Fdesouche

L’histoire de l’islam et des musulmans de France est au cœur d’une exposition initiée par l’association Savoir et Education au Vivre-Ensemble (SEVE), en étroite collaboration avec l’association Intégration Musulmane Spinassienne (IMS) et la ville d’Epinay-sur-Seine, dans le cadre du programme « Histoire, mémoire et citoyenneté » à travers lequel des voyages mémoriels à Verdun avec des jeunes de Seine-Saint-Denis sont notamment organisés depuis 2015. Conçue par l’enseignant et docteur en histoire de l’islam contemporain Jamel El Hamri, l’exposition met en lumière une histoire longue qui s’étale de 720, à la conquête de Narbonne par les Omeyyades, à nos jours.

Le lancement de l’exposition, initialement prévu en juin 2020, a été reporté en raison de la crise sanitaire. Pour le mieux selon Jamel El Hamri, qui assure auprès de Saphirnews que « le Covid-19 (lui) a permis de nourrir une ambition plus grande ». L’exposition, qui a non seulement reçu le soutien de la Fondation de l’islam de France (FIF) mais aussi celui de la préfecture de Seine-Saint-Denis, s’inscrit dans un triple objectif : « contribuer à enrichir la culture historique et la citoyenneté des jeunes », « déconstruire, par la culture historique, les idées reçues sur l’islam et les musulmans de France » et « inscrire l’histoire de l’islam de France dans le récit national français ». […]

« C’est une manière de rendre visible une partie de l’Histoire de France qui est trop longtemps restée à la marge. C’est une démarche citoyenne, fédératrice, dans laquelle chacun peut puiser des connaissances factuelles, historiques, vérifiées par des scientifiques, pour être bien armés sur le plan des arguments et déconstruire des idéologies dangereuses » et des « discours séparatistes » des extrêmes de tous bords qui fracturent notre société, affirme Jamel El Hamri. « Dans un contexte comme celui que nous vivons actuellement, avec des jeunes qui sont en quête d’identité, qui ont parfois du mal à conjuguer leurs multiples appartenances, on fait le pari citoyen que le savoir, la connaissance, la culture peuvent contribuer à aider tous les jeunes à se construire, qu’ils soient musulmans ou non, car cette histoire-là permet aussi de rendre le roman national beaucoup plus inclusif. » […]

saphirnews


Fdesouche sur les réseaux sociaux