Fdesouche

22/10/2021

Le Conseil central des ex-musulmans a manifesté contre l’autorisation de Marie à l’appel à la prière islamique dans les 35 mosquées de Cologne en Allemagne chaque vendredi : « La laïcité plutôt que l’appel du muezzin »

« La laïcité plutôt que l’appel du muezzin »
« Pas d’appel muezzin à Cologne ! »

L’appel à la prière : « Allah est le plus grand grand ! Je témoigne qu’il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah. Je témoigne que Mahomet est le messager d’Allah. À la prière ! En route pour le salut ! Allahu Akbar, Allahu Akbar. »

La militante Rana Ahmad était présente : « J’ai fui l’Arabie saoudite car les femmes y sont opprimées et qu’on ne peut pas y vivre en tant qu’athée. » Je n’aurais jamais cru possible d’entendre cet appel, auquel j’associe tant de choses négatives, maintenant aussi en Allemagne. »

Selon Necla Kelek une sociologue allemande d’origine turque : « Et surtout, qui le muezzin appelle-t-il à la prière ? Les hommes. La communauté musulmane est une société divisée en hommes et en femmes. Les femmes ne sont pas appelées à la prière. »

Derrière l’appel contesté à la prière du vendredi, c’est l’Union turco-islamiste de l’office pour la religion (Ditib), et ses liens avec le régime du président Recep Tayyip Erdogan, qui sont visés. Outre le fait d’afficher son influence urbanistique dans le quartier d’Ehrenfeld avec ses deux minarets d’une hauteur de 55 mètres, la mosquée s’est adjoint un vaste centre culturel et commercial. Dans la librairie, on vend un petit fanion siglé Diyanet, la puissante administration turque des affaires religieuse qui forme et salarie les imans envoyés en Allemagne. Vue comme un instrument de prosélytisme politico-islamiste piloté par Ankara, Ditib a été, selon nos informations, la seule organisation musulmane à avoir été mise dans la confidence de l’initiative municipale. Celle-ci a, au contraire, « surpris » les autres responsables politiques et religieux.


Concernant le Ditib – qui selon le Figaro aurait poussé pour cette appel a la prière à Cologne – selon Millî Görüs ça serait plutôt eux les islamistes :

FranceInfo – 03 Mai 2021

FranceInfo


Pas de date pour le premier appel 

À Cologne, la voie est désormais ouverte mais face à l’opposition, les responsables musulmans se montrent moins empressés. Tout en dénonçant « leséparatisme et l’isolationnisme » manifestés selon lui par les adversaires de l’appel religieux, Rafet Öztürk se refuse à cocher la moindre date pour le premier vendredi. « Nous devons d’abord connaître plus en détail les conditions du contrat », confirme Erol Pürlü, représentant de l’association Vikz et du Conseil de coordination des musulmans allemands, bien que ces conditions soient déjà affichées. Le centre religieux de la communauté n’exhibe aucun minaret et la prière s’effectue dans une coquette mosquée, mais au sous-sol. « On pourrait accrocher un haut-parleur à la fenêtre », envisage l’imam, « mais le son ne sera pas aussi fort que dans les pays islamistes : l’islam n’a pas pour but de faire fuir les gens mais d’encourager les musulmans à prier ».

BILD / Le Figaro / Cicero


11/10/2021

La ville de Cologne, l’un des plus importants centres de la foi catholique en Allemagne, autorisera l’appel du muezzin musulman dans toute la ville pendant les deux prochaines années.

Les 35 mosquées de Cologne pourront ainsi appeler à la prière pendant cinq minutes tous les vendredis entre 12h et 15 heures et annoncer par haut-parleurs : « Il n’y a pas d’autres puissance et autorité qu’Allah »

La maire de Cologne, Henriette Reker, a célébré sur Twitter ce “projet modèle” comme un “signe de respect“. Après tout, chaque voyageur dans la ville est “accueilli par la cathédrale et accompagné par les cloches de l’église“. En tant que “ville cosmopolite“, Cologne veut désormais aussi protéger les “intérêts religieux légitimes” des musulmans.

M. Reker a pris la précaution de réprimander les critiques : “Quiconque doute de cela remet en question l’identité de Cologne et notre coexistence pacifique“.

Les appels du Muezzin à Cologne – Les experts en Islam sont sceptiques. Ils accusent Reker de ne pas tenir compte du vrai problème. “Il ne s’agit pas de ‘liberté religieuse’ ou de ‘diversité’, comme le prétend le maire Reker“, affirme l’expert en intégration Ahmad Mansour. “Les exploitants de mosquées veulent de la visibilité. Ils célèbrent le muezzin comme une démonstration de pouvoir sur leurs quartiers.”

BILD


09/10/2021

À Cologne, où vit une forte population de Turcs et de musulmans, l’appel à la prière de midi pourra être lu dans le haut-parleur le vendredi.

En Allemagne, la maire de Cologne Henriette Reker a annoncé que, dans le cadre du projet pilote de 2 ans, l’appel à la prière pourrait être récité dans les villes dans le cadre de certaines règles, sur les demandes reçues en ce sens.

Se référant à la liberté de religion protégée par la Constitution, Reker a déclaré que le projet en question était « un signe d’acceptation mutuelle de la religion ».

« Nos concitoyens musulmans font partie intégrante de notre ville. Le son de l’appel à la prière en plus des cloches des églises de notre ville montre que la diversité est valorisée à Cologne et que cette diversité se vit ici » a estimé la maire.

Le siège des principales organisations non gouvernementales turques telles que l’Union turco-islamique auprès de la Direction des Affaires religieuses (DITIB), Milli Gorus (IGMG) et l’Union islamique turco-européenne (ATİB), est situé à Cologne, la plus grande ville de la Rhénanie du Nord-Westphalie.

En Allemagne, il y a plus de 900 mosquées affiliées à DITIB.

TRT


Fdesouche sur les réseaux sociaux