Fdesouche

L’accord de 120 millions de livres sterling du Royaume-Uni pour mettre les demandeurs d’asile sur des vols aller simple vers le Rwanda a soulevé des sourcils dans certaines capitales européennes, mais d’autres sont plus enthousiastes à l’idée. Le Danemark, qui a déjà l’une des politiques d’immigration les plus strictes de l’UE, tente de relancer ses propres pourparlers sur un accord similaire d’argent pour les migrants avec le gouvernement rwandais.

Alors que les discussions sur la réforme des règles communes de l’UE en matière de migration sont au point mort, l’Autriche a également approuvé le principe du modèle anglo-rwandais, bien que sa proposition diffère dans les détails.

Dans le cadre du système britannique, les demandeurs dont les demandes d’asile sont acceptées seront invités à rester au Rwanda. L’Autriche a déclaré qu’en vertu de sa proposition, les demandeurs retenus seraient invités à retourner dans l’UE.

“Ce serait une bonne solution à l’avenir de renvoyer les migrants de l’UE vers des pays tiers et d’y faire examiner leurs demandes d’asile”, a déclaré Gerhard Karner, ministre autrichien de l’Intérieur, à

Die Welt. “Ceux qui n’ont pas droit à une protection doivent retourner dans leur pays d’origine. Ceux qui ont une demande d’asile valable obtiendraient une protection dans l’UE. En retour, nous pourrions apporter un soutien économique à nos partenaires dans les pays tiers.”

L’Autriche, qui est dirigée par une coalition entre le Parti populaire autrichien (OVP) conservateur de Karner et les Verts, a des politiques d’asile relativement strictes depuis la crise migratoire de 2015-16. Celles-ci incluent des pouvoirs pour refouler certains demandeurs d’asile aux frontières du pays et un accord-cadre pour envoyer certains de ceux dont les demandes sont rejetées en Serbie. Plus de 4 000 policiers ont été envoyés pour patrouiller aux frontières, inspectant au hasard des “véhicules à risque” tels que des camionnettes et des camions.

L’ÖVP a été secoué cette semaine par des chiffres montrant qu’environ 16 000 personnes ont demandé l’asile en Autriche au cours des quatre premiers mois de l’année, soit plus du double qu’au cours de la même période l’an dernier.

Vendredi, Karner discutera de l’approche de l’UE en matière de migration avec ses collègues ministres de l’intérieur. Il a déclaré que Bruxelles devait maintenir des restrictions à la liberté de circulation dans la zone Schengen théoriquement libre de circulation, et a fermement rejeté les propositions d’un quota à l’échelle de l’UE pour la répartition des migrants.

Cependant, Karner a noté qu’un système de traitement offshore de style britannique nécessiterait un accord unanime entre les États membres. Cela ne se fera peut-être pas sentir : les responsables allemands ont déclaré qu’ils considéraient l’accord du Royaume-Uni avec le Rwanda comme inefficace et contraire au droit international.

UNHCR


Fdesouche sur les réseaux sociaux