Fdesouche

« Le résultat du premier tour de l’élection présidentielle montre que la stratégie de Mélenchon à l’adresse de la communauté musulmane a été payante », explique l’anthropologue Florence Bergeaud-Blackler. Mais avec quelles conséquences à l’avenir ?

(…) Mais c’est précisément parce que les musulmans se sont déterminés en vertu de leur appartenance ou de leurs liens à la communauté que leur vote peut être qualifié de musulman.

DU TERRA NOVA ?

Pourquoi cette concentration des votes des musulmans sur le candidat de LFI ? Parce que celui-ci s’est clairement adressé à la communauté musulmane durant les cinq dernières années au point de se prétendre seul candidat à les défendre contre l’islamophobie dont ils seraient victimes. Il s’agit là du résultat d’une longue campagne dont la stratégie a été déterminée dès 2017 lorsque le candidat à la présidentielle s’est rêvé en finaliste du second tour allant même jusqu’à contester les sondages de sortie des urnes. Il manquait au candidat de la France Insoumise les abstentionnistes et notamment les votes des jeunes urbains et des musulmans pour combler la désaffection des catégories populaires pour les partis de gauche désormais attirés vers le parti de Marine Le Pen.

Mélenchon est sans doute celui qui a pris le plus au sérieux les recommandations de la fondation Terra Nova qui devant le même constat proposait de construire une coalition électorale « dont le cœur ne serait plus constitué par le « peuple de gauche » historique, les ouvriers et les employés, mais par de nouveaux électorats, qui ne recoupent qu’en partie les catégories électorales traditionnelles et que qualifierait la notion d’« outsiders », à savoir les diplômés, les jeunes, les minorités issues de l’immigration, les femmes ».

(…) Les Frères du CCIE réfugiés à Bruxelles en raison de l’interdiction du CCIF ont indiqué aux musulmans 5 jours avant le premier tour ce que pourrait être leur vote : en prenant la précaution de ne pas trop ouvertement donner des consignes, la famille Ramadan et des prédicateurs formés par les Frères Musulmans ont appelé clairement à voter Mélenchon.

(…) À entendre la présidente du PIR, Houria Boutledja, Mélenchon ce « laïcard » serait un « butin de guerre » fruit d’un travail politique réussi. Le fréro-salafiste fondateur d’Islam et Info, Elias d’Imzalène, s’est félicité du travail d’infiltration du PIR dans le parti de Mélenchon dans une vidéo intitulée « Mélenchon, dernier rempart contre l’islamophobie ? ».

(…) Si Mélenchon a été choisi, en dépit de ses positions sur des sujets de société insoutenables par les imams et les prédicateurs fondamentalistes, c’est parce que le tribun qui avait dit en 2015 que l’islamophobie était une fiction a défilé aux côtés de fondamentalistes criant « allah akbar » dans les rues de Paris à la manifestation contre l’« islamophobie d’État » le 10 novembre 2019. La théorie de l’islamophobie, contestée et contestable, a été mise au point, et est régulièrement alimentée par les islamistes pour soustraire les populations musulmanes de la tentation de s’intégrer et les garder dans la perspective de la seule nation qui vaille pour les islamistes : l’Umma. Ceci n’est pas une hypothèse, ce programme est explicité par l’ISESCO (Organisation du monde islamique pour l’éducation, les sciences et la culture) qui est à l’OCI (Organisation de la coopération islamique) ce que l’UNESCO est à l’ONU. 

LE RISQUE DE L’ENTRISME FRÉRISTE

(…) Marianne


Fdesouche sur les réseaux sociaux