Fdesouche
1 DDK = 0.13 Euro
Cliquez pour agrandir

Les immigrants et descendants non-occidentaux ont coûté 5 Md€ (31 Milliards de DDK) au trésor public en 2018, selon un rapport annuel (Octobre 2021) du ministère des finances

Contributions nettes moyennes par pays d’origine, en 2018 (en DDK) :

Cliquez pour agrandir

Le rapport explique que la grande variation de la contribution nette entre les pays d’origine est étroitement liée aux différences dans le statut de résidence des immigrants de différents pays. Alors que les immigrants occidentaux viennent pour travailler ou étudier. Les immigrants des pays MENAPT (Middle East, North Africa, Pakistan and Turkey) viennent majoritairement pour obtenir l’asile comme base de résidence ou pour leur famille déjà présente là-bas.

Cela représente une diminution de deux milliards de couronnes par rapport à l’année précédente. En 2017, le montant était de 33 milliards de couronnes. Et l’année précédente, le montant était de 37 milliards de couronnes.

Ce montant était à son plus haut niveau en 2015, où il s’élevait à 42 milliards de couronnes danoises. Cette situation est liée à la crise des réfugiés. L’UE a connu un nombre record de réfugiés et de migrants demandant l’asile dans l’un des 28 pays de l’UE de l’époque.

Au Danemark, par exemple, on se souvient d’images de grands groupes de personnes marchant sur l’autoroute E45 en direction de la Suède.

Cet afflux important a conduit le gouvernement de gauche de l’époque à introduire une série de restrictions en matière d’immigration.

Le ministre de l’Immigration et de l’Intégration Mattias Tesfaye (S) est surpris par la baisse des chiffres.

– “Le rapport confirme les problèmes que nous connaissons. Il y a encore un grand retard d’intégration”, déclare Tesfaye dans un communiqué de presse.

– “Mais je me réjouis qu’il montre que les dépenses nettes consacrées aux immigrants et descendants non occidentaux continuent de baisser”.

“C’est une bonne nouvelle. La politique d’immigration stricte fonctionne. Nous pouvons tout aussi bien commencer à rembourser l’énorme dette d’intégration qui s’est accumulée après des décennies d’afflux trop important au Danemark”, déclare le ministre.

Tesfaye ajoute que beaucoup de choses doivent encore être améliorées.

“Cela s’applique, par exemple, dans le domaine de l’emploi, où un nombre particulièrement trop élevé de femmes des pays MENAPT sont en dehors du marché du travail”, dit Tesfaye.

Les pays MENAPT comprennent le plus souvent des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, ainsi que l’Afghanistan et le Pakistan. La Turquie est également incluse dans les calculs car elle joue un rôle important dans l’histoire de l’immigration au Danemark.

“C’est pourquoi le gouvernement veut introduire une semaine de travail de 37 heures, où il devrait y avoir un lien étroit entre les efforts des citoyens et les avantages. Nous voulons remplacer la logique actuelle de l’aide sociale par une logique du travail”, dit Tesfaye.

Ce sont principalement les immigrants non occidentaux et les descendants des pays du MENAPT qui coûtent le plus cher à l’État. Sur les 31 milliards de DKK, ce groupe représente 24 milliards de DKK.

Pour Kristian Thulesen Dahl, président du Parti populaire danois, 31 milliards de couronnes danoises représentent un montant “astronomique”.

“La baisse que nous constatons de 2015 à 2018 montre que nous pouvons réellement faire quelque chose à propos de ces chiffres et réduire les dépenses, afin de pouvoir consacrer l’argent à la protection sociale des Danois”, dit-il.

Le DF et l’ancienne vice-présidente du Parti libéral, Inger Støjberg, aujourd’hui membre non inscrit du Parlement, se sont réunis autour d’une proposition qui pourrait être utile, estime-t-il.

Il s’agit d’expulser 70 % d’un certain groupe d’immigrants d’ici 2030 s’ils ont commis un crime, ne connaissent pas le danois ou sont au chômage depuis longtemps. Cela pourrait faire baisser le chiffre de manière significative, estime Thulesen Dahl.

Avisen.dk


Le chef du Parti du peuple danois (opposition), Kristian Thulesen Dahl, a qualifié d'”astronomique” le péage annuel de 4,8 milliards de dollars prélevé sur les caisses de l’État par l’immigration non-occidentale et a proposé un programme d’expulsion massive.

Le coût net de l’immigration en provenance des pays non occidentaux s’est élevé à 31 milliards de couronnes danoises (4,8 milliards de dollars) en 2018, a indiqué le ministère danois des Finances dans un rapport annuel.

Ce chiffre est basé sur les dépenses de l’État pour les services publics liés à l’immigration et les prestations sociales reçues par les immigrants et comprenait les dépenses de l’État en matière de soins de santé, de garde d’enfants, d’éducation et de culture. En revanche, les contributions fiscales ont été déduites du total.
Le ministère des Finances a déclaré que ce chiffre était inférieur de 2 milliards de couronnes danoises (310 millions de dollars) à celui de 2017, et de 11 milliards de couronnes danoises (1,7 milliard de dollars) à celui de 2015.

Tous les pays de l’UE et de l’Europe ainsi que les États-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont considérés comme occidentaux. Tous les autres pays – Amérique latine, Afrique et Asie – sont considérés comme non occidentaux. Les personnes d’origine non occidentale sont divisées en immigrants et en descendants, en fonction de leur lieu de naissance.

Toutefois, les autorités danoises ont ajouté une autre subdivision – à savoir les pays du MENAPT (Moyen-Orient et Afrique du Nord plus le Pakistan et la Turquie). Les personnes originaires des nations MENAPT représentaient environ 55 % de tous les immigrants et descendants non occidentaux en 2018, mais ont coûté à l’État la somme faramineuse de 24 milliards de couronnes danoises (3,7 milliards de dollars).

Présenté comme un coût par personne, les immigrants et descendants des pays MENAPT ont coûté à l’État danois 85 000 DKK (13 000 $) par personne en 2018, contre 4 000 DKK par personne pour les personnes originaires d’autres pays non occidentaux.

La croissance démographique danoise due à l’immigration “n’est pas un cadeau pour l’économie”.

Sputnik

Le rapport du ministère danois

indvandreres-nettobidrag-til-de-offentlige-finanser-i-2018

(Merci à Jean-Baptiste Moquelin)


Fdesouche sur les réseaux sociaux