, maire de Denain (Nord). Celle-ci a d’ailleurs récemment dû s’expliquer sur ses liens avec le prédicateur musulman Hassan Iquioussen, lié aux Frères musulmans, un des piliers de l’UOIF aujourd’hui sous le coup d’une mesure d’expulsion pour ses propos antisémites, misogynes et complotistes. Il est reproché à l’édile d’avoir été proche de l’imam et de sa famille, notamment de son fils Sofiane, qui a travaillé sur sa campagne municipale de 2020.

Marianne


Fdesouche sur les réseaux sociaux