Fdesouche

Le hotspot de Lampedusa est dans des conditions sanitaires pitoyables, les installations s’effondrent. Dans l’installation qui, sur le papier, ne pouvait accueillir plus de 200 personnes, il y en a environ 1100, originaires pour la plupart du Bangladesh, de Tunisie, d’Égypte et de Syrie ; il n’y a pas d’eau depuis deux jours, les ordures sont partout, les lixiviats envahissent les rues du centre d’accueil. Dans tout cela, la surveillance est confiée à trois équipes d’agents, à peine 30 hommes en tout, contraints à des quarts de travail de 14 à 16 heures et à des conditions de travail inacceptables. Dans les semaines à venir, la situation ne fera qu’empirer. Nous ne pouvons pas continuer comme ça : nous avons besoin de renforts immédiats et, surtout, nous avons besoin d’une politique migratoire sérieuse“. C’est ce qu’a déclaré le secrétaire général de la Coisp, Domenico Pianese, dans une note.

Coisp

(Merci à Miro)


Fdesouche sur les réseaux sociaux