Fdesouche

Accusée d’avoir fait passer un “Soralien pur jus” pour un infiltré dans la mouvance soralienne, Caroline Fourest cesse sa collaboration avec « Marianne » (MàJ)

31/01/22

Le divorce est quasiment signé entre Caroline Fourest et Marianne. L’essayiste devrait bientôt cesser sa collaboration avec l’hebdomadaire, où elle tient une chronique depuis 2016.

A la direction du titre, la décision est officieusement prise. Natacha Polony, sa directrice, ne demande pas à Caroline Fourest de partir mais elle lui suggère de « tirer les conséquences de ce qu’elle écrit sur Marianne », commente-t-elle auprès du Monde. De son côté, la journaliste affirme avoir envie d’arrêter. « Je souhaite rapatrier mon éditorial chez Franc-tireur [l’hebdomadaire de l’éditeur de presse magazine CMI lancé en novembre 2021] », dit-elle. En parallèle, elle a annoncé sur son blog, jeudi 27 janvier, qu’elle se retirait du conseil de surveillance de CMI, la maison mère des deux magazines, dont le propriétaire, Daniel Kretinsky, est actionnaire minoritaire du Monde. « Le groupe prend acte de [cette] décision et va mettre en œuvre une procédure pour entendre les parties », a réagi la direction dans un communiqué, le 29 janvier.

(…)

Caroline Fourest soutient dans la préface signée de son nom la thèse selon laquelle Thomas Nlend n’aurait jamais épousé les thèses de l’idéologue antisémite. Au sein de Marianne, cette thèse est battue en brèche par Gabriel Libert. Le journaliste, qui enquête sur Thomas Nlend, estime que c’est un soralien pur jus.

Le Monde

27/01/22

Le conflit qui m’oppose à Gabriel Libert relève du litige éditorial et éthique entre deux rédacteurs. Il concerne une certaine conception du journalisme : le respect des êtres et des faits.

(…) Caroline Fourest

24/01/22

21/01/22

DES MÉDIAS GOBENT LE RÉCIT DU PROTÉGÉ DE FOUREST, NLEND “L’INFILTRÉ”

Second volet de notre enquête sur un livre soutenu par Caroline Fourest

Thomas NLend raconte dans un livre avoir infiltré pendant trois ans le mouvement d’Alain Soral. L’homme, dont Caroline Fourest préface et promeut l’ouvrage, fait le tour des plateaux. Les journalistes n’y questionnent ni son “infiltration” dont doutent plusieurs journalistes couvrant l’extrême droite, ni son implication dans deux autres dossiers : les affaires Tron et Takieddine. “Arrêt sur images” a eu accès à des documents judiciaires qui permettent de retracer le parcours sinueux de NLend.

“Est-ce que tout est vrai ?”, demande Thomas Snegaroff à Thomas NLend sur le plateau de C Politique, le 16 janvier dernier. Réponse de l’intéressé, sans détours : “Oui, tout est absolument vrai.” NLend, scénariste, est invité en compagnie de Caroline Fourest pour présenter le livre dont la journaliste signe la préface (Les bouffons de la haine, Grasset, 2022) et dont nous racontons, dans le premier volet de cette enquête pourquoi et comment il secoue la rédaction de Marianne. À aucun moment dans l’émission, pas plus que face à la caméra de Konbinisur le plateau d’Europe 1 ou au micro de RMC, Thomas NLend n’est questionné sur les incohérences que comporte son livre. Dans les récits télévisés qu’il fait de son temps passé chez Soral, Thomas NLend reste toujours vague. 

Comment a-t-il infiltré Égalité & Réconciliation (E&R), et pour le compte de qui ? Sur le plateau de France 5, Caroline Fourest explique que l’opération est menée dans “une zone grise”, que Thomas NLend est “l’indic d’un indic”. Ce qu’elle n’explique pas, c’est que c’est Noël Dubus, faux flic mais vrai escroc, qui, selon le récit de NLend, propose à ce dernier d’infiltrer E&R. Le même Noël Dubus qui a trompé Marianne en se faisant passer, sous l’identité de “Monsieur Antoine”, pour un ex-agent du Service interministériel d’assistance technique (SIAT) afin de rendre crédible le récit de NLend (voir le premier volet de cette enquête). Noël Dubus dont MarianneMediapart ou encore le Parisien ont depuis raconté l’implication dans plusieurs opérations politico-financières sur lesquelles la justice enquête.

(…) Arrêt sur images


20/01/22


FOUREST ET SON “INFILTRÉ CHEZ SORAL” BATAILLENT AVEC “MARIANNE”

Enquête en deux parties sur un livre qui secoue la rédaction de “Marianne”

Escroc soralien pour les uns, infiltré et débrouillard pour les autres, Thomas Nlend signe un livre-enquête sur les dessous du mouvement d’Alain Soral, préfacé et soutenu par la journaliste Caroline Fourest. Au point qu’elle a fait pression sur “Marianne” lorsque l’hebdo a sorti une enquête sur Nlend, accusé par deux producteurs de cinéma de les avoir escroqués. Or Fourest est membre du conseil de surveillance du groupe CMI, qui possède “Marianne” auquel elle collabore… Enquête.

L’histoire est complexe, mais peut se résumer à une question : qui est vraiment Thomas Nlend ? Tantôt scénariste, auteur, mais aussi mis en examen dans un volet de l’affaire Takieddine, compagnon de route d’un barbouze connu comme le loup blanc, Thomas Nlend sort un livre, Les bouffons de la haine (Grasset, 2021), dans lequel il raconte ses années passées  – entre 2011 et 2014 – au cœur d’Égalité et Réconciliation, le mouvement d’Alain Soral, ce militant antisémite acharné multi-condamné par la justice. Le livre bénéficie d’un gros coup de pouce médiatique de la journaliste Caroline Fourest, qui en signe la préface. Ce soutien se traduit notamment par la publication des bonnes feuilles et la Une du numéro 8 de France Tireur

www.arretsurimages.net


Fdesouche sur les réseaux sociaux