Fdesouche

Un partenariat a été signé entre la ville de Rouen (Seine-Maritime) et la start-up Umay pour l’utilisation sur son territoire d’une application dédiée à la lutte contre le harcèlement de rue qui met notamment en place un réseau d’endroit « sûrs » où se réfugier en cas d’agression.

Depuis quelques jours, le partenariat entre la municipalité de Rouen (Seine-Maritime) et la start-up Umay, qui a créé une application dédiée à la lutte contre le harcèlement de rue, est effectif. C’est le premier qui est signé en Normandie entre une collectivité et la jeune société cofondée et présidée par Pauline Vanderquand.

« L’idée est venue après avoir moi-même été victime d’un harceleur particulièrement menaçant. Lorsque j’ai cherché de l’aide auprès du vigile d’un bar devant lequel je passais il m’a clairement fait comprendre que ce n’était pas son problème et que ce qui se passait dans la rue restait dans la rue… Et je me suis aperçue qu’autour de moi d’autres personnes avaient connu des situations plus ou moins similaires. Ça m’a incitée à agir ».

Lancée en 2019 à Aix-en-Provence, Umay a peu à peu tissé son réseau dans une poignée de villes françaises, mais également auprès des pouvoirs publics. Dotée d’une fonction « SOS » qui permet d’alerter discrètement des personnes de confiance en cas de problème, l’application propose également, grâce à la géolocalisation, de trouver sur son chemin un réseau de « safe places » qui se sont engagées à accueillir toute personne se sentant harcelée ou en danger. « A Rouen, une quarantaine d’endroits (bars, restaurants, commerces, etc..) ont accepté de jouer le jeu et nous espérons en avoir une centaine avant la fin de l’année », précise Pauline Vanderquand.

(…) Le Parisien

(Merci à BB)


Fdesouche sur les réseaux sociaux