Fdesouche

15/10/2021

Le directeur des écoles publiques du comté de Loudoun, le Dr Scott Ziegler, a présenté ses excuses à deux étudiantes et à leurs familles qui affirment avoir été agressées sexuellement par le même étudiant dans deux écoles différentes.

“Tout d’abord, permettez-moi de dire aux familles et aux élèves concernés que mon cœur souffre pour vous et que je suis désolé que nous n’ayons pas réussi à fournir l’environnement sûr, accueillant et positif que nous aspirons à fournir”, a déclaré M. Ziegler lors d’une conférence de presse vendredi. “Nous reconnaissons et partageons votre douleur et nous continuerons à offrir notre soutien pour vous aider, vous et vos familles, à surmonter ce traumatisme.” […]

Fox5


Beth Barts, qui représente Leesburg au sein du conseil scolaire du comté de Loudoun, démissionne. Sa démission prendra effet le 2 novembre, a annoncé Barts sur Facebook vendredi.

Barts avait été initialement élue au conseil scolaire en 2019. Son mandat devait se poursuivre jusqu’au 31 décembre 2023.

“Ce ne fut pas une décision facile ni une décision prise à la hâte”, a déclaré Barts dans un communiqué de presse. “Après une longue réflexion et un examen attentif, c’est la bonne décision pour moi et ma famille”.
Barts n’a pas dit si sa décision était liée à l’une des récentes controverses du système scolaire du comté de Loudoun. Hier, un parent a annoncé son intention de porter plainte contre le système scolaire après que son enfant ait été agressé sexuellement dans une école en mai. […]

Patch


13/10/2021

Le 22 juin, Scott Smith avait été arrêté lors d’une réunion du conseil scolaire du comté de Loudoun, en Virginie, une réunion qui a finalement été considérée comme “assemblée illégale” après que de nombreux participants se soient opposés à la politique sur les étudiants transgenres.

Ce que les gens ignoraient, c’est que, quelques semaines auparavant, le 28 mai, selon Smith, un garçon, qui aurait porté une jupe, est entré dans les toilettes des filles de la Stone Bridge High School voisine, où il a agressé sexuellement la fille de Smith, qui était en troisième.

Les dossiers des mineurs sont scellés, mais l’avocate de Scott, Elizabeth Lancaster, a déclaré au Daily Wire qu’un garçon était accusé de deux chefs d’accusation de sodomie forcée, d’un chef d’accusation de sodomie et d’un chef d’accusation de fellation forcée, liés à un incident survenu ce jour-là dans cette école.

À la suite de la vidéo virale montrant son arrestation, Smith est devenu l’image même de ce que la National School Boards Association a depuis qualifié comme étant une forme de “terrorisme intérieur” : un Blanc des classes laborieuses qui se serait présenté pour invectiver les petits fonctionnaires de son conseil scolaire local.

“Si quiconque s’était assis et avait écouté pendant trente secondes ce que Scott avait à dire, il aurait été mortifié et aurait eu le cœur brisé”, a déclaré Lancaster.

Quelques minutes avant l’arrestation de Smith lors de la réunion du conseil d’administration de l’école, le directeur des écoles publiques du comté de Loudoun (LCPS) avait fait la leçon au public en déclarant que les inquiétudes concernant la politique en faveur des transsexuels étaient déplacées, car le système scolaire n’avait aucun historique d’agression dans les toilettes de quelque école que ce soit.

Puis une femme portant un t-shirt avec un cœur arc-en-ciel – une activiste communautaire de gauche – a dit à Smith qu’elle ne croyait pas sa fille, dit-il. Sa colère a alors atteint un paroxysme et il a eu un échange de mots houleux avec la femme. Un agent de police, présent pour maintenir la paix lors de la réunion, lui a tiré le bras. Smith l’a repoussé d’un coup sec. Avant de s’en rendre compte, il fut frappé au visage, menotté et traîné sur le sol, le pantalon baissé. Les images de l’incident ont été diffusées par les télévisions et les journaux du monde entier.

Buta Biberaj, la procureure progressiste, élue du comté, qui entretient des liens étroits avec les membres les plus à gauche du conseil scolaire, est arrivée au tribunal pour poursuivre personnellement Smith pour trouble à l’ordre public et refus d’obtempérer. Biberaj avait fait campagne sur un programme visant à mettre fin à “l’incarcération de masse”, mais elle voulait mettre Smith en prison pour ces infractions.

En tant que procureure, Biberaj devait être au courant de l’affaire impliquant la fille de Smith. Les procureurs du tribunal pour enfants ont assuré à Smith que le suspect était tenu responsable : Il était assigné à résidence, confiné dans la maison de sa mère. Selon Lancaster, une condamnation était attendue le 14 octobre, probablement sous la forme d’un plaidoyer de culpabilité à une accusation d’agression sexuelle moins grave.

Mais le 6 octobre, selon le bureau du shérif du comté de Loudoun, un jeune homme de 15 ans a été accusé d’agression sexuelle et d’enlèvement après que la police a déclaré qu’il avait forcé une fille à entrer dans une salle de classe vide, l’avait retenue contre sa volonté et l’avait touchée de manière inappropriée.
Lancaster révèle que le suspect est le même garçon qui aurait attaqué la fille de Smith.

[…]

[Note de FDS : Fin du résumé de début d’article, autres éléments marquants traduits ci-dessous]

Le 28 mai, le lycée Stone Bridge a appelé Smith pour qu’il se rende à l’école, où on lui a dit que sa fille de 15 ans venait d’avoir une altercation physique dans les toilettes avec un homme, dit Smith. À son arrivée, il a constaté que ce qui s’était passé n’était pas un cas de coups portés à sa fille – c’était bien plus grave.

L’école a dit qu’elle gèrera l’incident en interne. Smith était abasourdi.

Les adjoints du bureau du shérif ont fini par venir à l’école non pas pour enquêter sur le viol présumé d’un enfant, mais parce que les administrateurs de l’école les ont appelés à cause de l’esclandre à ce sujet.

[…]

“Dieu merci, j’ai attiré suffisamment l’attention, sans me faire arrêter, pour qu’on nous escorte à l’hôpital et qu’on lui fasse utiliser le kit post-viol cette nuit-là”, a déclaré Smith. Un examen SANE et un prélèvement buccal ont ensuite été favorables à l’accusation a déclaré son avocat.

[…]

À 16 h 48 le jour de l’esclandre de Smith, le principal a envoyé un courriel à la communauté, affirmant que rien ne mettait en danger la sécurité des élèves, présentant Smith comme le méchant et offrant des services de soutien psychologique aux témoins

[…]

Smith, qui est plombier, et sa femme Jess, qui a grandi dans une famille militaire, ont toujours été plutôt conservateurs sur le plan politique, mais pas trop. “Je suis gêné de dire que je n’ai pas vraiment suivi la politique jusqu’à ces dernières années”

[…]

La présidente du conseil d’administration, Brenda Sheridan, a demandé : “Avons-nous eu des problèmes impliquant des étudiants transgenres dans les toilettes ou les vestiaires ?”
Ziegler a répondu :


“Time Magazine en 2016 a qualifier cela de diversion, que les données ne montraient pas du tout que les étudiants transgenres étaient plus susceptibles d’agresser les étudiants cisgenres dans les toilettes que les autres étudiants. En fait, quelle que soit l’identité sexuelle de l’étudiant, si un crime ou une violation des règles étaient commis, cela ferait l’objet d’une enquête et serait traité dans toute la mesure des règles ou de la loi. …
Je pense qu’il est important de garder notre perspective sur ce sujet, nous l’avons entendu plusieurs fois ce soir de la part de nos orateurs publics, mais le prédateur transgenre, étudiant ou personne, n’existe tout simplement pas.”

Smith a alors tenté de se contenir alors que les activistes ayant pour slogans habituels “l’expérience vécue” et “croire les femmes” ignoraient sa fille.

Près de 250 membres du public s’étaient inscrits pour prendre la parole. Beaucoup d’entre eux ont critiqué les initiatives raciales et transgenres du système scolaire. D’autres, partisans de la politique transgenre, ont dépeint leurs voisins comme des fanatiques ignorants, l’un d’entre eux déclarant que la “haine dégoulinait des disciples de Jésus dans cette salle”. Les opposants ont hué cette remarque, et le conseil a menacé d’interrompre la réunion si les participants faisaient à nouveau du bruit.

Après qu’un autre intervenant reprocha au conseil scolaire d’avoir suspendu un enseignant du nom de Tanner Cross pour s’être exprimé contre une proposition relative aux transgenres lors de la partie réservée aux commentaires publics d’une réunion précédente, la foule a applaudi et le conseil a mis fin à la réunion. (Deux tribunaux ont par la suite décidé que Cross devait être réintégré).

La réponse – un organisme public censurant le public en conséquence directe de sa plainte contre une censure antérieure – était typique de ce qui a fait du comté de Loudoun un avatar de l’instabilité sociale engendrée par la politisation des écoles.

Vous le savez peut-être déjà : Après avoir été élue en 2019, Mme Barts, membre d’extrême gauche du conseil d’administration, s’en est prise aux parents qui n’étaient pas d’accord avec les politiques progressistes (et soutenues par des syndicats enseignants), si souvent et avec un tel vitriol que ses pairs (dont la plupart partageaient son point de vue) l’ont censurée et lui ont retiré ses missions au sein des comités.

Mme Barts s’est réfugiée dans un groupe Facebook, officiellement nommé “Parents antiracistes du comté de Loudoun” (et plus tard connu sous le nom de “Chardonnay Antifa” selon leurs détracteurs) peuplé d’autres fonctionnaires progressistes, d’enseignants et d’une petite mais très engagée faction de membres de la communauté à l’esprit militant : “Je perds tout espoir que rester courtois envers ces gens change quoi que ce soit”, a écrit un membre. “Éviter ces gens ne suffit pas à arrêter la propagation de leur rhétorique diabolique.”

Barts a dit au groupe que les règles d’éthique rendaient difficile pour elle d’identifier et d’appeler ces parents par leur nom, et a demandé de l’aide. Le groupe a compris l’allusion et a attrapé la perche.
Ils ont répondu avec enthousiasme à l’appel à “pourrir” [“to hack”] les parents qui remettent en question les politiques de la commission scolaire et à “dénoncer ces personnes publiquement”. Ils ont commencé à dresser des listes de parents qui représentaient un risque pour leur programme de politique scolaire, avec le nom de leur conjoint, leur lieu de résidence et leur employeur.

Ce que l’on ignorait jusqu’à présent, c’est que ces initiatives ne se limitaient pas nécessairement à l’utilisation d’un clavier.
Une femme du nom de Jackie Schworm participait fréquemment au groupe.
“Quelqu’un a-t-il une liste des parents qui se sont organisés contre les livres de bibliothèque sur la diversité ?” Jackie Schworm a posté, selon des documents obtenus de Facebook dans le cadre d’une enquête criminelle du shérif sur le groupe.
Jackie Schworm s’est portée volontaire pour aider Hilary Hultman-Lee, une ancienne enseignante devenue chef de file de la croisade, à trouver des informations sur les parents qui n’étaient pas d’accord avec les directives de l’école, écrivant au sujet de l’un d’eux : “Je vais voir ce que je peux trouver. Elle m’a bloqué il y a un moment.”
Un membre [du groupe facebook] a écrit qu’un membre conservateur du conseil scolaire, John Beatty, avait un jour parlé aux parents dans une église et avait dit aux participants qu’ils “devraient dire aux écoles ce qu’ils voulaient qu’on leur enseigne.” Un autre membre a répondu avec l’idée de convaincre le Southern Poverty Law Center de classer les groupes locaux défavorisés dans la catégorie des “groupes haineux”, puis de citer cette désignation pour donner des munitions à la commission scolaire afin de “les faire interdire de parole lors des réunions”.
Jackie Schworm a répondu, apparemment en ce qui concerne Beatty : “Il est vraiment effrayant… Je l’ai vu ‘autour’ et il fait paraître Michelle Leffler (une mère conservatrice qui a attiré l’attention sur les agressions sexuelles dans l’école) saine d’esprit”.

Jackie Schworm était présente à la réunion du conseil scolaire du 22 juin, portant une chemise avec un cœur arc-en-ciel. En tant que cheffe d’une troupe de scouts, Jess a été mentor de la fille de Jackie Schworm. Smith et Jess ont déclaré que Schworm les avait cherchés dans la foule, exigé de savoir de quel côté ils étaient, puis leur avait reproché d’avoir tort. “Jess, qui est-ce ?” Smith a demandé à sa femme.
“Je pensais qu’elle était mon amie”, a répondu Jess.

Smith a essayé de lui dire ce qui était arrivé à sa fille, dit-il. “Elle m’a regardé droit dans les yeux et m’a dit ‘ce n’est pas ce qui s’est passé'”.
Jackie Schworm a remarqué que Smith portait une chemise avec le nom de son entreprise de plomberie, “Et elle a fait ‘Oh… je vais ruiner ton entreprise sur les réseaux sociaux'”, a-t-elle dit.
“Vous êtes une garce” [“bitch”], a répondu Smith, dans une confrontation capturée sur vidéo. Un policier qui surveillait l’échange tendu a tiré sur le bras de Smith, ce qui l’a repoussé, et rapidement, Smith et le policier se sont battus. D’autres officiers ont plaqué Smith au sol, lui ensanglantant la lèvre au passage, alors que Smith disait “Je ne peux pas respirer”.
Jess a crié, avec des mots perdus dans le chaos : “Ma fille a été violée à l’école, et voilà ce qui se passe !”
Smith a été accusé de trouble de l’ordre public et de rébellion.

[…]

Biberaj, la procureure, a été élue avec une marge de 1% après que George Soros ait versé 845 000 dollars pour soutenir sa candidature. Son adversaire, le président républicain sortant, a lui dépensé 113 000 dollars au total, une somme plus typique pour une campagne locale.

Rien ne prouve que Loudoun avait des problèmes de traitement des minorités marginalisées avant que les partisans de la politique identitaire ne prennent le pouvoir : le comté ne compte que 7 % de Noirs et le revenu médian des Noirs est de 112 000 dollars. Mais lorsque les militants de gauche ont franchi la barre des 50 %, ils ont commencé à utiliser des institutions autrefois apolitiques, telles que les écoles et les tribunaux, comme armes dans une quête de pouvoir ouvertement partisane.

Lorsque les citoyens ont recueilli suffisamment de signatures pour entamer une procédure judiciaire de révocation de Mme Barts, au moins pour ses activités au sein du groupe Facebook Anti-Racist Parents, c’est à Mme Biberaj qu’il revenait, en vertu des caprices de la loi de Virginie, de procéder ou non à la révocation. Biberaj ne s’est pas récusée, alors même qu’elle faisait partie du même groupe, et elle a promu une lettre en chef qui se moquait de la procédure de révocation et de ceux qui s’opposaient aux politiques relatives aux transgenres. Un juge a finalement dû intervenir pour la disqualifier.

[…]

La procureure Biberaj est connue pour son indulgence et ses solutions alternatives à l’incarcération. Le 30 juillet dernier, Peter J. Lollobrigido a été libéré de prison moyennant une caution non garantie de 5 000 $ alors qu’il était accusé de strangulation, d’enlèvement et d’agression sur un membre de la famille. Le 19 septembre, il est revenu pour finir le travail, tuant sa femme avec un marteau. Quelques jours après la libération de Lollobrigido, le 17 août, Smith a comparu devant le tribunal pour deux délits, trouble à l’ordre public et rébellion (résistance à l’arrestation), pour l’incident du conseil scolaire.

Lancaster, l’avocat de la famille Smith, était sûr que les charges seraient abandonnées. Au lieu de cela, Biberaj – plus haut responsable de l’application de la loi dans un comté de 400 000 habitants – s’est présentée pour juger personnellement l’affaire de délit.
Lancaster a expliqué au tribunal que son client était en colère après que sa fille fut agressée sexuellement dans les toilettes par une personne s’identifiant comme “gender fluid”, et lui a rappelé que les procureurs avaient confirmé l’agression et choisi d’engager des poursuites. Mais Biberaj a requis une peine de prison contre Smith.

“Il est incroyablement inhabituel qu’une affaire de trouble de l’ordre public soit même présentée. L’idée qu’ils demandent une peine d’emprisonnement, je pense qu’en 15 ans, le nombre de fois où j’ai vu cela se produire est de zéro”, a déclaré Lancaster au Daily Wire. “Il est totalement inouï que la procureure s’occupe d’un délit mineur”.
Biberaj n’était pas seulement la procureure principale. Elle était la procureure qui s’était présenté sur un programme visant à ne pas emprisonner les gens pour des délits mineurs, et à utiliser des approches alternatives comme la justice réparatrice.
“L’idée qu’il s’agisse d’une personne que nous devons mettre en cage m’a stupéfié
, compte tenu de la réforme de la justice sociale qu’elle défendait. J’ai été époustouflé”, a déclaré Lancaster.

“Je suis un libéral pur et dur”, a déclaré Lancaster, ancien avocat commis d’office. Mais “je ne comprends pas d’où vient cette rage… que si vous ne pensez pas comme moi, vous êtes un monstre”.
“Je connais Buta depuis des années. Nous sommes collègues depuis des années”, a-t-il dit. “Quand vous êtes avocat commis d’office, vous devez reconnaître l’humanité de chaque personne, peu importe son apparence ou son discours. Elle en avait l’habitude, mais je suppose que c’est fini. Et je trouve ça triste.”

Les charges contre Smith étaient si mineures qu’il n’y avait pas la possibilité d’avoir un procès devant un jury, que Smith pense qu’il aurait gagné. Cette option n’est disponible qu’en appel, ce qui lui coûtera plus que les milliers de dollars qu’il a déjà dépensés en frais juridiques.
Le 11 août, le conseil scolaire a voté pour approuver la politique relative aux transsexuels. Smith n’a pas pu s’inscrire pour prendre la parole afin que les décideurs puissent prendre leur décision en ayant connaissance de l’incident de Stone Bridge : Quelques jours avant, il a reçu une lettre l’informant qu’il était banni du bâtiment de la commission scolaire.

[…]

Seconde agression sexuelle

[…]

“Un adolescent d’Ashburn a été inculpé pour agression sexuelle et enlèvement d’une camarade de classe au lycée Broad Run. L’enquête a déterminé que dans l’après-midi du 6 octobre, le suspect, âgé de 15 ans, a forcé la victime à entrer dans une salle de classe vide où il l’a maintenue contre sa volonté et l’a touchée de manière inappropriée”, peut-on lire.
Un représentant du gouvernement a indiqué au Daily Wire le nom de l’élève. Il s’agit du même nom que le garçon qui aurait agressé la fille de Smith.
Le Daily Wire ne divulgue pas le nom du suspect en raison de son âge. Jointe à son domicile, sa mère a refusé de commenter les allégations.
Les procureurs avec lesquels M. Smith et sa femme avaient communiqué au sujet de l’affaire de viol “ne nous ont jamais alertés” au sujet de la récidive présumée, a déclaré M. Smith. Il ne croyait pas qu’il pouvait s’agir de la même personne.
Mais “nous avons appelé son agent de probation et il m’a dit ‘oui, je l’ai mis en prison hier'”. Ils ont contacté l’inspecteur de l’Unité spéciale des victimes, “et elle a dit ‘je ne peux pas vous dire ce qui s’est passé, mais c’est arrivé et c’est grave'”.

[…]

Bien que la fille de Smith ait été violée et à un autre moment battue à l’école, l’adolescente a adopté des opinions progressistes de plus en plus fortes au cours de son cursus au collège.
“D’où lui viennent donc ces idées ? De l’école, évidemment”, a déclaré Jess. “En tout cas ça ne vient pas de notre maison.”

Daily Wire

Accessible ici


Fdesouche sur les réseaux sociaux