Fdesouche

Le 28 septembre 2018, une jeune femme de 17 ans avait été violée alors qu’elle regagnait son domicile après une soirée. L’accusé a reconnu les faits aux assises.

Si la vidéosurveillance n’empêche pas la commission de crimes, elle est une aide précieuse dans la résolution de certaines enquêtes. Dans l’affaire de viol jugée depuis lundi 29 novembre, par la cour d’assises du Var à Draguignan, elle a ainsi permis d’apposer une froide réalité aux déclarations de Mamadou Gadio.

“Le démon a pris le dessus”

Si ce dernier a reconnu avoir violé Sandrine (1) dans la nuit du 28 septembre 2018 au pied de son immeuble toulonnais, il a tout au long de la procédure donné différentes versions. La dernière, versée hier en début d’audience, veut que sa victime, alors âgée de 17 ans, s’était déshabillée seule et avait consenti à un rapport sexuel s’il ne touchait pas à son sac à main.

“Ce soir-là, j’étais parti pour voler une carte bancaire, explique l’accusé. Je devais de l’argent à mon colocataire. Et puis tout s’est enchaîné. C’était argent contre démon, et le démon a pris le dessus…”

Var Matin


Fdesouche sur les réseaux sociaux