Fdesouche

Il a grandi près d’Orléans et s’est notamment immergé dans l’ancienne maison d’arrêt pour construire sa première enquête en 2011. Dix ans plus tard, le journaliste Arthur Frayer-Laleix signe un nouvel ouvrage intitulé “Et les blancs sont partis. Reportage au cœur de la fracture ethnique”.

(…) Son expérience l’amène à constater “une surreprésentation de jeunes issus de l’immigration dans ces prisons, les grandes ou comme à Orléans” : “C’était assez sidérant, à Orléans que je connais bien pour y avoir grandi, de voir qu’il y avait en prison toute une partie de gens, de la population, à peu près du même âge que moi (…), et de voir que beaucoup étaient de quartiers.”

(…) “C’est une rengaine connue : les pouvoirs publics parquent les Noirs et les Arabes dans certains quartiers et leur refusent des logements dans d’autres. Les gens le disent. Mais sans pouvoir apporter la preuve de ce qu’ils avancent. Cela relève du constat empirique plus que de la démonstration. Ce constat je le fais aussi.”

(…) “On va concentrer des populations de même origine pour avoir la paix sociale”, résume le journaliste, ou pratiquer “une politique de la boîte aux lettres” basée sur les noms de famille, afin de déterminer l’origine d’habitants ainsi qu’un certain pourcentage à ne pas dépasser “pour ne pas dissuader des populations différentes de venir”.

(…) “Il y a une politique de peuplement. Sous couvert de faire du logement, d’attribuer des logements sociaux, on a concentré des populations selon leur origine dans des quartiers. Ce que disent certains chercheurs, c’est qu’officiellement les politiques publiques sont “color blindness” mais officieusement elles prennent en compte la couleur de la peau.”

D’autre part, “des Blancs ne se sentent plus chez eux” et sont partis : “Il y a cette double chose et un effet d’entraînement.” Et même un “cercle vicieux”.

(…) La Rep

Merci à La postérité n’en aura cure


Fdesouche sur les réseaux sociaux