Fdesouche

Stains (93): vidéo de deux policiers faisant feu et blessant deux personnes après un refus d’obtempérer (MàJ : 2 ans ferme et mandat de dépôt pour le conducteur qui n’a pas obtempéré)

19/02/2022

Nordine B., 37 ans, comparaissait libre, ce vendredi pour des violences avec arme par destination, en l’occurrence une voiture, sur des policiers de la Bac (brigade anticriminalité criminalité) de Stains, lors d’un refus d’obtempérer. Jugé par le tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis), il est reparti menottes aux poignets pour deux ans de détention, un mandat de dépôt et 15 000 euros de dommages et intérêts. Une peine lourde, mais en deçà des trois ans de prison fermes requis par le procureur qui avait dénoncé « un mauvais film d’action ».

[…]

C’est à ce moment que la situation s’emballe. Le brigadier sort de sa voiture, monte sur le capot de la C2 puis, avec sa matraque, tente de fracasser le pare-brise. Sans succès. Puis il explique qu’il « introduit la moitié de [son] corps dans l’habitacle, pour couper le contact. » « Pourquoi ne pas lui demander de sortir ? », s’enquiert Me Bouzrou. « Le moteur vrombissait et il essayait d’avancer », réplique le policier.

Toujours à cheval sur la portière, le brigadier explique que la C2 entame une marche arrière. Il passe alors une jambe dans la Citroën et s’agrippe d’une main à la porte. Il a encore une jambe hors de la C2 qui recule toujours et entre en collision avec une Mini. Le policier se retrouve pris en sandwich entre les deux voitures et il redoute que sa jambe ne soit broyée. « C’est comme ça qu’on tue un policier pour qu’il décroche et soit écrasé », tranche Me Laurent-Franck Liénard, avocat des trois brigadiers.

[…]

Nordine B. voit les choses tout autrement. Véritable rescapé, ce chauffeur de bus, en arrêt depuis les faits, a subi une greffe osseuse et de lourdes opérations. Il tend ses deux bras. L’un est devenu plus court que l’autre. « À aucun moment, je n’ai essayé de tuer ou de renverser qui que ce soit, jure-t-il. J’ai juste eu peur et j’ai voulu fuir quand j’ai vu des hommes se jeter sur ma voiture et casser ma vitre. Pour moi ce n’était pas des policiers, ils n’avaient pas de brassard, ni de gyrophare », détaille-t-il.

Son avocat enfonce le clou : « À 1 heure du matin, à Stains, on peut être braqué. L’hypothèse n’est pas ridicule. Les policiers sont en tee-shirt. Il pense que ce sont des voyous qui tentent de l’agresser. »

[…]

Le Parisien


17/08/2021

Les deux policiers de la brigade anticriminalité (BAC) avaient été placés en garde à vue ce lundi après-midi dans les locaux de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), après avoir ouvert le feu sur un chauffard refusant d’obtempérer, à Stains (Seine-Saint-Denis).

Fin de garde à vue pour les deux policiers de la BAC qui ont ouvert le feu à Stains dans la nuit de dimanche à lundi. Ils ont été remis en liberté à 15h15 ce mardi et ne font pas l’objet de poursuites judiciaires à ce stade de l’enquête. Le parquet de Bobigny indique dans un communiqué que les premiers éléments des investigations ont conduit à « écarter l’intention homicide »« Une information judiciaire sera ouverte dans les prochains jours », précise-t-il.

Le chauffard a été blessé « au thorax, au bras et au pubis » et s’est vu prescrire 45 jours d’ITT (Incapacité totale de travail). La passagère a quant à elle été atteinte au dos et s’est elle vue attribuer 100 jours d’ITT. Leurs jours ne sont plus en danger.

Au moment de l’intervention, l’attention des policiers a été « attirée par les zigzags successifs » du conducteur détaille le parquet. Les policiers lui avaient ordonné de s’arrêter. L’homme avait dans un premier temps stoppé son véhicule avant d’effectuer « plusieurs manœuvres dangereuses (marches arrière et avant brusques) ». L’un des fonctionnaires « qui se trouvait sur la chaussée à l’arrière du véhicule » avait alors été contraint « d’effectuer un écart pour ne pas être percuté ».

Les manœuvres du chauffard auraient aussi « bloqué » un deuxième policier « dont le haut du corps se trouvait renversé dans l’habitacle par la vitre côté conducteur au moment où ce dernier tentait de retirer les clefs de contact ». Les fonctionnaires de 27 et 30 ans ont ouvert le feu à huit reprises au total, touchant trois fois le conducteur et une fois sa passagère, évacués dans deux hôpitaux parisiens alors que leurs jours étaient en danger.

Deux enquêtes ont été ouvertes dans ce dossier. La première confiée au service départemental de police judiciaire de Seine-Saint-Denis (SDPJ 93) pour « refus d’obtempérer » et « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique » concernant les actes du chauffard, et la seconde confiée à l’IGPN ouverte pour « tentative d’homicide volontaire », afin d’éclaircir les circonstances précises de l’usage des armes des forces de l’ordre.

Actu17


16/08/2021

D’après nos informations, deux des trois policiers de la Bac (Brigade anti-criminalité) présents au moment des faits ont été placés à 16h en garde à vue ce lundi pour “tentative d’homicide volontaire” dans les locaux de l’IGPN. Des gardes à vue qui peuvent durer jusqu’à 48 heures. Le troisième fonctionnaire, lui aussi de la Bac, est quant à lui entendu comme simple témoin. Il n’a pas utilisé son arme à feu lors de l’intervention. 

[…]

LCI



Le conducteur et la passagère ont été transportés à l’hôpital avec un pronostic vital engagé.

Deux personnes ont été transportées avec un pronostic vital engagé, après des tirs de police, a appris BFMTV de source policière. Vers 1h30 dans la nuit de dimanche à lundi, la police a voulu contrôler une voiture, au niveau du boulevard Maxime Gorki à Stains, en Seine-Saint-Denis.

Après avoir coupé le contact, le conducteur du véhicule a redémarré brusquement en marche arrière, percutant le policier en protection. Le deuxième policier qui était au contact du conducteur, a tenté d’immobiliser le véhicule et a été entrainé sur plusieurs mètres par le conducteur qui tentait de s’enfuir en marche avant.

Les deux policiers blessés, l’IGPN saisie

Les policiers ont fait usage de leur arme administrative à plusieurs reprises. Le conducteur et la passagère ont été transportés à l’hôpital avec un pronostic vital engagé. Les deux policiers sont blessés, l’un à la main et au genou, l’autre à la cheville et ont été hospitalisés.

La Sous-direction de la Police Judiciaire 93 et l’IGPN sont saisis de l’enquête.

BFMTV


Fdesouche sur les réseaux sociaux