Fdesouche

Plaisance (Italie) : un migrant poignarde un policier et un éboueur au cri d’«Allah Akbar». Sous son sweat, un tapis de prière islamique (MàJ)

02/11/21

Dans une vidéo virale sur les réseaux sociaux, les derniers instants de l’épisode qui s’est déroulé sur la Piazza Cavalli le soir d’Halloween, lorsque l’Egyptien armé d’un couteau qui a semé la panique a été bloqué avec difficulté par la police et les carabiniers. Une fois menotté, lorsqu’il a été fouillé par des agents, il avait un tapis de prière islamique sous son sweat-shirt. Une fois emmené au poste de police, il a continué à crier « Allah Akbar » même dans la cellule de sécurité.

Il Piacenza

01/11/21

Un Égyptien sans abri de 32 ans a blessé un éboueur et un policier : un arrêté d’expulsion pesait sur lui. Les enquêteurs : aucun lien terroriste

Tout s’est passé en quelques minutes, vers 2 heures du matin. Selon une première reconstitution, le citoyen égyptien est sorti d’une rue latérale de la Piazza Cavalli, en brandissant un couteau et en criant “Allah Akbar”, tandis que la police le poursuivait. Afin d’éloigner la police, il aurait pris un balayeur de 53 ans de Geocart, qui terminait son service de nuit avec un collègue. Le travailleur aurait été frappé aux fesses avec la lame et, en tentant de se défendre, il aurait été blessé à la main et aurait eu une côte fêlée. Il a dû être transféré à l’hôpital lorsque les agents ont finalement réussi à neutraliser l’agresseur. Un policier a également été blessé lors de la lutte pour désarmer l’Égyptien.

Aucun lien avec des groupes terroristes
Selon les officiers, il ne s’agissait pas d’un incident terroriste, mais de la violence d’un individu. Le protagoniste de l’attaque est un citoyen égyptien de 32 ans, avec un casier judiciaire et sans domicile fixe. Il y a trois jours, il était déjà menotté pour violence et résistance, lorsqu’il a attaqué une voiture de patrouille à la périphérie de la ville et donné des coups de pied à plusieurs voitures stationnées. Le procès devait avoir lieu dans les prochains jours. En outre, il a fait l’objet d’un ordre d’expulsion signé par le chef de la police de Piacenza. Après les événements de la nuit d’Halloween, il a été arrêté pour tentative de meurtre et mis en prison. Il devra également répondre de blessures aggravées, de port d’arme blanche, de violence et de résistance aux agents publics.

Ostellari : “Il doit être expulsé immédiatement”.
L’alerte à l’extrémisme est passée, mais l’épisode qui s’est déroulé dans le centre de Plaisance a relancé le débat sur la sécurité dans les villes. La Ligue a réagi avec indignation, en liant le protagoniste de l’incident aux politiques de gestion de l’accueil en Italie. “Ceux qui échappent à la guerre et viennent ici pour travailler et s’intégrer sont nos frères. Ceux qui veulent répandre la haine et la violence doivent trouver un mur infranchissable. Ma solidarité et celle de la Ligue à tous les habitants de Piacenza, à la police et aux deux personnes blessées. Maintenant, sans délai, nous demandons au ministre de l’Intérieur un procès rapide et l’expulsion immédiate du terroriste égyptien – le commentaire du sénateur de la Lega Emilia Andrea Ostellari, commissaire de la Ligue – L’administration municipale de Piacenza a fait beaucoup pour la sécurité, avec des investissements dans la vidéosurveillance, l’opération “Écoles sûres” et contre la fraude contre les personnes âgées. Ces efforts ne doivent pas être gaspillés : les Italiens demandent du travail et de la sécurité.

Question au ministre de l’intérieur
Il a été suivi de près par le député Gianni Tonelli, qui a ajouté une nouvelle épée de Damoclès sur le travail de la ministre de l’Intérieur Luciana Lamorgese. “Un Égyptien connu des services de police a poignardé deux personnes à Plaisance en criant “Allah Akbar”, semant la panique dans le centre-ville et brandissant un couteau. Pourtant, il aurait dû être expulsé depuis longtemps, étant donné qu’il était un criminel condamné et qu’il n’avait pas de domicile fixe”, a-t-il écrit dans une note. “Comment expliquer à l’éboueur qui, sauvé par un miracle, a été poignardé par quelqu’un qui était censé se trouver à des milliers de kilomètres de là pendant qu’il travaillait ? L’engagement des forces de l’ordre est incontestable, mais il se heurte à l’orientation de la Viminale. C’est pourquoi j’ai posé une question au ministre Lamorgese. Elle devrait venir devant la Chambre et expliquer pourquoi ce criminel est toujours en Italie alors qu’il ne remplit pas les conditions requises. Les habitants de Plaisance et les Italiens ont le droit de dormir en paix”.

Corriera di bologna

(Merci à Pablo)


Fdesouche sur les réseaux sociaux