Fdesouche

29/08/2022

Quelque 700 imams et prêcheurs musulmans du Burkina Faso ont dénoncé lundi «l’intolérance religieuse et ethnique» après des appels au meurtre contre les Peuls de ce pays en proie à la violence djihadiste.

«Nous, Burkinabé, jouons un rôle autodestructeur pernicieux (…) en propageant des messages incitant à l’intolérance religieuse et ethnique qui peuvent être sources d’affrontements extrêmement violents», indique une déclaration de Moussa Kouanda, président de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB), publiée à l’issue d’un séminaire ayant rassemblé à Ouagadougou plus de 700 imams et prêcheurs.

[…]

Le Figaro


18/08/2022

Le gouvernement du Burkina Faso a vivement condamné et mis en garde jeudi 18 août contre des appels « au meurtre » et « à l’épuration ethnique » relayés récemment sur les réseaux sociaux, visant la minorité peule du pays.

Ces appels, sous forme d’enregistrements audio postés principalement sur le réseau WhatsApp, invitaient les populations « autochtones » à s’en prendre par le meurtre et les exactions aux Peuls de leur région, en particulier dans le sud-ouest du pays frontalier de la Côte d’Ivoire.

[…]

« Le risque d’une vraie guerre civile »

Selon M. Bilgo, « il s’agit bien de discours haineux, subversifs, dangereux et inacceptables dans un pays riche et diversifié comme le Burkina Faso », qui imposent « d’agir résolument et fermement avant que l’irréparable ne se produise ». Ils appellent à « une condamnation sans réserve et sans ambiguïté ».

Des Peuls ayant rejoint des groupes djihadistes qui ensanglantent le Burkina Faso depuis sept ans, l’amalgame « Peul égal terroriste » est régulièrement établi, ce qui attise les tensions entre communautés.

[…]

Le Monde

La contagion djihadiste au Sahel a gagné le Burkina Faso, devenu le nouvel épicentre de la violence terroriste en Afrique de l’Ouest. Dans ce pays jadis modèle de cohésion sociale, la poussée djihadiste se fait sur l’instrumentalisation des différends communautaires. En première ligne : les Peuls.

Radio France


Fdesouche sur les réseaux sociaux