Fdesouche

17/06/22

Voilà qui tombe à pic pour le second tour, dimanche, des élections législatives . La ministre de la Santé et de la Prévention, Brigitte Bourguignon , devrait annoncer la suspension, sans nouvelle concertation des parties prenantes, le projet de création d’un centre de soins pour toxicomanes dans le très chic 16e arrondissement de Paris. Elle l’a assuré par sms à Benjamin Haddad, candidat aux législatives de la majorité présidentielle dans cette circonscription de la capitale. Car le sujet s’y est imposé comme l’enjeu de l’entre-deux-tours, où le macroniste et son adversaire, le maire Les Républicains de l’arrondissement Francis Szpiner, s’affrontent sur cette thématique… tout en étant tous deux opposés à l’installation de la structure.

(…) Le JDD


16/06/22

15/06/22

L’appel à manifester ce vendredi 17 juin a remplacé les visages des candidats évincés dimanche au premier tour des législatives. Sur les panneaux électoraux du quartier d’Auteuil, dans le XVIe arrondissement de Paris, chacun y va de son laïus contre le projet de centre de soin pour toxicomanes que l’agence régionale de santé (ARS) prévoit d’ouvrir dans l’ancien hôpital Chardon-Lagache dans le cadre du plan crack.

Le Parisien

19/05/22

Un centre de soins pour toxicomanes va bientôt entrer en service dans le XVIe arrondissement de Paris alors que les conflits entre riverains et consommateurs de crack s’enlisent au nord-est de la capitale. Cette structure sera dotée de 35 lits.

Pour tenter d’endiguer le phénomène, une structure va bientôt voir le jour. Un centre de soins pour toxicomanes, dont des consommateurs de crack, doté de 35 lits, va bientôt ouvrir dans le XVIe arrondissement de Paris, a indiqué ce mercredi 18 mai l’adjointe à la santé à la mairie de Paris. Alors que la Ville, confrontée au problème des consommateurs de crack dans les arrondissements du nord-est, cherche depuis des mois des lieux d’accueil, l’ouverture dans les prochains mois d’une « structure de stabilisation » dans l’ancien hôpital Chardon-Lagache est une « très bonne nouvelle », a indiqué Anne Souyris mercredi lors d’un point presse.

Selon l’élue écologiste, l’Assistance-Publique – Hôpitaux de Paris (APHP) a répondu à un appel à projet de l’Agence régionale de santé (ARS) pour 25 lits d’accueil médicalisés (LAM) et 10 lits halte soins santé (LHSS), deux types de structures dont l’implantation dans la capitale sera une première. Le fait que cette structure soit située dans un arrondissement très ancré à droite, loin des quartiers les plus touchés par les consommations de drogues dans la rue, participe à la « solidarité territoriale », estime Anne Souyris. « Ce ne sera pas un espace de consommation », a insisté l’adjointe de la maire PS Anne Hidalgo selon laquelle les consommateurs pris en charge « auront déjà effectué un parcours de soins » et seront déjà « stabilisés ».

www.marianne.net


Fdesouche sur les réseaux sociaux