Fdesouche

Middle East Eye est en mesure de révéler que les autorités saoudiennes dissimulent des mauvais traitements endémiques ainsi que des conditions de vie déplorables dans des centres de détention pour migrants, tout en continuant d’arrêter des milliers de migrants africains et yéménites.

(…) La police a également ordonné aux personnes sous le coup d’une expulsion de signer une clause de confidentialité leur interdisant de raconter leur expérience aux journalistes.

(…) Le nombre de détenus éthiopiens enfermés dans divers centres de détention pour migrants a gonflé ces derniers mois. Pour tenter d’alléger ce fardeau, les autorités saoudiennes ont conclu en mars un accord avec l’Éthiopie prévoyant le renvoi d’au moins 100 000 Éthiopiens, dont beaucoup ont été arrêtés l’an dernier au cours de vagues de répression contre les migrants.

(…) Depuis la signature d’un accord en mars, des milliers d’Éthiopiens sont rentrés au pays. Mercredi, 1 031 personnes ont atterri dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba.

Cependant, les arrestations massives effectuées par les autorités saoudiennes continuent de viser des milliers de personnes. Ainsi, 15 000 migrants, presque tous éthiopiens et yéménites, ont été arrêtés en une seule semaine en mars.

(…) Trois Éthiopiens expulsés vers leur pays d’origine affirment avoir reçu l’ordre de signer une clause de confidentialité les enjoignant de ne pas parler de ce qu’ils ont vécu pendant leur détention. L’un d’eux a été informé par le responsable que « des poursuites judiciaires seraient engagées contre les contrevenants, même en Éthiopie ».

D’autres, en revanche, n’étaient pas vraiment des migrants, mais des enfants nés en Arabie saoudite de migrants éthiopiens, que la loi saoudienne prive de citoyenneté. 

Aisha, 18 ans, a passé quatre mois à al-Shumaisi avant d’être placée à bord d’un vol vers le pays de ses parents. Elle se souvient de la nuit au cours de laquelle la police de l’immigration, appelée « jawazat », a effectué une descente au domicile familial à La Mecque et l’a arrêtée avec son frère et son père.

Aisha et son frère sont tous deux nés en Arabie saoudite et y vivaient depuis toujours.

(…) Middle East Eye

(Merci à Adri)


Fdesouche sur les réseaux sociaux