Fdesouche
Russie : quand l’« Etat profond » avait raison contre Macron…

(….) Si bien que, le 27 août 2019, à l’Elysée, il s’en prend violemment à tous ceux qui, dans l’administration et singulièrement au Quai d’Orsay, résistent à ce rapprochement avec Moscou. Il leur reproche de refuser de s’engager dans une réflexion commune avec le Kremlin sur une « nouvelle architecture de sécurité en Europe » − l’un des thèmes favoris de Poutine qu’il a réussi à « vendre » à Macron, et qui pour beaucoup de spécialistes n’est qu’un leurre visant à détacher le Vieux Continent des Etats-Unis et ainsi affaiblir les démocraties européennes.

« On écoute le président et on fait comme d’habitude »

Macron est excédé. « Par définition, commence-t-il par déclarer, féroce, les experts ne sont experts que de ce qui existe déjà. » Puis, à la surprise générale, il se fait carrément accusateur : « Nous avons aussi notre Etat profond, lance-t-il, utilisant un concept très en vogue à l’extrême droite désignant l’existence d’un supposé pouvoir secret parallèle. Et je sais que beaucoup d’entre vous se sont formés dans la défiance envers la Russie ». Enfin il les met en garde : « En général, sur ce sujet, on écoute le président et on fait comme d’habitude. Je ne saurais que vous conseiller de ne pas suivre cette voie. » (…)

www.nouvelobs.com


Fdesouche sur les réseaux sociaux