Fdesouche

Entre ce qu’on revendique à grands coups de messages indignés sur les réseaux sociaux et la façon dont on choisit de mener son business… il y a parfois tout un monde. Une enquête publiée par Mediapart accuse certains studios de podcasts, autoproclamés féministes, de rechigner à payer correctement leurs auteures et collaboratrices. Parmi les noms connus : Lauren Bastide, féministe « révolutionnaire », qui a provoqué l’indignation de ses partenaires de lutte.

(…)

Amandine Gay, qui a participé à cette série de podcasts, déplore que ses propos aient été repris in extenso, dans le deuxième numéro de l’adaptation littéraire des épisodes audio. Cette autrice et réalisatrice, particulièrement investie dans la lutte contre les discriminations raciales, étrille le système mis en place par Bastide : « Les personnes qui montent les studios de podcasts sont toutes des personnes blanches, issues de la classe moyenne supérieure ou de la bourgeoisie. Elles ont des stratégies, elles savent combien elles peuvent vendre un livre et elles réussissent à capitaliser sur le travail des franges les plus précaires des milieux féministes, antiracistes, handicapés et queer », lance-t-elle à Mediapart. Visiblement, la sororité ne suffit pas à déjouer les mécanismes d’exploitation bourgeoise des plus précaires.

www.marianne.net

A relire :


Fdesouche sur les réseaux sociaux