Fdesouche

Bamdad Amin, « un prédateur sexuel », condamné à 2 ans ferme pour deux viols et une agression sexuelle en récidive. Il ressort libre du tribunal (MàJ : son lourd casier sans le moindre séjour en prison)

02/07/2022

De fait, le casier judiciaire de Bamdad A. est loin d’être vierge. Il a été condamné une première fois en 2010 pour des faits de vol en réunion, puis en 2015 pour port d’arme blanche et outrage sur une personne dépositaire de l’autorité publique. Pour cette seconde condamnation, sa peine de trois mois d’emprisonnement est finalement transformée en travaux d’intérêt général.

Le 5 janvier 2016, il est à nouveau condamné, cette fois pour des faits d’agression sexuelle sur trois mineurs, victimes de ces agissements au cours des années 2009, 2010 et 2012. Le tribunal le condamne alors à un an de prison avec une mise à l’épreuve de trois ans (expirée aujourd’hui, puisqu’elle courait jusqu’en 2019), durant lesquels il doit se tenir tranquille, sans quoi il passe derrière les barreaux pour de bon.

Ce qui ne l’empêche pas d’agresser sexuellement, sept mois après cette condamnation, Candida F., puis de récidiver le 9 octobre avec Karine Sanzalone, qu’il viole dans son taxi. Le 12 octobre 2016, Bamdad A. est condamné pour des violences commises en avril de la même année, et ayant entrainé une incapacité supérieure à 8 jours.

Mais la justice ne l’envoie toujours pas en prison et lui inflige à la place une suspension de son permis de conduire pendant 1 an. Neuf jours plus tard, alors qu’il n’a plus le droit de conduire, il croise la route de Samantha C., qu’il viole après l’avoir fait monter dans son taxi.

Valeurs Actuelles


01/07/2022

Témoignage de la mère de Samantha, l’une des deux femmes violées par Bamdad Amin

« Pour l’instant, le bracelet électronique, il ne l’a pas. Il est libre. Il est reparti (du tribunal) avec sa femme, il est tombé dans les bras de son avocate, tout content d’avoir gagné »

(…) Alexandra, la mère de Samantha, parle même de « douze jeunes filles » qui auraient eu à faire aux agissements du prédateur. « Avec ce verdict de le laisser en liberté, vous pensez qu’elles vont avoir envie de venir (porter plainte contre lui) ? », a-t-elle questionné.

CNews


Après l’appel à l’aide lancé par Karine sur les réseaux sociaux, le parquet a décidé de faire appel concernant la condamnation à deux ans de prison ferme de Bamdad A., jugé pour viols et agression sexuelle. Sur BFMTV ce vendredi, une autre victime témoigne.



(…) La cour d’assise a bien rappelé, dans ses motivations, la “gravité” et la “multiplicité des faits” sur des victimes “en état de vulnérabilité”.

Elle a aussi retenu les viols, estimant que la “contrainte morale” était bien caractérisée. “Notamment au regard de la forte insistance et de la pression physique exercée par Bamdad A. dans un habitacle fermé”, précise Le Parisien.

Pourtant, dans son verdict, la cour a retenu la bonne insertion professionnelle de Bamdad A., sa situation “familiale”.

“En fait il a eu cette peine là parce qu’il a eu un enfant, il y a deux ans. Et on veut pas briser la vie d’un père”, dénonce Karine dans sa vidéo, avec un difficile et douloureux ton sarcastique. 

Dans l’attente d’un nouveau procès, Bamdad A. est ressorti libre.

Marie-Claire


30/06/2022



Les deux ans “fermes” seront aménagés sous bracelet électronique.

https://twitter.com/ElsaMargueritat/status/1542289699724820483

Bamdad A, chauffeur de taxi, a été condamné mercredi par la cour d’assises d’Évry-Courcouronnes à six ans de prison — dont deux ferme — pour deux viols et une agression sexuelle en récidive. Une décision qui choque les victimes.

Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, elle apparaît en pleurs devant le tribunal d’Évry-Courcouronnes. La détresse de Karine, 25 ans, a été partagée des centaines de milliers de fois sur Twitter ce jeudi. La veille, la jeune femme sort du procès de son violeur, Bamdad A., jugé par la cour d’assises de l’Essonne cette semaine pour deux viols et une agression sexuelle en l’espace de quelques mois, en 2016, à Massy (Essonne) et à Paris.

(…) Le Parisien


Fdesouche sur les réseaux sociaux