Fdesouche

Les Lionnes (NDR : le surnom de l’équipe d’Angleterre de football) ont remporté leur match d’ouverture 1-0 contre l’Autriche à Old Trafford et même s’il y avait à s’en rejouir, cela a également mis en évidence un problème de longue date du football féminin : le manque de diversité. 

L’équipe affrontant l’Autriche était entièrement blanche. A travers son travail, ce sont ces structures que Fadumo remet en cause. 

Dans un article récent, Fadumo a écrit sur le vote du Sénat pour interdire les voiles islamiques :

En tant que femme musulmane, je connais le pouvoir du sport, je l’ai constaté avec les jeunes avec qui j’ai travaillé. Mais lorsqu’une loi comme celle-ci est approuvée, sans tollé ni opposition, on a l’impression que nous ne pourrons jamais gagner.”

“Lorsque les femmes musulmanes se taisent, nous sommes considérées comme victimes de notre foi, enchaînées par nos hijabs et opprimées. Pourtant, lorsque nous parlons ou assumons nos choix, nous sommes perçues comme si nous imposions l’islam dans le monde. La force d’une femme et sa capacité à jouer ne sont pas minimisées par les vêtements qu’elle choisit de porter”.

Women in journalism

15/04/2021

La chroniqueuse “sport féminin” du quotidien britannique The Daily Telegraph, Fadumo Olow, s’indigne à la perspective de voir les jeunes musulmanes empêchées d’arborer le foulard islamique.

La journaliste du titre orienté à droite s’inquiète surtout de la persistance de l’interdiction du voile dans le domaine du sport.

Cet état de fait est mis en balance avec le succès de l’équipe nationale masculine, où évoluent une part non négligeable de joueurs musulmans :

Trois ans seulement après que sept musulmans ont remporté la Coupe du monde, les musulmanes qui portent le hijab ne peuvent pas participer à des compétitions locales, ce qui limite leurs chances d’atteindre les plus hauts niveaux de la compétition. Le message est clair : les musulmans sont les bienvenus, mais leur visibilité ne l’est pas. Et comme c’est trop souvent le cas, ce sont les femmes qui en subissent les conséquences.”

Elle plaide donc pour que les jeunes musulmanes soient mieux intégrées et que les conditions soient réunies pour leur ouvrir plus largement la pratique sportive.

“La France s’imagine que ce faisant elle libère les musulmanes de l’oppression. Mais partir du principe que les musulmanes éprouvent un ‘complexe d’infériorité’ est absurde, insultant et va à l’encontre de l’émancipation.”

En conclusion, la journaliste dénonce un projet de loi liberticide, où des politiciens décident à la place des femmes de ce qu’elles doivent porter.

Forcer les femmes à s’habiller de telle ou de telle façon est un abus de pouvoir, mais n’est-ce pas scandaleux d’obliger des femmes à retirer un vêtement ? Que ce soit dans le sport ou ailleurs.

Courrier international


Fdesouche sur les réseaux sociaux