Fdesouche

11/05/22

Depuis quelques quelques jours, des agressions violentes en chaine se succèdent dans les bus du réseau Star de Rennes. Les chauffeurs sont victimes d’une insécurité grandissante. Ce jeudi 5 mai, une réunion s’est tenue entre la direction et la CGT après le dépôt d’une alarme sociale. Le syndicat demande la mise en place d’une police des transports.

(…)

Sur les bus de nuit, on va demander à faire des arrêts au plus près des domiciles. Est-ce que l’insécurité est si grandissante pour qu’on en arrive à déposer les gens devant chez eux ? Il est temps de prendre des décisions, peut-être une police des transports, car ce n’est pas la mission des contrôleurs d’assurer la sécurité.

Christian Demay, délégué CGT Kéolis Rennes

Les syndicats demandent l’ouverture de discussions avec la Direction de Kéolis Rennes, les élus de la Métropole et la Préfecture pour obtenir des solutions. Jusqu’à la fin mai, la direction du réseau a déjà décidé un renfort d’agents de sécurité sur les lignes à risque et obtenu un renfort des contrôles de la police nationale si nécessaire. 

Des agents de prévention, toujours en binôme, interviennent quotidiennement sur les pôles d’échange du centre-ville pour des missions de dialogue et de conciliation. Mais après ? Pour endiguer l’insécurité dans les bus, c’est une police des transports que les syndicats appellent de leur vœu. Une réunion devrait se tenir avec les différentes parties dans les jours à venir.

France 3

(Merci à Blaireau Bondissant d’indiquer un mail de contact)


06/05/22

Après les graves agressions de chauffeurs de bus de la STAR à Rennes, des syndicats demandent plus de moyens pour lutter contre l’insécurité.

Pour les chauffeurs de bus du réseau STAR à Rennes, c’est peut-être la goutte d’eau qui va faire déborder la marmite. Ces derniers jours, plusieurs graves incidents survenus sur le réseau de transports ont choqué et poussé le syndicat CGT à déposer une alarme sociale pour demander plus de moyens afin d’assurer la sécurité des salariés.

La série noire qui a entraîné la colère des employés de Keolis Rennes a débuté samedi 30 avril. Vers 20 h 30, un bus de la ligne 13 qui circulait dans le quartier du Triangle à Rennes a été visé par plusieurs coups de feu. Par chance aucun blessé n’a été à déplorer, mais quatre vitres ont été brisées lors de cette attaque et plusieurs impacts ont été constatés sur le bus. Une enquête a été ouverte et confiée à la sûreté départementale de Rennes.

(…)

« En quelques jours, ça fait beaucoup », déplore Christian Demay, délégué CGT à Keolis Rennes. « Jusqu’ou va continuer cette escalade ? Il y a des solutions qui sont étudiées mais ce n’est pas suffisant. On demande la mise en place d’une police des transports et surtout plus de moyens. Sur ces points-là, c’est la mairie et l‘agglomération qui ont la main ».

Si les faits des derniers jours concernent différentes lignes de bus, certaines zones sont plus souvent exposées à ce type d’incidents selon les syndicats. « On sait que sur le centre-ville, il y a régulièrement des problèmes sur certains quartiers comme le Blosne », constate Loïc Touzard de la CGT Keolis Armor. « On ne connaît pas les mêmes problèmes sur les bus qui circulent sur l’extérieur de Rennes par exemple ». Selon nos informations, les lignes de bus 9 et 13 vont être sécurisées par la police nationale jusqu’à la fin de la semaine prochaine.

Le Télégramme

(Merci à Délinquance en Bretagne)


Fdesouche sur les réseaux sociaux