Fdesouche

Piacenza (Italie) : affrontement politique après la diffusion d’une vidéo qui fait polémique sur le viol en pleine rue d’une Ukrainienne de 55 ans par un demandeur d’asile guinéen de 27 ans, il a été interpellé

L’homme, d’origine étrangère, a été arrêté dans la rue par la police. L’affrontement politique sur la sécurité et les images se propagent en ligne.

Une Ukrainienne de 55 ans a été violée à Piacenza. Le viol a eu lieu à l’aube et l’agresseur est un homme de 27 ans, arrêté à l’aube par la police de la municipalité. La victime, vers 6 heures du matin, marchait seule dans le centre historique de la ville émilienne lorsqu’elle a été attaquée et jetée au sol sur le trottoir par le jeune homme qui a commencé à la violer. Un habitant a entendu les appels à l’aide et a appelé la police. L’homme de 27 ans, originaire de Guinée et ayant le statut de demandeur d’asile, a été arrêté pour violences sexuelles et est maintenant en prison. La femme, quant à elle, est admise à l’hôpital de Piacenza en état de choc.

Les images choquantes partagées par la dirigeante de Fratelli d’Italia sur ses profils sociaux.


Pour dénoncer fermement l’affaire, le dirigean de Fratelli d’Italia, qui a diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo documentant les violences. « Nous ne pouvons pas rester silencieux face à cet épisode atroce de violences sexuelles contre une femme ukrainienne perpétrées pendant la journée à Piacenza par un demandeur d’asile. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour rétablir la sécurité dans nos villes. »

Mais le choix du leader de Fratelli d’Italia n’a pas rencontré la faveur d’Enrico Letta : « Je lance un appel à tout le monde car nous sommes tous dans les limites de la dignité et de la décence. La vidéo postée par Giorgia Meloni sur un viol est une vidéo indécente. J’invite tout le monde à faire une campagne contre. Vous ne pouvez pas manquer de respect aux droits des gens. »

Carlo Calenda, dirigeant d’Azione, est du même avis : « Dénoncer le viol, oui. Le montrer à des fins de campagne est un acte immoral et irrespectueux en premier lieu pour la femme qui l’a subi, qui ne voudrait certainement pas être exposée sur les médias sociaux de cette façon.“, Giorgia Meloni⁩ vergognati.

Giorgia Meloni a immédiatement répondu, écrivant sur son profil Facebook: « Je ne permets pas à Enrico Letta de répandre des mensonges à mon sujet et de faire une propagande sinistre sur le viol très grave à Piacenza. La vidéo publiée sur mes réseaux sociaux est floutée pour ne pas reconnaître la victime et est tirée du site d’un important journal national, contrairement à ce qu’il prétendait. Ces méthodes diffamatoires et déformant la réalité sont maintenant caractéristiques d’une gauche en désarroi, nous le savons tous depuis un certain temps, mais il y a une limite à tout. Surtout quand il s’agit de viol et de violence à l’égard des femmes. Et j’ai franchement honte des dirigeants politiques qui, tout en utilisant le viol pour m’attaquer, ne dépensent pas un mot de solidarité pour la victime, évidemment de peur d’avoir à faire face à la question de l’urgence sécuritaire aggravée ».

Il Giornale d’Italia / Rai News


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux