Fdesouche

Dominique Reynié, le 20 juin.


FIGAROVOX/TRIBUNE – Yannis Ezziadi répond aux critiques qui lui ont été adressées après la publication d’un reportage dans lequel il dépeint le quotidien des habitants de Nangis, une commune de Seine-et-Marne marquée par une montée du communautarisme.

(…)

Lui aussi méprise complètement cette problématique du ressenti des «Français de souche» culturellement menacés par un islam d’atmosphère qui les étouffe. Il répond à cette question par un autre ressenti, celui des personnes de confessions musulmanes qui seraient, selon lui, les premières victimes. Ce sont les musulmans qui semblent l’intéresser. Peut-être est-ce moins nauséabond de s’intéresser au ressenti des «musulmans» qu’à celui des «Français de souche». Rien que le terme «Français de souche» ne met à l’aise personne. Les «de souche», circulez – ou souffrez –il n’y a rien à voir ! Voilà une fois de plus le mépris dont ils sont victimes. Une fois de plus, on ne répondra pas à leurs questions pourtant existentielles. Les Nangissiens que j’ai rencontrés ne m’ont pas parlé d’islam radical, de terrorisme ou de charia. Ils m’ont dit que la population grandissante de femmes voilées et d’hommes en djellabas, les commerces communautaires, l’implantation de la mosquée, toutes ces choses qui se voient, qui leur crèvent les yeux, sont autant de signes qui montrent que leur ville est gagnée par le communautarisme. Pas intégriste, pas djihadiste, pas Ben Ladeniste. Musulmane.

Ce qui vous dérange vient de vous, de votre cœur malade et non de délits comptabilisés dans des chiffres officiels retranchés, recoupés, analysés par la science triomphante.

On m’explique que ce que je rapporte dans les pages de Causeur n’a pas d’importance. Ou pire, que ce que je dis avoir vu et entendu n’existe pas. Les chiffres, les études, la science, la loi. Tout cela contre mes yeux et mes oreilles ? Tout cela contre la sensation, contre le cœur ? Lorsqu’un journaliste se rend sur un terrain de guerre afin d’interviewer la population bouleversée, on ne lui rétorque pourtant pas que son travail ne vaut rien car ce n’est que le ressenti des populations qu’il a rencontrées, et qu’il faut des chiffres, des études approfondies pour étayer son propos. C’est pourtant cette arme avec laquelle on m’attaque. Je me promène, je regarde, je discute, j’écoute ce qu’on me dit, je tente de me mettre à la place des habitants pour les comprendre. Voilà un travail qui n’est pas sérieux, qui ne vaut rien. C’est pourtant ce qu’on appelle le reportage. Se rendre sur le lieu d’un événement, récolter sur le vif des témoignages, des informations et en rendre compte dans les pages d’un journal. Mais le reportage, visiblement, n’est valable que pour certains sujets. Pour celui du malaise civilisationnel et de l’insécurité culturelle, il ne compte pas. Voilà pourquoi, chers Nangissiens, ce que vous m’avez raconté n’a aucune importance. Voilà pourquoi un trait sera tiré sur vos paroles qui ne comptent pas. Voilà pourquoi les problèmes qui sont les vôtres ne seront pas réglés. Ce qui vous dérange n’est pas interdit. Ce qui vous dérange vient de vous, de votre cœur malade et non de délits comptabilisés dans des chiffres officiels retranchés, recoupés, analysés par la science triomphante. On vous l’avait pourtant dit qu’il ne fallait pas confondre l’insécurité et le sentiment d’insécurité. Il ne faut pas non plus confondre l’islamisation et le sentiment d’islamisation. Votre ressenti n’est pas scientifique, alors soyez gentils… Gardez vos sentiments pour vous ! Et la prochaine fois, revenez avec des chiffres. À ce moment-là, on verra ce qu’on peut faire !

Figaro Vox


Fdesouche sur les réseaux sociaux