Fdesouche

La droite multiplie ses efforts pour tenter de convaincre l’opinion publique que les Démocrates de Suède, longtemps infréquentables mais devenus une force d’appoint électorale, ont changé.

Responsable de la politique économique chez les conservateurs (Moderaterna), Elisabeth Svantesson était l’invitée de l’émission « 30 minutes » sur la chaîne SVT, le 20 octobre, à la veille de l’ouverture du congrès de son parti à Helsingborg, au sud-ouest de la Suède. Sans surprise, elle a été interrogée sur le rapprochement entre sa formation et les Démocrates de Suède (SD, extrême droite), dont elle avait qualifié la politique de « raciste » en 2016. « C’était une erreur de ma part », affirme-t-elle désormais, allant même jusqu’à avouer qu’elle « ne pensait pas » ce qu’elle disait alors.

Les propos ont de quoi surprendre. Ils ne sont en fait que le dernier exemple des efforts récemment déployés par les conservateurs pour convaincre leurs électeurs, à moins d’un an des élections législatives. Cette prétendue transformation permettrait d’envisager une collaboration avec eux, au sein d’une future majorité conservatrice, sans forcément les intégrer dans un gouvernement, mais en s’appuyant sur leur soutien au parlement.

Dimanche 17 octobre, le chef de file des conservateurs, Ulf Kristersson, s’est lui-même livré à l’exercice, dans l’émission « Agenda ». S’il a reconnu que les SD avaient « des racines très problématiques », il a estimé que cela ne devait pas empêcher les deux partis de « se mettre d’accord sur des problèmes concrets, à propos desquels [ils] pens[ent] pareil ».

(…) Le Monde


Fdesouche sur les réseaux sociaux